Enseignement supérieur : des universités menacées, 752 candidats non orientés…

11 décembre 2015 à 23 11 54 125412

BAC, baccalauréatAprès les trois tours de choix des bacheliers candidats à l’inscription aux institutions d’enseignement supérieur et professionnel, le gouvernement guinéen annonce que sa plateforme très critiquée pour ses défaillances (Djoliba) a laissé 752 bacheliers sans orientation. Par ailleurs, plusieurs universités privées sont menacées de fermeture, n’ayant même pas totalisé 20 étudiants…

Lire

CEDEAO : célébration du 40è anniversaire avec la vision à l’horizon 2020

11 décembre 2015 à 21 09 14 121412

 

CEDEAOA travers un atelier sur la vision de la CEDEAO à l’horizon 2020, le bureau du représentant spécial de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) en République de Guinée a célébré en différé hier, jeudi 10 décembre 2015, le   40ème anniversaire de l’institution dans un réceptif hôtelier de la place.

Lire

Santé : Amerf Health Africa inaugure son bureau à Conakry

11 décembre 2015 à 20 08 49 124912

ONG Amerf Health AfricaLe bureau Guinée de l’ONG « Amerf Health Africa » a été inauguré hier, jeudi 10 décembre 2015 dans un réceptif hôtelier de  la place, en présence de plusieurs personnalités publiques, des partenaires techniques et financiers de l’ONG, a constaté Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Lire

Prestation de serment : Alpha Condé refuse d’inviter l’opposant Cellou Dalein

11 décembre 2015 à 20 08 24 122412

Alpha Boubacar Bah, membre du bureau exécutif de l'UFDGA l’occasion d’une interview-débat avec un groupe de journalistes au siège de Guineematin.com, monsieur Alpha Boubacar Bah, membre du bureau du bureau exécutif de l’UFDG, a informé les journalistes que le président et candidat de son parti n’a pas été convié à la cérémonie de prestation de serment du président réélu, Alpha Condé.

Lire

« Nous avons désamorcé 52 grèves ici depuis 2011 », dixit le sous-préfet de Kamsar

11 décembre 2015 à 19 07 42 124212
Madame Sama Kaba, sous-préfet de Kamsar

Madame Sama Kaba, sous-préfet de Kamsar

La sous-préfecture de Kamsar est parmi les zones les plus sollicitées par les grandes sociétés minières : la CBG, l’ANAIM, Moubadala avec GAC et l’usine d’extraction de pétrole brut qui est annoncée à Kissimakouroun. Alors que, selon madame Sama Kaba, la patronne de la sous-préfecture qui a reçu Guineematin.com à son bureau, Kamsar n’a que 372 km2 avec 14 districts (en terre ferme et dans les îles) et une population de 365 800 habitants, d’après le recensement de 1996.

Lire

Kintinia : « arrêtons la violence, respectons et appliquons nos lois », déclare le BL

11 décembre 2015 à 14 02 56 125612

Kintinian, Siguiri (6)Dans une déclaration de ce vendredi 11 décembre 2015, le Bloc Libéral de Faya Milimono a révélé qu’un rapport de mission du ministère en charge de l’Administration du territoire a lui-même dénoncé les exactions sur les pauvres populations de Kintinia par les autorités locales et la SAG. Citant le rapport fait par la mission qui y a été dépêchée suivant l’ordre de mission N125/MATD/CAB/CAB/2015, le Bloc Libéral a révélé les dénonciations « des dérapages des autorités administratives qui outrepassent leurs prérogatives causant ainsi du tort aux populations dont elles ont pourtant la charge de gérer selon les lois et principes établis par le pays ».

Guineematin.comvous propose, ci-dessous, l’intégralité de la déclaration du Bloc Libéral :

DÉCLARATION No 30 DU BLOC LIBÉRAL

Arrêtons la violence, respectons et appliquons nos lois!

Le Bloc Libéral est vivement préoccupé par les différentes formes de violences qui sévissent dans tout le pays et en particulier par la situation qui prévaut dans l’agglomération rurale de Kintinia, Préfecture de Siguiri. Cette préoccupation fait suite à la violence en cours dans cette localité, qui met aux prises les forces de défense et de sécurité, d’une part, et la population civile, de l’autre.

Située à 25 kilomètres de Siguiri centre, cette localité très riche en or, est habitée par des populations qui vivent, depuis plus d’un siècle, de l’orpaillage traditionnel, de l’agriculture et de l’élevage. Pour élargir le domaine d’exploitation de la  Société Ashanti Gold de Guinée (SAG), les pouvoirs publics ont tout d’abord décidé d’interdire l’exploitation artisanale de l’or.

Ensuite, ils ont décidé d’autoriser, en violation du Code minier en vigueur, l’exploitation industrielle de la zone appelée « Area one », malgré l’opposition des populations qui y habitent. Il faut dire au passage que la zone appelée « Area one » est une partie du village de Kintinia, située au Nord Ouest, et composée de 314 concessions dont 239 déjà habitées. Dans la même zone, on dénombre une école primaire privée de 5 salles de classe, une école primaire publique de 7 salles de classe – les bureaux et les logements pour les enseignants, une école franco-arabe de 3 salles de classe, une antenne téléphonique, un terrain de football, un espace public prévu pour la construction d’une mosquée et des parcelles non encore mises en valeur. Pourtant, l’article 111 du Code minier guinéen en vigueur est précis :

« … Des périmètres de dimensions quelconques, à l’intérieur desquels la reconnaissance, la recherche et l’exploitation des substances minières ou de carrière sont soumises à certaines conditions ou simplement interdites, peuvent être établis partout où l’intérêt général, notamment pour la protection des édifices et agglomérations, des lieux de culte ou de sépulture, points d’eau, zones côtières, voies de communication, ouvrages d’art et travaux d’utilité publique, sans que le titulaire ne puisse réclamer le paiement d’une quelconque indemnité à cet effet….Aucun travail de prospection, de recherche ou d’exploitation de substances minières ou de carrière ne peut être ouvert, sans autorisation, à la surface et dans un rayon de cent mètres :

autour des propriétés closes de murs ou d’un dispositif équivalent, villages, groupes d’habitations, puits, édifices religieux, lieux de sépulture et lieux considérés comme sacrés, sans consentement du propriétaire ;

de part et d’autre des voies de communication, conduites d’eau, et, généralement, à l’entour de tous travaux d’utilité publique et ouvrage d’art… »

Au mépris de cet article, les pouvoirs publics, toujours en violation des lois en vigueur, ont décidé de déployer des militaires, des gendarmes et des policiers pour déguerpir les populations de la zone. Cette opération de déguerpissement a donné lieu à des pillages, blessés par balles, vole de biens et à des nombreux dégâts matériels.

En effet, une équipe des missionnaires envoyés sur les lieux par le Ministère de l’Administration du Territoire et de la Décentralisation suivant Ordre de Mission No 125/MATD/CAB/2015, pour la sensibilisation et la négociation domaniale de la zone dénommée « Area one », dénonce, dans sa conclusion, les pouvoirs publics et la SAG en ces termes : «…Malheureusement, les résultats enregistrés [de la politique de décentralisation] ont été minces à cause souvent des dérapages des autorités administratives qui outrepassent leurs prérogatives causant ainsi du tort aux populations dont elles ont pourtant la charge de gérer selon les lois et principes établis par le pays.

Les différentes interventions ont montré que les relations entre la SAG et les communautés riveraines ont souvent été difficiles. Le contenu des textes concernés (Code minier et Code des collectivités) n’est pas suffisamment pris en compte pour résoudre les problèmes dans le cadre de la gestion des ressources minières. Les Kintiniankas pensent [à raison] que la SAG doit respect et considération à leur cadre de vie, leur identité, leur passé, leur présent et leur futur ; ce qui pourra favoriser des relations positives entre eux et cette société »

Cette situation rappelle malheureusement les massacres des populations innocentes de Zoghota, Saoro, Siguiri, N’Zérékoré, Womey, etc. Elle témoigne d’une culture de violence d’Etat qui s’en racine dans notre pays, et qui interpelle toute personne éprise de justice et de paix à travailler pour y mettre fin. Ces scènes de violence d’Etat, devenues banales en République de Guinée, se sont toujours passées en violation des textes des lois en vigueur dans notre pays.

Le Bloc Libéral condamne ces violences que les pouvoirs publics font exercer  sur les populations innocentes dont ils ont pourtant la noble mission de protéger.

Le Bloc Libéral témoigne sa solidarité aux populations de Kintinia et promet d’explorer les voies de recours devant les juridictions compétentes pour faire respecter leurs droits.

Fait à Conakry, le 11 Décembre, 2015

Le BLOC LIBERAL

Lire

Sanctionné par son ministre, le préfet de Koubia rejette : « C’est la faute au gouvernorat »

11 décembre 2015 à 13 01 42 124212

Amadou Sadio Diallo, préfet de Koubia 1Dans sa quête des informations de la Guinée profonde, Guineematin.com a envoyé ses reporters à l’intérieur du pays. Et, notre envoyé spécial en Moyenne Guinée a été reçu par le préfet de Koubia, monsieur Amadou Sadio Diallo, dans la journée du mercredi 09 décembre 2015. A part ses réalisations, ambitions et problèmes locaux (impôts et taxes, vol de bétail, visite avortée du Président Alpha Condé), nous avons parlé d’un « avertissement » qu’il a reçu de son ministre de tutelle, le MATD, sur un dossier concernant le recensement des quartiers et districts de la préfecture de Koubia. Mais, le préfet jure que la faute est imputable au gouvernorat de Labé…

Lire

GOHA : 589 victimes avec plus de 128 milliards de perte lors de la présidentielle

11 décembre 2015 à 2 02 18 121812

Chérif Mohamed Abdallah, président du GOHASelon une enquête menée par le Groupe Organisé des Hommes d’Affaires de Guinée (GOHA), les troubles politiques à la veille des élections présidentielles du 11 octobre 2015 ont occasionné des dégâts économiques énormes avec 589 opérateurs économiques victimes d’une valeur totale estimée à 128 milliards neuf cent six millions 639 mille 85 francs guinéens.

Lire

Entretien avec M. Kpali-Ouo Haba, District de Womey 1 : vidéos

11 décembre 2015 à 1 01 51 125112
monsieur Kpali-Ouo Haba, le  président du district de Womey 1, Womey

Monsieur Kpali-Ouo Haba, le président du district de Womey 1

Dans ses efforts de donner la paroles à nos compatriotes de la Guinée profonde, Guineematin.com a envoyé des reporters à l’intérieur du pays. Un an après les émeutes meurtrières à Womey (une des sous-préfecture de N’zérékoré), dont la répression par l’Eat a fait fuir l’écrasante majorité de la population, beaucoup d’habitants ne sont pas encore revenus. C’est du moins ce qu’a dit à l’envoyé spécial de Guineematin.com monsieur Kpali-Ouo Haba, le  président du district de Womey 1.

Lire

Guinée : installation du bureau de la plateforme du secteur privé

11 décembre 2015 à 1 01 14 121412

plateforme, Ibrahima Kassory Fofana, secteur public-privéAu nombre de huit, les membres du bureau exécutif de la plateforme de concertation du secteur privé guinéen (PCSPG), ont été officiellement installés dans la soirée du mercredi 09 décembre 2015, à l’occasion d’une cérémonie solennelle, organisée dans un réceptif hôtelier de la capitale, en présence de plusieurs ministres, personnalités diplomatiques et institutionnelles de la Guinée, a constaté Guineematin.com, à travers un de ses reporters.

Lire