BAC, baccalauréatAprès les trois tours de choix des bacheliers candidats à l’inscription aux institutions d’enseignement supérieur et professionnel, le gouvernement guinéen annonce que sa plateforme très critiquée pour ses défaillances (Djoliba) a laissé 752 bacheliers sans orientation. Par ailleurs, plusieurs universités privées sont menacées de fermeture, n’ayant même pas totalisé 20 étudiants…

Guineematin.com vous propose, ci-dessous, le bilan du gouvernement sur cette orientation en ligne :

Le but de cette note est de dresser le bilan des trois tours d’orientation en ligne des bacheliers dans les Institutions d’Enseignement Supérieur (IES) et les établissements d’enseignement technique et de formation professionnelle de type B suite aux délibérations du troisième et dernier tour des orientations tenues le vendredi 4 décembre 2015.

La Commission interministérielle d’orientation des bacheliers s’est réunie à trois reprises, les 21 et 28 novembre 2015 ainsi que le 4 décembre 2015.

L’effectif total des bacheliers concernés des sessions 2013,  2014 et 2015 est de 25 620.  Ces bacheliers ont été orientés sur la base de leurs choix, de leurs moyennes au baccalauréat et des capacités d’accueil des programmes d’études offerts par les institutions et établissements.

Tableau 1 : Effectifs globaux  des bacheliers orientés à l’issue des trois tours

Tour Ont créé un compte Orientés Non orientés
1er tour 24 678 16 229 8 449
2ème tour 24 815 19 308 5507
3ème tour 24 821 24 069 752

Il ressort de ce tableau que :

–       16 229 bacheliers ont été orientés dès le premier tour ;

–       à l’issue du second tour, 3079 candidats s’y sont ajoutés ;

–       à l’issue du troisième tour, 4761 bacheliers s’y sont ajoutés.

Ce qui donne en tout 24 069 bacheliers orientés. Parmi eux, 14 949 ont été orientés dans les IES publiques, 8 030 dans les IES privées et 1 090 dans les établissements d’enseignement technique et de formation professionnelle de type B (748 dans le public et 342 dans le privé).

Les 752 candidats non orientés (3% des bacheliers ayant créé leur compte) n’ont formulé aucune demande lors du troisième tour. Ils pourront attendre la session de 2016 pour exprimer leurs vœux ou d’ici là, s’inscrire à leurs frais dans les institutions privées de leur choix à l’exception des programmes soumis au numérus clausus tels que ceux de médecine, pharmacie, odontostomatologie et les programmes de génie.

Si l’on examine les effectifs totaux orientés par institution, on a :

– dans l’enseignement supérieur public :

o    5 institutions ont obtenu des effectifs de bacheliers compris entre 1 000 et 4 800

o    4 institutions dont le Centre universitaire de N’Zérékoré ont obtenu des effectifs de bacheliers compris entre 100 et 250

o     l’Institut Supérieur des Sciences et Médecine Vétérinaires (ISSMV) de Dalaba n’a eu que 71 bacheliers.

– dans l’enseignement supérieur privé :

o    2 institutions ont obtenu plus de 1000 bacheliers

o    13 IES ont obtenu des effectifs de bacheliers compris entre 1 et 19

o    2 IES n’ont rien obtenu.

Dans l’enseignement technique et la formation professionnelle, la situation est la suivante :

– dans le public :

o     3 établissements ont obtenu des effectifs compris entre 100 et 301 ;

o    les effectifs des admis dans 12 établissements ne dépassent pas 13 ;

o    l’Ecole Nationale d’Agriculture et d’Elevage (ENAE) de Tolo n’a obtenu aucun bachelier;

– dans le privé

o     3 établissements ont obtenu des effectifs compris entre 20 et 75 ;

o    8 établissements ont obtenu moins de 11 bacheliers

o    5 établissements n’ont obtenu aucun bachelier.

Les scores de l’Institut Supérieur Agronomique et Vétérinaire (ISAV) de Faranah (413 bacheliers), de l’ISSMV de Dalaba, du CU de N’Zérékoré,  de l’ENAE de Tolo, très préoccupants,  méritent une étude approfondie.

Il a été recommandé de fermer  ou de ne pas activer, pour l’année 2015-2016, les programmes des IES privées qui ont enregistré moins de 20 bacheliers et de réorienter les intéressés dans d’autres filières.

Notons que la plateforme DJOLIBA permet d’afficher les moyennes des bacheliers orientés dans chaque filière,  de déterminer la vitalité de chaque programme d’études et de calculer les effectifs globaux des candidats orientés par programme d’études. A titre d’exemples, les moyennes des candidats au programme de Génie Civil de l’Université Gamal Abdel Nasser de Conakry (UGANC) sont comprises entre 14,38 et 16,26. Pour la même université, 2 494 bacheliers ont postulé pour les 50 places offertes en médecine. Pour l’Université de Sonfonia (UGLC-S), 11 650 bacheliers ont postulé pour les 250 places offertes en lettres au premier tour.

A l’issue des trois tours d’orientation,  1 206 bacheliers se retrouvent dans les programmes de lettres, 822 en Génie Informatique, 519 en Génie Civil contre 307 en mathématiques et 186 en physique. Ce déséquilibre en faveur des disciplines littéraires mérite d’être corrigé rapidement.

La plateforme DJOLIBA permet une orientation transparente des bacheliers sur la seule base de leur choix, de leur moyenne générale au baccalauréat et des capacités d’encadrement des institutions. La procédure utilisée a permis d’orienter tous les candidats qui ont choisi des programmes d’études au troisième et dernier tour. L’exercice a abouti à l’orientation de 1 090 bacheliers dans les établissements d’enseignement technique et de formation professionnelle de type B contre 50 en 2010.

L’insuffisance de la communication reste un handicap majeur dans la pérennisation de la plateforme.

Conakry, le 10 décembre 2015

La Commission Interministérielle d’orientation des bacheliers

Transmis par la Cellule de Communication du Gouvernement

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin