Amadou Sadio Diallo, préfet de Koubia 1Dans sa quête des informations de la Guinée profonde, Guineematin.com a envoyé ses reporters à l’intérieur du pays. Et, notre envoyé spécial en Moyenne Guinée a été reçu par le préfet de Koubia, monsieur Amadou Sadio Diallo, dans la journée du mercredi 09 décembre 2015. A part ses réalisations, ambitions et problèmes locaux (impôts et taxes, vol de bétail, visite avortée du Président Alpha Condé), nous avons parlé d’un « avertissement » qu’il a reçu de son ministre de tutelle, le MATD, sur un dossier concernant le recensement des quartiers et districts de la préfecture de Koubia. Mais, le préfet jure que la faute est imputable au gouvernorat de Labé…

Interview !

Guineematin.com : Bonjour monsieur le Préfet

Amadou Sadio Diallo, préfet de Koubia : Bonjour !

Guineematin.com : Vous êtes préfet de Koubia depuis le 13 août 2014. Quels sont les projets que vous avez déjà initiés pour cette préfecture ?

Amadou Sadio Diallo, préfet de Koubia : Nous avons monté des projets pour les routes, pour le bac où l’Etat a bien voulu débloquer des gros moyens pour la réfection de ce bac de Gadha Woundou où s’était complètement coupé. L’Etat vient de terminer les travaux à travers la direction régionale des Travaux Publics de Labé. Il y a eu autres projets pour les groupements, les différentes associations. Il n’y a pas eu de suite d’abord, les projets sont lancés et autres encore qui sont en voie de réalisation.

Guineematin.com : Faire des réalisations suppose nécessairement qu’il y ait des fonds disponibles pour financer. Est-ce que la Préfecture de Koubia dispose aujourd’hui des fonds pour la réalisation de ses ambitions et combien par exemple a coûté la réfection du bac de Gadha Woundou ?

Amadou Sadio Diallo préfet de Koubia : En fait, ça, c’est le matériel que j’ai vu. Mais, l’estimation, ils me disent que le montant s’élève à 200 millions de francs guinéens.

Guineematin.com : Pour la réfection du bac ?

Amadou Sadio Diallo, préfet de Koubia : Pour la réfection du bac, mais à neuf. Je viens de Gadha Woundou il y a trois jours, quand j’ai vu le bac que j’avais laissé en épave, j’étais content. Donc, j’ai compris que le matériel que j’ai vu passer, ça a bien servi.

Guineematin.com : Aujourd’hui, combien cette préfecture perçoit comme taxes ou de subvention de la part de l’Etat ?

Amadou Sadio Diallo, préfet de Koubia : De la part de l’Etat, ce que je peux dire d’abord au niveau préfectoral, vous avez vu que Koubia n’a pas un grand marché. Pas de possibilité ici. L’impôt et les taxes ne sont pas signifiants. Mais, l’Etat fait de son mieux pour nous aider.

Guineematin.com : Vous êtes là, vous essayez quand même de recouvrer un peu ces taxes. Il y a même certaines sociétés de la téléphonie mobile qui sont là et qui versent quelque chose à la préfecture et à la Mairie. Comment vous gérez ces fonds ?

Amadou Sadio Diallo, préfet de Koubia : En fait, ces taxes se limitent à la téléphonie, au niveau de Koubia et quand ça vient, il y a mille et un problèmes. Ça nous permet de résoudre certains problèmes au niveau de la préfecture.

Guineematin.com : Combien elles payent ?

Amadou Sadio Diallo, préfet de Koubia : Les quelles ?

Guineematin.com : Ces sociétés-là ?

Amadou Sadio Diallo, préfet de Koubia : Non ! Je ne peux pas rentrer dans ces détails ici parce que je n’ai pas le papier ici et je n’aime pas rentrer en contradiction avec la réalité. Si vous m’aviez dit que vous venez pour ça, j’aurais apprêté tous les documents et j’allais vous dires ce qui est réel.

Guineematin.com : L’autre problème qu’on évoque souvent à Koubia, c’est le problème de vol de bétails dans certaines localités de la préfecture. Comment vous gérez ce problème de société ?

Amadou Sadio Diallo, préfet de Koubia : A mon arrivée, effectivement, j’ai trouvé qu’il y a ce problème. Beaucoup se plaignaient en disant qu’ils sont victimes de vol et qu’on relâche les voleurs. J’ai réuni la gendarmerie, la police, la justice et je leur ai dit qu’il faut qu’il y ait une crédibilité aux représentants de l’Etat ici. Si un voleur est pris, on arrive à le relâcher au niveau de Koubia, ce n’est pas crédible. On peut le relâcher parce que ce n’est pas à nous de dire que tel est voleur, tel autre est voleur. Ça, c’est la gendarmerie, la police et la justice. S’il se trouve effectivement que c’est un voleur et malgré tout, on le relâche, ça ce sont des problèmes. Mais, la population peut croire que tel est voleur, dans le jugement on trouve qu’il ne l’est pas. Là, c’est à eux de voir la justice. Si la justice relâche, on ne peut rien. Mais, je leur ai dit ici, un élément qui est pris mais relâché sans être jugé, celui qui le fait sera à la place du voleur. Depuis ça, on n’a pas vraiment de problème avec les populations. Partout où on passe, les gens sont content, ils disent que les vols ont diminué dans les sous-préfectures et c’est bien pour la population.

Guineematin.com : Les problèmes ont diminué dans les sous-préfectures, vous parlez également de justice, mais Koubia n’a pas une prison où garder les prévenus. Comment vous concevez cet état de fait ?

Amadou Sadio Diallo, préfet de Koubia : Il y a un temps qui est donné pour les gardes à vue. Dès que ce temps arrive, moi, j’ai demandé de ne pas garder un voleur ici. La gendarmerie donne le voleur à la justice et maintenant c’est le transfert à Labé.

Guineematin.com : Transférer un voleur de Koubia pour Labé…

Amadou Sadio Diallo préfet de Koubia : Effectivement ! Mais, ce sont eux, c’est Koubia qui a fait qu’on n’a pas de prison.  En 2007, pendant la grève, ce sont eux qui ont gâté la prison.

Guineematin.com : Vous n’avez pas entrepris des démarches pour qu’il y ait une nouvelle prison à Koubia ?

Amadou Sadio Diallo, préfet de Koubia : Même s’il n’y a pas une nouvelle, je sais que celle qui existait, l’Etat a pris toutes les dispositions pour la refaire.

Guineematin.com : Mais, vous devez appuyer le dossier ?

Amadou Sadio Diallo, préfet de Koubia : C’est parce que je suis informé, c’est pour cela que je vous dis que l’Etat est entrain. Donc, je suis plein dedans.

Guineematin.com : Tout récemment, le ministre de l’Administration vous a écrit une note d’avertissement. C’était pour quelle raison ?

Amadou Sadio Diallo préfet de Koubia : Moi ?

Guineematin.com : Oui !

Amadou Sadio Diallo, préfet de Koubia : Non ! En fait, moi j’ai vu ce papier, j’ai demandé pourquoi ? Il semble que c’est un retard d’un dossier. Mais, il semble que moi, dès que j’ai reçu l’information de donner la situation, j’ai donné directement la situation. J’ai carburé une moto et envoyé le directeur préfectoral du Plan pour aller déposer le papier. Il est allé déposer chez le gouverneur à main propre. Monsieur le gouverneur a remis le papier au directeur de cabinet qui était chargé de faire parvenir à Conakry. Je ne sais pas comment il y a eu le retard. Le papier n’est pas arrivé à temps et le département à pensé que c’était moi.

Guineematin.com : Après tout ça, vous n’avez cherché à savoir ?

Amadou Sadio Diallo, préfet de Koubia : Après tout ça, le gouverneur a écrit pour dire que le retard n’incombe pas au préfet de Koubia, mais on avait donné au directeur de cabinet. Le retard c’est à ce niveau. Ils ont écrit et ça été envoyé au ministre, j’ai la copie ici.

Guineematin.com : C’était quoi ce papier, il était axé sur quel dossier ?

Amadou Sadio Diallo, préfet de Koubia : Non ! C’est sur la situation des districts et quartiers, de donner en fait la liste.

Guineematin.com : Alors pourquoi vous n’avez pas cherché à comprendre pourquoi les gens ont retardé ce dossier. Est-ce que ce n’était pas pour vous nuire ?

Amadou Sadio Diallo, préfet de Koubia : Ce n’est pas de mon domaine, le gouverneur a reconnu vraiment que ce n’était pas de ma faute donc, pour moi, c’est l’essentiel.

Guineematin.com : Vous êtes sorti indemne ?

Amadou Sadio Diallo, préfet de Koubia : Indemne, je dirais même victorieux et on a compris que ce n’était pas de ma faute.

Guineematin.com : Un dernier mot ?

Amadou Sadio Diallo, préfet de Koubia : Le dernier mot, ce qu’à Koubia, depuis notre arrivée, on a fournit beaucoup d’efforts. Quand je venais, vous avez vu ce bâtiment en ruine, toute l’administration était là-bas. Quand vous rentrez au bureau du préfet, ce n’était pas bien, alors que cet autre était là en construction. J’ai transféré tout le personnel, tous les bureaux. Vous avez vu que c’est un bâtiment neuf, quand on rentre ici, on a le plaisir de s’assoir. Le drapeau ne se montait même pas à Koubia, quand je suis venu. Les différents chefs de service, chacun se faisait son ordre de mission, il va pour faire sa mission, il revient sans faire de compte rendu. Moi, j’ai dit que c’est de la pagaille.

Guiinnematin.com : Il n’y avait pas d’administration alors ?

Amadou Sadio Diallo, préfet de Koubia : Il n’y avait pas d’administration ! Alors, j’ai mis fin à tout ça. C’est ce qui fait que vous avez vu qu’il y a le drapeau, chacun a son bureau et vous avez vu comment c’est propre.

Guineematin.com : Mais, il y a certains qui disent que ce sont les collectivités qui ont rénové ces locaux ?

Amadou Sadio Diallo, préfet de Koubia : Tout est question d’entreprise mon frère. Moi, j’ai trouvé aussi que quand un étranger vient, on est obligé de partir chercher là où le loger. D’ailleurs, certains n’arrivaient même pas à avoir là où loger. J’ai dit que ce n’est pas possible. Tu ne peux pas être une autorité et avoir un hôte sans pouvoir le loger. C’est en ce moment, j’avais un petit fond, j’ai fait appel à tous les maires. J’ai dis ‘’question de souveraineté, je demande votre appui’’. J’ai mis une commission pour recevoir l’argent pour l’achat du matériel. Ils m’ont compris…

Guineematin.com : Ça a coûté combien ?

Amadou Sadio Diallo, préfet de Koubia : Non ! Ce n’est pas important, l’essentiel est que l’argent a été mis à la disposition d’une commission et cette commission est partie à Labé acheter tout ce qui est nécessaire pour une maison. Les lits, les tapis et autres. Quand vous rentrez là-bas, même le Président de la République, s’il arrivait à Koubia, c’est là où il allait passer la nuit parce que je me suis dit que monsieur le Président ne peut pas venir ici, qu’il dise qu’il va passer la nuit et qu’on aille le loger dans le quartier.

Guineematin.com : Et, pourquoi il n’est pas venu ici ?

Amadou Sadio Diallo, préfet de Koubia : Le Président ?

Guineematin.com : Oui, lors de sa dernière tournée, il a fait escale dans beaucoup de préfectures, mais il a ignoré ou feinté Koubia ?

Amadou Sadio Diallo, préfet de Koubia : Pas du tout.

Guineematin.com : Il n’a pas ignoré Koubia ?

Amadou Sadio Diallo, préfet de Koubia : Il n’a pas ignoré, il n’a pas feinté. Les termes là, je ne les admets pas parce que ce n’est pas le cas.

Guineematin.com : Et, pourquoi il n’est pas venu, selon vous ?

Amadou Sadio Diallo préfet de Koubia : Il était jusqu’à pas loin d’ici.

Guineematin.com : Il est venu à Tougué, à Sannou …

Amadou Sadio Diallo, préfet de Koubia : Ce jour, il y a eu des orages, je ne te dis pas pluie, mais ce sont des orages et c’est l’hélicoptère. Il semble qu’il a tenu, il dit qu’il faut qu’il vienne. C’est le pilote qui a dit à notre ministre ‘’monsieur le ministre, acceptez de dire au Président que je n’ose pas, il est dedans, je n’ose pas forcer parce qu’en cas… je suis responsable. Je vous prie, on va tenter voir si on peut même descendre à Labé, sinon on va chercher où descendre’’ parce que tout était noir ce jour. Et, même ici, il pleuvait. Donc, il ne pouvait pas arriver. Alors, on a expliqué à la population et elle a compris.

Guinnematin.com : Mais, il y a certains qui disent qu’il n’est pas venu ici parce qu’il n’y avait pas une entente au sein de cette communauté. Il parait même qu’il y a eu des sacrifices qui avaient été faits à l’endroit même où son hélicoptère devait atterrir. Voilà pourquoi il n’est pas venu…

Amadou Sadio Diallo, préfet de Koubia : Dans tout les cas, ce que moi je vais vous dire, c’est la vrai version. Son programme, c’était Koubia, moi j’avais reçu les militaires qui l’attendaient à 2 heures tu matin, on a informé tout le monde. Tout était fait et on était là avec tous les militaires. C’est après cela qu’il y a eu cette pluie. Ça l’a empêché de descendre. Il va revenir, c’est chez lui.

Guineematin.com : Et, comment vous vous êtes retrouvé après ?

Amadou Sadio Diallo, préfet de Koubia : Non ! Ce n’est pas ici seulement, à Lélouma, c’est la même chose, il n’a pas pu et je peux vous donner un autre exemple. Il a quitté Conakry, il devait passer la nuit à Télimélé centre. Mais, là aussi l’orage ne lui a pas permis. Quand il a approché, il a vu que ce n’était pas possible. Il s’est retourné pour descendre à Sangarédi. Le lendemain, il est revenu à Télimélé, en passant par Daramagnaki avant d’arriver à Télimélé. Mais, les gens ont compris, il y en a même qui ont dit ici qu’ils ne peuvent pas expliquer aux populations. J’ai dis ‘’mais écoutez, il faut qu’on explique aux gens parce qu’il n’y a pas de mauvaise intention’’. C’est lui qui a dit qu’il veut venir, il pouvait dire qu’il ne vient pas du tout. Il dit qu’il vient et a envoyé les militaires la nuit, toutes les préparations sont faites, s’il n’arrive pas à venir par suite des choses naturelles…

Guineematin.com : Vous souhaitez qu’il vienne à Koubia après son investiture ?

Amadou Sadio Diallo, préfet de Koubia : J’ai des problèmes. La population tient absolument à ce que le Président vienne. Tout est question de comparaison. Il est arrivé à Tougué, on souhaite qu’il vienne ici, c’est notre Président aussi. Il faut qu’il vienne.

Guineematin.com : Voilà, il y a des gens qui parlent de la construction d’une usine de quinqueliba que le Président de la République avait promis. Où est-ce que nous en sommes ?

Amadou Sadio Diallo, préfet de Koubia : C’est en bonne voie. Le Président Alpha Condé a eu cette bonne intention pour Koubia.

Guineematin.com : Est-ce que des actes ont été posés par rapport à cette usine ?

Amadou Sadio Diallo, préfet de Koubia : Non ! Mais, c’est en bonne voie.

Guineematin.com : Ça a y ait au niveau des études où encore c’est juste une annonce ?

Amadou Sadio Diallo, préfet de Koubia : Non ! Il y a eu l’annonce il y a longtemps et les études sont presque terminées. Il y aura bientôt l’implantation d’une usine de quinqueliba à Koubia. Et, au-delà de ça, il y a autre chose qui va se greffer.

Guineematin.com : Et, la route Labé-Koubia ?

Amadou Sadio Diallo, préfet de Koubia : Là aussi, les études sont faites et je sais que l’application doit être au premier trimestre de 2016.

Guineematin.com : Merci monsieur le Préfet

Amadou Sadio Diallo préfet de Koubia : Merci.

Interview réalisée à Koubia par Mamadou Alpha Baldé, envoyé spécial de Guineematin.com

Tél : 622 68 00 41 

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin