BEPC, école, Fatako, Tougué (5)Les salaires de six conseillers pédagogiques, maîtres formateurs, relevant de la Direction Préfectorale de l’Education de Tougué ont été suspendus pour avoir refusé catégoriquement de rejoindre leurs différents postes d’affectation, a appris Guineematin.com à travers un de ses correspondants dans la région.

Selon une des victimes qui a contacté Guineematin.com sous le couvert de l’anonymat, après leur formation à l’Institut Supérieur des Sciences de l’Education de Guinée, ils ne doivent plus être en situation de classes : « on devait être posté à la Direction Préfectorale de l’Education ou au niveau des Délégations Scolaires de l’Enseignement Elémentaire (DSEE). Mais, à notre grand étonnement, chacun de nous a été renvoyé en classe dans la localité où il servait avant d’aller à l’ISSEG. Sur un total de 7 enseignants concernés, un seul a été nommé Directeur d’école. Nous les autres, nous avons été mis en situation de classe. Nous avons refusé de rejoindre, parce qu’il y a des Directeurs d’école ou des Délégués scolaires de l’enseignement élémentaire qui n’ont pas fait la formation, mais qui continuent d’exercer. Nous avons appris que le DPE est parti à Labé aujourd’hui, vendredi 18 décembre 2015, pour déposer des correspondances aux banques dans le but de suspendre nos salaires. Le DPE a reçu des instructions allant dans ce sens de l’Inspecteur Régional de l’Education.»

Joint au téléphone, le Directeur Préfectoral de l’Education de Tougué, Elhadj Abdoulaye Souaré, a confirmé qu’il est actuellement à Labé dans le cadre d’un atelier avec la GIZ (coopération technique allemande). Sur la situation réelle de ces nouveaux conseillers pédagogiques maîtres formateurs, l’autorité de l’éducation a rappelé que la vocation première de tout enseignant, c’est d’enseigner.

Dans les couloirs de la Direction Préfectorale de l’Education de Tougué, on a expliqué à Guineematin.com que les enseignants concernés par cette mesure veulent remplacer des cadres en fonction et qui n’ont commis aucune faute administrative pour être limogés. « Ce qui va être très difficile pour les décideurs. L’intégration de ceux qui viennent de l’ISSEG doit se faire progressivement, mais pas de façon brutale. Surtout qu’ils sont minoritaires pour le moment. Sur quel critère allons-nous nous baser pour limoger six enseignants parmi tant d’autres qui ne sont pas passés par l’ISSEG. Ce qui est possible, c’est que chaque fois qu’un poste est vacant, nous allons penser aux conseillers pédagogiques maîtres formateurs qui ne sont pas postés et les recaser progressivement à des postes de responsabilités et d’encadrement», nous a fait comprendre un doyen de l’éducation.

De Labé, Idrissa Sampiring DIALLO pour Guineematin.com

Téléphones : (00224) 622 269 551 & 657 269 551     

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin