Usine farine Moulins TaïbaDepuis lundi, 21 décembre 2015, la société de farine, ‘’Moulin Taiba’’, sise à Kénédé, a vu les portes de son entreprise fermées par les autorités de Dubréka, a constaté Guineematin.com sur place, à travers son envoyé spécial dans la préfecture hier, mardi. Malheureusement, chaque heure de fermeture fait perdre plus de vingt à trente millions de francs et 70 employés au moins sont ainsi mis en chômage…

Cette fermeture est la conséquence d’une manifestation des populations riveraines, qui réclamait l’arrosage de la route menant aux entreprises de la place. Alors qu’un programme d’arrosage de l’axe Kalema-Kembou est élaboré par les jeunes de Kabèlé village, en collaboration avec le directeur préfectoral de l’environnement, la société ‘’Moulin Taiba’’ est accusée de ne pas respecter son tour d’arrosage du tronçon par les riverains.

« Lundi matin, nous avons trouvé que les populations ont barricadé la rentrée de l’usine, scandant que nous n’allons pas travailler. Les autorités locales : préfet, maire, secrétaire général chargé des collectivités décentralisées, ont demandé qu’on loue une citerne de 13 000 litres, comme toutes les sociétés le font. Nous avons dit que nous avons une citerne que nous utilisons depuis deux ans. Nous ne pouvons pas louer une citerne, alors que nous en avons une. Alors, nous nous sommes rendus à la commune pour échanger avec les autorités. Ils ont dépêché deux pick-ups de la gendarmerie et de la police pour fermer l’entrée de notre société », a expliqué à Guineematin.com, le responsable administratif de l’usine.

Par ailleurs, Monsieur Mohamed pense que les autorités font du chantage : « Ils disent que notre citerne est de six tonnes et nous devons faire six tours. J’ai répondu que cela n’est pas un problème. Mais, nous n’accepterons pas qu’on nous impose une citerne, parce que nous le faisons gratuitement depuis deux ans, avant même l’instauration de ce programme d’arrosage pour les six sociétés évoluant sur l’axe Kalema-Kembou», a-t-il ajouté.

Dubréka, commune urbaineA l’absence du maire de la commune urbaine, c’est le chef du service administratif de la Mairie de Dubréka, Mamady Kaba qui a accepté de recevoir le reporter de Guineematin.com. A en croire monsieur Kaba, les sociétés évoluent dans cette localité en toute anarchie. « Les riverains se sont révoltés, les autorités ont appelé le responsable de la société qui était à Conakry et ce dernier s’est permis de dire qu’il est occupé. C’est pourquoi l’usine est fermée».

De son côté, le responsable administratif de l’usine, Mohamed Lamine Sidy Hamed, a déploré les pertes que cette fermeture va entraîner : plusieurs millions par jour et des dizaines d’employés mis au chômage… «L’usine perd par heure plus de vingt à trente millions. Les clients viennent, mais ne peuvent pas être servis. L’usine produit six tonnes par heures et au moins soixante-dix employés sont bloqués sans travail », a-t-il dénoncé.

A suivre !

Abdoulaye Oumou Sow pour Guineematin.com
Tél : (00224) 620 848 501/ 656 486 601

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin