Bah Oury, fondateur et premier vice-président de l'UFDGDans un décret rendu public à la radio nationale, à la fin du journal, le président de la République, le professeur Alpha Condé a gracié le premier vice-président de l’UFDG, Bah Oury, ainsi que ses autres coaccusés dans l’affaire dite de putsch manqué le 19 juillet 2011 à son domicile privé de Kipé.

Désormais, le numéro deux de la principale formation politique de l’opposition, en exil depuis l’éclatement de cette affaire, est libre de regagner son pays.

Mais, contrairement à ce que nous avions appris, d’autres prisonniers politiques : AOB, Fatou Badiar et compagnie ne sont pas graciés…

A suivre !

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin