Mamadou Bondabon CamaraAprès l’adjudant Mohamed Condé, lieutenant Kémo Condé et le lieutenant Mohamed Condé, dans la matinée de ce mercredi 30 décembre 2015, c’est le lieutenant Colonel Mamadou Bondabon Camara, ancien préfet de Dubréka, qui a été appelé à la barre pour répondre aux question du juge, du procureur et des avocats (partie civile et défense), a constaté Guineematin.com à travers son reporter qui suit ces audiences.

D’abord, Bondabon a introduit son passage par une polémique en entonnant la Basmala (bismi-llāhi r-raḥmāni r-raḥīm, بسم الله الرحمن الرحيم) ! Après des rires et du brouhaha dans la salle, la partie civile a demandé que l’officier retire la Basmala. Mais, les avocats de la défense ont protesté, disant que ce n’était pas un serment…

Dans un récit émouvant, l’ancien préfet de Dubréka a décrit sa dure journée qui a marqué à jamais sa vie. De la route au camp Samory Touré, d’un garage aux centres de détention, le lieutenant Colonel Mamadou Bondabon Camara s’est présenté comme une victime de la confusion qui a accompagné le putsch manqué du 19 juillet 2011.

Après avoir répondu aux question du juge, du procureur et des avocats de la partie civile, le lieutenant colonel Bondabon va répondre aux questions des avocats qui le défendent, ainsi que ses cinq autres compagnons d’infortune.

A suivre !

Abdoulaye Oumou Sow suit les audiences du Tribunal militaire pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin