Portrait des nouveaux ministres des Mines, de l’Economie et de celui du Budget

Alpha Condé et son Premier ministre Mohamed YoulaBiographie détaillée de trois nouveau ministres : Abdoulaye Magassouba, ministre des Mines et de la Géologie ; Malado Kaba, ministre de l’Economie et des Finances ; et, Mohamed Lamine Doumbouya, ministre du Budget.

Note biographique détaillée : Abdoulaye Magassouba 

Abdoulaye Magassouba, un économiste, expert des grands projets d’investissements, nommé ministre des Mines et de la Géologie pour engager la relance du secteur minier

Abdoulaye Magassouba, 39 ans, économiste, conseiller à la présidence de la République de Guinée et expert des grands projets d’investissements, notamment miniers, a été nommé ministre des Mines et de la Géologie. Il est l’une des figures caractéristiques du nouveau gouvernement de travail et d’actions qui vient d’être formé, sur la double priorité de compétence et d’expertise, pour remplir la mission de soutenir la reprise économique et la création d’emplois en Guinée et d’accélérer le développement du pays. Abdoulaye Magassouba figure ainsi parmi les seize nouveaux ministres du gouvernement, dont une majorité de trentenaires et de quadragénaires, tous retenus pour leurs compétences, leur expérience et leur capacité de résultats (« delivery »).

Spécialiste des projets d’investissements d’envergure, Abdoulaye Magassouba appartient aussi à la nouvelle génération de cadres supérieurs guinéens hautement qualifiés, formés en Guinée et à l’étranger, qui ont réussi dans le secteur privé avant de rejoindre l’administration publique afin de contribuer activement à la transformation économique de la Guinée.

Figurant parmi les jeunes acteurs compétents du changement qui ont accompagné le premier mandat du Président Alpha Condé pour soutenir le développement de grands projets d’investissements internationaux en Guinée, Abdoulaye Magassouba a occupé, de mars 2013 à décembre 2015, le poste de Conseiller en charge du Bureau de Suivi et d’Appui de la Présidence de la République. Il avait pour mission de suivre et d’appuyer la mise en œuvre des projets prioritaires du Président de la République, notamment dans les secteurs des mines, de l’énergie et de l’agriculture. A ce titre, il a été impliqué dans de nombreux projets d’envergure dans le secteur minier. Il a, en particulier, activement participé aux négociations et au suivi du projet GAC de Mubadala dans le cadre de la relance du secteur de la bauxite, et du projet Simandou. Il a également participé aux activités de promotion du secteur minier auprès d’investisseurs internationaux et de partenaires au développement.

Abdoulaye Magassouba a été membre actif de plusieurs comités stratégiques et techniques. Il a ainsi été un des acteurs clés des discussions avec les partenaires sur le montage du projet Souapiti et plus largement du secteur de l’énergie, ainsi que dans le suivi du partenariat stratégique avec Abu Dhabi sur les secteurs de l’agriculture, de l’énergie et des mines.

Avant de rejoindre le cabinet du Président de la République, Abdoulaye Magassouba a exercé pendant 15 ans dans le domaine du conseil, de l’assistance technique et de l’audit auprès des structures des secteurs public et privé en Guinée, lui permettant de développer une connaissance fine des entreprises, des acteurs et des enjeux économiques guinéens. Il a travaillé sur la conception et la mise en œuvre de projets et programmes financés par les bailleurs multilatéraux. Il a, en particulier, participé à la mise en place ou à l’audit de la plus part des grands projets de la Banque mondiale en Guinée, au cours des années 2000, dans le domaine de la santé, du renforcement des capacités institutionnelles et de la décentralisation. Dans le secteur privé, il a effectué des missions d’audit et conseil d’entreprise dans les secteurs des mines, des assurances, des télécommunications, de l’électricité, de la micro finance, du commerce et de l’industrie.

Abdoulaye Magassouba a également assuré des fonctions d’enseignant et chercheur assistant au Centre pour l’Economie du Développement à Williams College (Etats-Unis). Il a réalisé des consultations pour des organismes internationaux tels que l’ONUSIDA, le Centre du Commerce International (CCI, Nations Unies), la Banque Africaine de Développement et France Expertise Internationale.

Né à Macenta en 1976, Abdoulaye Magassouba a mené de brillantes études secondaires et universitaires en Guinée et à l’étranger, avant de réussir le concours Fulbright, qui est la plus prestigieuse bourse du Gouvernement Américain décernée chaque année aux professionnels les plus prometteurs à travers le monde. Il a mis ce programme à profit pour compléter son diplôme d’Études Supérieures en Management Financier obtenu au Maroc par un Master en politiques économiques, spécialisé sur l’économie du développement, à Williams College (Massachusetts) aux Etats-Unis en 2010-2011. Il fait partie des très rares bacheliers guinéens à avoir été premier de la République, aux 1ere et 2e parties du baccalauréat en 1994 et 1995. Il a aussi été major de sa promotion à l’Ecole de Commerce au Maroc en 2000.

A travers la nomination au gouvernement d’Abdoulaye Magassouba et d’autres hauts cadres guinéens avec des aptitudes avérées tant dans le secteur public que dans le secteur privé, le Président Alpha Condé concrétise son engagement à faire appel à une nouvelle génération de technocrates pour accélérer le développement de la Guinée au cours de son nouveau mandat.

Note biographique détaillée : Malado Kaba

Malado Kaba, une experte internationale confirmée en macro-économie et en administration de projets, nommée ministre de l’Economie et des Finances

Malado Kaba, 44 ans, est l’une des figures emblématiques du nouveau gouvernement qui donne la priorité à la compétence et à l’action afin de soutenir la création d’emplois et la reprise économique en Guinée. Marquée par l’entrée de seize nouveaux ministres tous retenus pour leurs expertises, parmi lesquels des quadragénaires et des trentenaires dotés d’expériences internationales, la nouvelle équipe gouvernementale guinéenne confirme aussi la volonté du Président Alpha Condé de promouvoir l’égalité des genres, avec la remise de plusieurs ministères stratégiques à des femmes reconnues pour leurs compétences.

Avec 18 ans d’expérience professionnelle au sein d’institutions et d’organisations internationales de référence, Malado Kaba est une experte en macro-économie et en finances publiques, ainsi qu’une administratrice de projets confirmée, notamment dans la mise en œuvre de programme de réformes du secteur public. Elle incarne aussi la nouvelle génération de cadres guinéens hautement qualifiés des pouvoirs publics et du secteur privé, qui ont été formés à l’étranger et ont exercé dans des structures internationales, en Europe, en Afrique ou aux Etats-Unis, avant de revenir en Guinée pour contribuer activement au développement du pays.

Avant de rejoindre le gouvernement, Malado Kaba a occupé le poste de directrice-pays pour la Guinée pour la fondation Tony Blair Africa Governance Initiative (AGI), de juin 2014 à décembre 2015. Basée à Conakry, elle a dirigé une équipe dont l’action contribue à aider le gouvernement à traduire sa vision de développement en des programmes concrets pour les populations et à soutenir le renforcement des capacités institutionnelles. Avant de rejoindre AGI, Malado Kaba a passé la majeure partie de sa carrière professionnelle à la Commission européenne dans le domaine du développement.

Au sein des départements économiques des délégations de l’Union européenne (UE) en Afrique et dans les Caraïbes, elle a géré d’importants programmes de soutien macroéconomique, d’appui institutionnel et de développement social. En Afrique du Sud, à Pretoria, au sein de la section « Economie et infrastructure » de la délégation de l’UE, elle a notamment été chargée de l’analyse macroéconomique, du suivi des questions globales et du dialogue macroéconomique (G-20) dans le contexte du Partenariat UE-Afrique du Sud, des questions de transparence budgétaire, ainsi que de la gestion opérationnelle de programmes de réformes du secteur public. Elle a passé plusieurs années à analyser l’impact de la crise financière en Europe sur l’économie sud-africaine. Elle a également travaillé sur les questions de politiques et programmes « pro-poor », ainsi que sur les finances publiques locales. Elle a également suivi les questions de transparence budgétaire, de mobilisation des ressources internes et de réformes du secteur public. Enfin, elle a initié avec succès les dialogues macroéconomiques entre l’Afrique du Sud et la Commission européenne dans le cadre du Partenariat UE-Afrique du Sud.

En Guinée et en Jamaïque, Malado Kaba a géré de nombreux programmes de développement totalisant plus de 100 millions d’euros dans les domaines de l’appui budgétaire, la santé, l’éducation et la décentralisation. Elle a acquis une solide expérience dans le domaine de l’analyse économique et budgétaire, ainsi que dans l’administration de projets de développement. Elle a également supervisé les travaux de plusieurs départements au sein de ces délégations dans le cadre du suivi-évaluation et de la programmation des appuis financiers octroyés par l’UE. En Guinée, elle a apporté un appui aux ministères sectoriels (santé et éducation) dans la programmation et l’exécution de leur budget de fonctionnement, et a travaillé à la conception d’outils pour le suivi et le contrôle des dépenses publiques. Elle a grandement contribué à assainir et améliorer la qualité du portefeuille de projets de l’UE en Guinée. En Jamaïque, au sein de la section développement économique et social de la délégation de l’UE, elle a notamment été chargée de la conception d’un programme d’appui budgétaire sectoriel au secteur des transports et du suivi de l’instrument de fluctuations des revenus d’exportations (FLEX).

Conseillère attachée au cabinet du ministre de l’Economie, des Finances et du Plan de la République de Guinée de 1996 à 1999, elle a notamment travaillé sur l’analyse macroéconomique et le suivi mensuel de l’exécution des dépenses publiques, et les rapports de synthèse pour le conseil des ministres. Elle a été chargée du suivi du cadre de dépenses à moyen terme et d’un projet de renforcement des capacités, des relations avec la Banque africaine de développement (BAD) et la Banque mondiale, ainsi que du Suivi de la gestion de la dette.

Après un DESS en économie du développement obtenu en 1994 à Paris-Ouest Nanterre la Défense, Malado Kaba a effectué un stage au ministère de la Coopération en France, dans le Département des Appuis Economiques et Financiers. En 1996, elle a rejoint le ministère de l’Economie, des Finances et du Plan de la République de Guinée et n’a cessé de se consacrer aux questions de développement.

Note biographique détaillée : Mohamed Lamine Doumbouya

Mohamed Lamine Doumbouya, un expert des questions économiques et financières, nommé ministre du Budget

Mohamed Lamine Doumbouya, 43 ans, est un économiste, spécialiste des questions de développement, bancaires et monétaires. Sa nomination au poste de ministre du Budget s’inscrit dans la priorité donnée par le Président Alpha Condé, avec le nouveau Premier ministre Mamady Youla, à former un nouveau gouvernement de travail et d’actions, composé sur le critère principal de la compétence et de l’expertise, et dont l’objectif est de soutenir la reprise économique et la création d’emplois en Guinée et d’accélérer le développement du pays.

Mohamed Lamine Doumbouya compte parmi les seize nouveaux ministres du gouvernement, dont une majorité de quadragénaires et de trentenaires, tous retenus pour leurs compétences, leur expérience et leur capacité de résultats (« delivery »). Expert ayant évolué au Maroc, en France et au Canada avant de rejoindre l’administration guinéenne, il appartient aussi à la nouvelle génération de cadres supérieurs hautement qualifiés, qui sont nés en Guinée puis ont été formés à l’étranger et recrutés par des organismes de référence, avant de choisir de revenir sur le sol natal pour contribuer activement au développement de la Guinée.

Mohamed Lamine Doumbouya a été Conseiller Spécial du Premier ministre, en charge des questions monétaires et bancaires, d’avril 2013 à décembre 2015. Il a présidé le Pool de suivi et d’évaluation des performances des Départements ministériels à la Primature. Il a également été Membre du Conseil de Coordination Economique et des Réformes, Membre du Comité Technique d’Harmonisation de la Balance des Paiements, et Membre de l’équipe de négociation des revues de performance de l’économie guinéenne dans le cadre du Programme de Facilité Elargie du Crédit, avec le Fonds monétaire international (FMI) et la Banque mondiale.

Avant de revenir en Guinée et de rejoindre la Primature en 2013, il a vécu au Canada, où il a enseigné à l’Université d’Ottawa et au CEGEP de l’Outaouais, de septembre 2010 à mars 2013. Il a également exercé en qualité de professionnel de recherche au Centre de Recherche et de Transfert en Intelligence Territoriale (CeRTIT) au CEGEP de l’Outaouais, Québec.

Né à Conakry en 1972, il est diplômé de la Faculté des Sciences Juridiques, Économiques et Sociales de l’université Mohamed V-Agdal de Rabat, au Maroc, où il a obtenu une maîtrise en sciences économiques, puis un Diplôme d’Études Supérieures Approfondies en Monnaie, Finances et Banques en 2000. Etudiant engagé, il a été Président du Conseil Confédéral de la confédération des élèves, étudiants et stagiaires africains au Maroc de 1999 à 2000.

De 2002 à 2007, il a mené des recherches, puis soutenu une thèse de Doctorat à la Faculté des Sciences Économiques et de Gestion de l’université Lumière Lyon 2, en France. Il a travaillé pour le Laboratoire d’Économie de la Firme et des Institutions (LEFI), menant des recherches sur des questions aussi variées que la pauvreté, le financement de l’économie, l’entrepreneuriat ou l’économie de la santé. Il est auteur de nombreuses publications dans des revues de références. Il a été Attaché Temporaire d’Enseignement et de Recherche à l’École Centrale de Lyon, de 2005 à 2007; enseignant à la Faculté des Sciences Économiques et de Gestion de l’Université Lumière Lyon 2, à l’École Nationale des Travaux Publics de l’État et à l’École de Commerce Européenne, entre 2008 et 2010.

D’octobre 2014 à décembre 2015, il a enseigné à la Faculté des Sciences Économiques et de Gestion de Sonfonia, donnant des cours de Monnaie et Institutions Financières aux étudiants en Licence 2.

Transmis par la Cellule de Communication du Gouvernement

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS