tougue-carte2Le directeur et maitre de classe multigrades de l’école primaire de Wedou Malanga, dans la sous-préfecture de Koin, préfecture de Tougué, est suspendu de ses fonctions dpuis un bon moment, a appris Guineematin.com de l’intéressé. A en croire nos informateurs, Ibrahima Sory Soumpoura Diallo, a d’abord été délogé de son local à Wedou Malanga avant qu’on ne lui retire les clés de l’établissement scolaire qu’il dirigeait jusque là. Pour lui, son appartenance au parti présidentiel, le RPG arc-en-ciel, est à l’origine de cette action qu’il qualifie d’arbitraire.

« C’est au cours du mois de novembre qu’on m’a signifié qu’on va me déloger puisque je suis RPGiste. Et, c’est ce qui fut fait. Au début, le propriétaire de la maison a envoyé quelqu’un pour me dire de quitter en trois jours. Je lui ai dit que ce n’est pas possible, qu’il fallait au moins me donner une semaine. Mais, je n’ai pas été écouté. Et, quand on m’a délogé, j’ai avertit mes supérieurs qui m’ont dit de prendre mes bagages et d’aller rester à Koin centre. J’ai donc obéi et  je suis venu à Koin. Depuis ça, je n’y suis pas retourné, donc je n’enseigne pas. », a dit Ibrahima Sory  Diallo qui accuse par ailleurs l’ancien directeur de l’école, un natif de Wedou Malanga  à la retraite, d’être le commanditaire de cette affaire. Selon lui, ce dernier l’aurait même menacé devant ses enseignants.

« Tout a été orchestré par M. Kenda Diallo, un natif du secteur. C’est lui qui était directeur, on l’a envoyé à la retraite. Mais, il ne voulait pas quitter. Comme cela n’était pas possible, il est venu même me trouver à l’école devant mes enseignants me dire qu’il a dit aux membres de l’APEAE de me chasser du village. Il m’a même dit qu’il a donné des instructions. C’est ainsi, qu’ils ont adressé une correspondance  au président du secteur. Celui-ci l’a adressée au président du district, qui à son tour l’a remontée à la coordination qui a finalement  informé le DSEE », a ajouté monsieur Ibrahima Sory Soumpoura Diallo au téléphone de Guineematin.com ce lundi 4 janvier 2016.

Sur les circonstances dans lesquelles les clés de l’école primaire lui ont été retirées, monsieur Diallo a expliqué : « Tout a commencé en novembre 2015, lorsque certains membres de l’APEAE de ladite école ont adressé un courrier au délégué spécial de l’enseignement élémentaire de Koin. Après quatre correspondances, le DSEE, Thierno Abdoul Diallo, n’a pas donné de suite, ne voyant pas la signature des autorités locales.  Après donc la signature du chef du district, Thierno Abdoul a retiré les clés de l’école et m’a sommé de quitter les lieux en attendant la résolution du conflit ».

Outre son appartenance politique, Ibrahima Sory Soumpoura Diallo est reproché d’être asocial.  Des accusations réfutées par certains parents d’élèves qui exigent immediatement son retour à la direction de l’école primaire de Wedou Malanga.

En entendant donc la résolution de ce problème, les classes de 5eme et 6eme années tenues par Ibrahima Sory Soumpoura Diallo, le directeur de l’école, restent fermées.

Joint au téléphone par Guinéematin.com, le DSEE a pour sa part mentionné que le problème ne se situe pas entre les autorités scolaires et le directeur de l’école primaire ; mais plutôt entre  ce dernier et la communauté, précisément l’APEAE. Voici ce que Thierno Abdoul Diallo a dit au téléphone de Guineematin.com : «  vous savez, il y a des partenariats dorénavant dans écoles. C’est ce partenariat qui est selon l’APEAE mal entretenu. C’est la raison pour laquelle, ils ont écrit des correspondances pour nous indiquer qu’ils ne peuvent pas travailler avec Ibrahima Sory Soumpoura Diallo. Et, cela date de l’année dernière. », a précisé Thierno Abdoul Diallo, ajoutant par ailleurs avoir déjà interpellé son supérieur hiérarchique, notamment le directeur préfectoral de l’éducation.

Affaire à suivre

De Labé, Yayé Aissata Diallo, pour Guineematin.com

620 03 66 65

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin