Alpha Condé et son Premier ministre Mohamed YoulaComme on le sait, le président de la République a annoncé hier soir (lundi 04 janvier 2016) le décret d nomination du tout premier gouvernement de son deuxième et dernier mandat. Parmi les nouveaux entrants, nous vous proposons de découvrir ci-dessous les portraits des ministres des Affaires étrangères et des Guinéens de l’étranger ; de l’Environnement, des eaux et forêts ; des Travaux publics ; et, celui de la Santé.

Makalé Camara, une diplomate chevronnée, juriste et leader de la société civile engagée au service du dialogue politique et de la promotion des femmes, nommée ministre des Affaires Etrangères et des Guinéens de l’Etranger. Par son expertise et son engagement sur le terrain de la diplomatie, en faveur de la paix et de la sécurité, du dialogue politique, du droit du travail, de l’emploi et de la promotion des femmes, Makalé Camara, 59 ans, figure parmi les personnalités du nouveau gouvernement guinéen. Elle est l’un des visages marquants du nouveau gouvernement de travail et d’actions, composé par le Président Alpha Condé avec le nouveau Premier ministre Mamady Youla, sur le critère principal de la compétence afin de soutenir la création d’emplois et la reprise économique en Guinée, notamment en faveur de la jeunesse, et d’accélérer le développement du pays.

Makalé Camara figure parmi les seize nouveaux ministres du gouvernement, tous retenus pour leurs expertises. Sa nomination au poste de ministre des Affaires Etrangères et des Guinéens de l’Etranger concrétise aussi l’engagement du Président Alpha Condé à promouvoir l’égalité des genres. La nouvelle équipe gouvernementale est en effet marquée par la remise de sept ministères stratégiques à des femmes reconnues pour leurs compétences.

Avec 35 années d’expérience professionnelle au sein de l’administration guinéenne et de la société civile, Makalé Camara est une diplomate chevronnée, juriste de formation ayant travaillé au renforcement du droit du travail en Guinée, ainsi qu’une figure de la société civile guinéenne, engagée au service du dialogue politique et social et de la promotion des femmes.

De 2012 à décembre 2015, elle a occupé le poste de Secrétaire Générale du Réseau des Femmes Africaines Ministres et Parlementaires en Guinée (REFAMP/G), structure créée en 1997 dans tous les pays africains sur proposition des Nations Unies. En 1997, elle avait déjà été nommée à ce poste, devenant ainsi la première Secrétaire Générale du REFAMP/G. A cette fonction, elle a, dans le cadre de la lutte contre Ebola et sur invitation de la Ministre des Affaires Sociales, de la Promotion Féminine et de l’Enfance, mené plusieurs délégations pour des campagnes de sensibilisation dans les marchés, débarcadères, mosquées, écoles et autres lieux de regroupement, afin de prévenir la diffusion de l’épidémie au sein des populations les plus vulnérables. En mars 2015, elle a participé, à l’invitation de l’UAF-Africa, à la rencontre à Harvard University d’Eminentes Femmes Africaines sur leur rôle en faveur du renforcement des droits des Femmes, vingt ans après la Conférence Mondiale des Femmes à Beijing. Fin mars 2015, elle est également intervenue à la 59e Session de la Conférence Internationale des Femmes. En avril 2015, elle a créé le mouvement de Femmes et de Jeunes de Guinée pour la Paix (FEMJEUGUIP) pour aider au dialogue entre les acteurs politiques concernant le calendrier électoral. En novembre 2015, à l’occasion des Journées portes ouvertes sur la Résolution 1325 du Conseil de Sécurité des Nations Unies, Ibn Chambas, le Représentant Spécial du Secrétaire Général des Nations Unies, l’a invitée à intervenir sur « l’Implication des Femmes dans le Dialogue Politique en Guinée ».

De 2007 à 2011, Makalé Camara a été Ambassadrice Extraordinaire et Plénipotentiaire de la République de Guinée en France, en Espagne, au Portugal et à Monaco. Résidente à Paris, elle a été Déléguée permanente à l’UNESCO, Représentante à la Francophonie et au BIE. Elle a animé plusieurs rencontres sur les questions de co-développement, des opportunités d’investissement en Guinée. Elle a été membre du Partenariat Eurafricain.

De 2002 à 2007, Makalé Camara a été Ambassadrice Extraordinaire et Plénipotentiaire de la République de Guinée au Sénégal, en Gambie, au Cap-Vert et en Mauritanie. Elle a aussi procédé au rapprochement entre la République de Guinée et la République de la Corée du Sud, par la signature d’un accord d’établissement des relations diplomatiques et d’autres accords de coopération. Elle a procédé à cette signature en août 2006 à Séoul, en présence de Ban Ki-Moon, alors ministre des Affaires Etrangères de la République de Corée.

De 1997 à 2002, Makalé Camara a été Secrétaire Générale du REFAMP/G. Alors que la guerre persistait au Libéria et en Sierra Léone, le REFAMP/G a organisé, à son initiative, une Conférence sous-régionale sur l’Implication des Femmes dans la prévention et la gestion des conflits en Afrique de l’Ouest, en janvier 2000 en Guinée. Cette conférence, première du genre en Afrique de l’Ouest, a rencontré un franc succès. A travers le REFAMP/G, Makalé Camara s’est largement investie dans les actions de maintien de la paix et de solidarité envers les refugiés et les personnes déplacées. Dans le cadre de ses activités au sein de la société civile, elle a participé à de nombreux forums sur la paix et la sécurité, la bonne gouvernance, la stabilité sociale et le développement durable. En 2000, en tant qu’observateur de l’Organisation de l’unité africaine (OUA), elle a participé au référendum constitutionnel de la Côte d’Ivoire. En 2001, à l’invitation de l’USAID, elle a été invitée à suivre aux Etats-Unis une session sur la « gestion des conflits, planification et coopération entre civil et militaires » à Harvard University, JFK School of Governement.

En 1998, Makalé Camara a participé au Haut Conseil aux Affaires Electorales pour garantir la transparence des élections présidentielles.

De 1997 à 2000, Makalé Camara a présidé le Conseil d’Administration de l’Office National de l’Emploi et de la Main d’Œuvre (ONEMO). A ce poste, elle a été chargée d’orienter la politique nationale de création d’emplois.

De 1994 à 1996, Makalé Camara a occupé le poste de ministre de l’Agriculture, de l’Elevage et des Forêts. Elle a simultanément été membre du Comité de Coordination Economique et Financière (CCEF), chargée de la politique économique du Gouvernement et des négociations avec les bailleurs de fonds bilatéraux et multilatéraux. A ce poste, elle a mené des projets de développement pour les populations. Elle a également négocié et obtenu de la Banque Mondiale le projet des services agricoles II en1995. La même année, à l’occasion de la célébration du cinquantième anniversaire de la FAO, elle a participé, à l’invitation du Forum Francophone des Affaires du Québec, à une conférence sur les potentialités agricoles et les perspectives de l’agro-industrie en Guinée.

De 1992 à 1994, Makalé Camara a occupé le poste de Secrétaire d’Etat aux Affaires Sociales, à la Promotion Féminine et à l’Enfance. A l’issue de sa prise de contact avec les organisations féminines de la Guinée, elle a mené une étude portant analyse des freins et vecteurs d’appui pour une meilleure prise en compte des activités de la couche féminine. A la préparation de la Conférence Mondiale des Femmes de Beijing, elle a assumé la Présidence du Comité National Préparatoire de la Conférence Régionale de Dakar en 1994. La même année, elle a par ailleurs participé à la Conférence Internationale sur la Population et le Développement (CIPD) tenue au Caire.

De 1991 à 1992, Makalé Camara a été membre du Comité Transitoire de Redressement National (CTRN), organe législatif chargé de mettre en place la loi fondamentale, les institutions républicaines et l’organisation administrative et sociale de la 2ème République. Cette institution a joué le rôle dévolu à un Parlement et a été le creuset de toutes les lois régissant un Etat de Droit. Aujourd’hui encore, le législateur s’inspire de ces textes de loi.

De 1986 à 1991, Makalé Camara a occupé le poste d’Inspectrice Générale du Travail au ministère de la Fonction publique, chargée notamment de l’adaptation et de la mise en place du Droit du travail conformément aux mutations de l’économie et de la société guinéennes vers le libéralisme. A cette fonction, elle a aussi joué un rôle d’arbitre entre les syndicats et le patronat, en veillant au respect des conditions de travail par la négociation de conventions par secteurs d’activités.

En 1985, Makalé Camara a été Directrice Nationale du séminaire de la fonction publique (Centre de formation). De 1982 à 1984, elle a occupé le poste de Chef du Service Chargé des Relations internationales au Ministère de la fonction publique, chargé notamment de la coopération bilatérale en matière de législation du travail et des droits syndicaux. De 1981 à 1982, elle a été Chef de Division chargée du contrôle des départements ministériels au Ministère du travail et de la fonction publique. De 1980 à 1981, elle a été Assistante au Parquet Général de la République (Ministère de la Justice).

Née en 1956 à Mamou, Makalé Camara est diplômée de l’Université de Conakry, avec un Master en Droit du travail en 1980. Elle a suivi plusieurs formations au Bureau International du Travail (BIT) et à la Direction du Travail à Paris. Humphry Fellow, elle a également suivi une formation en Relations Internationales et Gestion du Développement pendant un an à American University à Washington en 1984.

Makalé Camara est membre, au niveau national, du Comité de Pilotage de la « Lutte contre les Mutilations Génitales».

Makalé Camara est Chevalière de l’Ordre National du Mérite depuis juillet 2008.

 

Qui est Christine Sagno, Ministre de l’Environnement, des Eaux et Forêts ?

Christine Sagno, une environnementaliste expérimentée, au poste de ministre de l’Environnement, des Eaux et Forêts
Spécialiste de la protection de l’environnement, de la faune et de la flore, et haut cadre de l’administration guinéenne, Christine Sagno, 58 ans, a été nommée ministre de l’Environnement, des Eaux et Forêts. Sa nomination s’inscrit dans les efforts prioritaires de la Guinée en faveur du développement durable et responsable, de la bonne gestion des ressources naturelles, de la préservation de la biodiversité et de la lutte contre le réchauffement climatique.

L’entrée au gouvernement de Christine Sagno illustre aussi la concrétisation de l’engagement du Président Alpha Condé à promouvoir l’accès de femmes compétentes à des postes à haute responsabilité : la nouvelle ministre de l’Environnement, des Eaux et Forêts figure en effet parmi les sept femmes de la nouvelle équipe gouvernementale, auxquelles reviennent des ministères clés. Plus largement, sa nomination répond au choix donné à la compétence et à l’expertise pour la composition du nouveau gouvernement, dont la priorité est de soutenir la reprise économique et la création d’emplois en Guinée et d’accélérer le développement du pays.

Avant sa nomination, Christine Sagno a occupé le poste d’Inspectrice Générale Adjointe au ministère de l’Environnement, des Eaux et Forêts de mai 2014 à décembre 2015. Elle était auparavant, de 2004 à 2011, Directrice Nationale des Eaux et Forêts. Ecologiste expérimentée, elle a été Chef de Division Faune et Protection de la Nature (DNEF) de 1998 à 2004, Assistante au Projet de conservation des chimpanzés en Guinée (DNEF) de 1995 à 1997, ainsi que Directrice Adjointe des Espaces Verts de Kissidougou de 1982 à 1985 et Stagiaire dans la Ferme agro-pastorale de Kissidougou (FAPA) de 1981 à 1982.

Née à N’zérékoré en 1957, Christine Sagno est titulaire d’un Diplôme d’Etudes Supérieures (DES) de l’Institut Polytechnique de Kankan obtenu en 1982. Dans le cadre de sa formation post-universitaire, elle est également titulaire qu’un Diplôme d’Etudes Académiques (DEA), spécialisation faune et flore, obtenu à Garoua (République du Cameroun) en 1991.

Au cours de sa carrière, Christine Sagno a également participé aux principales conférences sous-régionales et internationales dans le domaine de la protection des forêts, de la faune et de la flore, et du développement durable, notamment : l’Atelier sur l’Evaluation de l’Arrangement International sur les Forêts (AIF), à Nairobi au Kenya en février 2014 ; l’Atelier sur les Changements Climatiques en Afrique de l’Ouest, à Ouagadougou au Burkina-Faso en octobre 2013 ; l’Atelier sur le Mécanisme de Financement de la Gestion Durable des Forêts, à Addis-Abeba en Ethiopie en juin 2013 ; la 10ème session du Forum des Nations Unies sur les Forêts, à Istanbul en Turquie en avril 2013 ; l’Atelier sur le financement des Forêts et la gestion durable des ressources forestières en Afrique, à Dakar au Sénégal en décembre 2012 ; ou encore la Réunion des Experts du Forum et la Conférence des Nations Unies sur le financement des Forêts, à Nairobi au Kenya en septembre 2010.

 

Qui est Oumou Camara, Ministre des Travaux Publics ?

Oumou Camara, ingénieure en génie civile et Secrétaire générale au ministère des Travaux Publics, nommée ministre des Travaux Publics

Jusqu’alors Secrétaire générale au ministère des Travaux Publics, Oumou Camara, 55 ans, ingénieure en génie civil, option Ponts et chaussées, a été nommée ministre des Travaux Publics. Elle possède une expérience professionnelle de 25 ans, acquise en totalité dans le domaine des infrastructures (routières, scolaires, hospitalières, sanitaires, etc). Sa nomination répond au choix donné à la compétence et à l’expertise pour la composition du nouveau gouvernement, dont la priorité est de soutenir la reprise économique et la création d’emplois en Guinée et d’accélérer le développement du pays. L’entrée au gouvernement d’Oumou Camara s’inscrit aussi dans la concrétisation de l’engagement du Président Alpha Condé à promouvoir l’accès de femmes compétentes à des postes à haute responsabilité : la nouvelle ministre des Travaux Publics figure en effet parmi les sept femmes de la nouvelle équipe gouvernementale, auxquelles reviennent des ministères importants.

D’avril 2014 à décembre 2015, Oumou Camara a occupé le poste de Secrétaire générale au ministère des Travaux Publics. Elle a, en plus de ses attributions de coordination des activités techniques et administratives du ministère, activement œuvré pour la mise en œuvre des projets de réformes, parmi lesquelles l’élaboration et le démarrage d’un Programme d’Appui Institutionnel aux ministères des Travaux Publics et des Transports sur financement de l’Union européenne (UE).

D’octobre 2003 à avril 2014, elle a été Chargée de programmes d’infrastructures et de service, à la délégation de l’UE à Conakry. Au sein de l’institution, sa carrière a été principalement consacrée à la gestion des projets et des programmes d’infrastructures sur le plan technique, administratif et financier. Elle a notamment contribué au processus d’élaboration des documents de stratégie de coopération avec la République de Guinée et participé à la préparation et à la mise en œuvre de plusieurs projets, financés par les bailleurs de fonds comme la Banque Mondiale, l’Agence Française de Développement et l’UE.

De 1993-2000, Oumou Camara a exercé en qualité d’enseignant-chercheur chargée des cours et Chef de Laboratoire Géotechnique et matériaux de construction à l’Université Gamal Abdel Nasser de Conakry, au sein du Département Génie Civile.

Née en 1960 à Siguiri, elle est diplômée du Département de Génie Civil de l’Université de Conakry. Au titre de formations et de séminaires post-universitaires, elle a notamment participé en octobre 2015, au Maroc, à la 8ème édition du Forum Africain des Infrastructures sur le thème « Coopération Sud-Sud et relais du développement des infrastructures de transport », ainsi qu’à divers séminaires régionaux dans le domaine des infrastructures.

Activement engagée dans le renforcement de la formation des jeunes et des femmes en Guinée, Oumou Camara est Membre cofondateur de l’Association des Femmes Ingénieurs de Guinée.

 

Qui est Abdourahmane Diallo, Ministre de la Santé?

Dr. Abdourahmane Diallo, un médecin et expert international du renforcement des systèmes de santé, nommé ministre de la Santé

Dr. Abdourahmane Diallo, 45 ans, est un spécialiste international du renforcement des systèmes de santé, doté d’une forte expérience en planification stratégique, conception et gestion de programmes de santé. Sa nomination au poste de ministre de la Santé s’inscrit dans la priorité donnée par le Président Alpha Condé à l’expertise pour former un gouvernement d’actions, ainsi qu’à la mise en place d’un programme de renforcement du système de santé guinéen à l’échelle nationale et communautaire. L’objectif visé est d’offrir aux Guinéens un accès à des soins universels de qualité et d’améliorer la capacité de prévention et de gestion d’épidémies, alors que l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a déclaré le 29 décembre 2015 la fin de l’épidémie d’Ebola qui a sévèrement frappé les populations pendant près de deux ans.

Expert reconnu, docteur en médecine, titulaire d’un Master en Santé Publique, Dr. Abdourahmane Diallo a près de 20 ans d’expérience en clinique et en développement international, spécialisé en gestion de systèmes de santé dans les pays en voie de développement et en gestion logistique des produits de santé publique tels que les médicaments du VIH/SIDA, de la tuberculose, de la santé de la reproduction, les médicaments essentiels et génériques ainsi que les intrants de laboratoire.

D’octobre 2010 à décembre 2015, Dr. Abdourahmane Diallo a occupé le poste de Directeur du Renforcement des Systèmes de Santé du projet USAID DELIVER à Washington DC. En cette capacité, il a dirigé au siège du projet, l’équipe technique qui définit l’orientation et supporte toutes les activités du projet liées au renforcement des systèmes de santé et des chaînes d’approvisionnement des produits de santé publique y compris le développement, l’adaptation et la mise en mise en œuvre d’approches innovatrices. Il a été membre de l’équipe de gestion du projet et a été responsable du développement et du suivi de plans d’action et du budget des activités centrales de son département.

D’août 2007 à octobre 2010, Dr. Abdourahmane Diallo a été le Directeur Pays pour la Tanzanie du projet SCMS (Supply Chain Management System) financé par PEPFAR (l’Initiative du Président Américain pour la Lutte contre le SIDA) à travers l’USAID et mis en œuvre par l’organisation américaine John Snow, Inc. (JSI), avec un budget annuel de plus de 40 millions de dollars. Il a introduit en Tanzanie le concept de magasins pharmaceutiques préfabriqués pour l’expansion des capacités d’entreposage de la Centrale d’ Achats, faisant du bureau SCMS/Tanzanie le premier pays du projet SCMS à avoir une telle infrastructure de pointe. Il a également mis en place une approche innovatrice pour la pérennisation des chaînes d’approvisionnement en Tanzanie, en développant un programme de mentorat pour le personnel de santé régional et de districts à travers le développement et l’utilisation d’un outil pratique de résolution de problèmes qui a été bien accueilli et adopté par les homologues nationaux.

De septembre 2002 à août 2007, il a été Conseiller Technique Principal et Chef d’Equipe Laboratoire de John Snow, Inc. à Arlington en Virginie (Etats-Unis). Il a notamment développé et géré la première équipe centrale financée par l’USAID pour le renforcement de la gestion logistique des produits de laboratoire dans les pays en voie de développement. Auparavant, il a travaillé dans près de 30 pays en Afrique, Asie et dans les Caraïbes.

Né en 1970 à Conakry, Dr. Abdourahmane Diallo est titulaire depuis 1997 d’un Doctorat en médecine générale de la Faculté de Médecine et de Pharmacie de Casablanca (Maroc) et depuis 2001 d’un Master en Santé Publique de l’Université Johns Hopkins de Baltimore (Maryland, USA).

La Cellule de Communication du Gouvernement

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin