Lutte traditionnelle au Sénégal : journaliste guinéen raconte

Iba Mar Diop, lutte traditionnelle à DakarPendant son séjour au Sénégal, le correspondant de Guineemetin.com à Koubia a assisté à plusieurs championnats de lutte traditionnelle à Dakar, notamment au stade Iba Mar Diop, à la Médina. Alpha Koubia Diallo nous ouvre son carnet.

La lutte traditionnelle est un sport très prisé au Sénégal qui a fini par ravir la vedette au football. Au pays de la Teranga, ce sport ne laisse personne indifférent.

Ici, au stade Iba Mar Diop, les galas et autres compétitions sont devenus des rendez-vous sportifs incontournables tous les Samedis et Dimanches après-midi.

Ce qui surtout a retenu mon attention, avant l’affrontement des lutteurs, il y a un protocole et cérémonie rituels mystique. Avant chaque combat, les lutteurs portent des gris-gris et prennent des bains rituels. Parfois tout le stade sent une odeur nauséabonde de talismans et de décoctions. C’est devant public sur l’aire du combat que ces talismans sont pris.

Iba Mar Diop, lutte traditionnelle à DakarA l’annexe du stade Iba Mar Diop, un muni stade comprenant 3 tribunes non couvertes que se tiennent ces compétitions de lutte. A la place d’une pelouse, du sable fin.

Dès 12 h, les longues files d’attente devant les différents guichets du stade perturbent la circulation autour. Jeunes, Femmes, Vieux, Grandes personnalités et journalistes prennent d’assaut le stade.

Mais, avant d’entrer, les services de sécurités procèdent à une fouille minutieuse et systématique de chaque passant à 3 niveaux.

Un monsieur s’est vu refuser l’accès parsqu’il avait un briquet sur lui avec sa cigarette. Le dernier contrôle avec une machine électronique signale tout objet en fer.

C’est dans cette ambiance aussi que les bandits profitent pour brigander et emporter des objets et autres appareils des citoyens.

Les combats ne commencent que dans les environs de 17h, parfois 18h dans une ambiance électrique. Chants et danses, avec des groupes folkloriques qui jouent du M’balakh (musique populaire du Sénégal).

Le prix du ticket d’entrée varie entre 1 500 à 10 000 francs CFA, selon les combats au programme, surtout s’il y a une mise, comme le 20 décembre 2015 où il y avait une mise de 3 millions de francs Cfa pour le vainqueur.

Parfois, plus de vingt combats sont programmés par compétition avec des promoteurs spécialisés dans la lutte traditionnelle au Sénégal.

De retour de Dakar (Sénégal), Alpha Koubia Diallo pour Guineematin.com

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS