Ministère de la SantéDans la soirée d’hier, lundi 11 janvier 2016, au département de la santé, l’ancien ministre, le colonel Rémy Lamah, a passé le témoin à Docteur Abdourahmane Diallo. La cérémonie a été présidée par le secrétaire général du gouvernement, monsieur Sékou Kissi Camara, en présence des ministres, Mohamed Diaré, Sanaba Kaba et de l’ancien ministre de la Communication, Alhousseyny Makanéra Kaké, des partenaires techniques et de nombreux cadres du département, a constaté Guineematin.com, à travers un de ses reporters.

Dans son discours d’ouverture de la cérémonie, Sékou Kissi Camara a dit toute l’importance de cet événement qui survient au lendemain de la déclaration officielle de la fin de l’épidémie d’Ebola en Guinée.

S’adressant au ministre sortant, le maître de cérémonie, Sékou Kissi Camara a, au nom du chef de l’Etat et du Premier ministre, félicité le colonel Rémy Lamah et indiqué qu’il sera désormais le « premier consultant du Premier ministre en matière de santé publique».

Au ministre entrant, Docteur Abdourahmane Diallo, le secrétaire général du gouvernement a rappelé que le gouvernement compte entièrement sur lui pour consolider tous les acquis en matière de santé publique, notamment la lutte contre les hémorragies et du virus Ebola à la tête de ce département. Monsieur Kissi Camara a alors dit l’importance de l’amélioration rapide des infrastructures sanitaires rurales et l’accès à une santé publique pour tous.

Pour sa part, le ministre sortant, le colonel Rémy Lama, n’a pas souhaité dressé son bilan (nommé le 20 janvier 2014). « La cérémonie ne semble pas opportune de dresser un bilan de ses deux ans passés à la tête de ce Département. Qu’il me soit permis de laisser ce soin aux cadres des directions techniques de le faire en toute objectivité et en toute responsabilité. Pour ma part, peu appréciable que puisse être ce bilan, je le considère très en deçà de mes attentes et des ambitions qui m’animait à ma prise de service, en janvier 2014 », a-t-il dit.

Selon le colonel Rémy Lamah, deux actes majeurs ont contribué à cette situation de santé : « il s’agit de l’environnement économique difficile qui a prévalu au cours de cette période marquée par la faiblesse des ressources par rapport à l’immensité des besoins à couvrir et surtout de la survenue de l’épidémie à virus Ebola face à la quelle, personne n’était préparé».

Après avoir remercié les uns et les autres, particulièrement le chef de l’Etat et le Premier ministre pour son choix, le ministre entrant, Docteur Abdourahmane Diallo, a promis notamment de renforcer les capacités de notre système de santé qui a montré toute ses faiblesses avant l’apparition d’Ebola. « A cours termes, nous reconstruirons ce système fortement ébranlé et veillerons à ce que les normes de vigilance soient observées pour éviter toute possibilité de réapparition de la maladie et de prévenir la survenue d’autres affections à caractère épidémique », a promis le nouveau ministre de la Santé.

Parlant de ses objectifs à moyen et long terme, le Docteur Abdourahmane Diallo promet des innovations. « Pour ce faire,  nous chercherons à débarrasser notre pays de la politique onéreuse et humiliante des évacuations sanitaires par la création des structures de soins hautement spécialisées en mettant en jeu des équipements techniques performants et des compétences pointues. Nous déploierons des efforts conséquents en directions des personnes en détresse et des couples désireux de la conquête de la science en matière de procréation assistée.  Nous mettrons en œuvre la politique nationale de la santé, le plan national de développement sanitaire. Le renforcement de la chaîne d’approvisionnement des intrants de santé », s’est-il engagé.

Selon le nouveau ministre de la Santé, l’objectif final de ce programme est la réalisation d’unités nationales de fabrication des produits et d’un laboratoire de contrôle de qualité.

Mamadou Alpha Baldé pour Guineematin.com

Tél : 622 68 00 41

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin