Société minière de Boké, SMBLa société minière de Boké (SMB), installé dans le district de Katougouma, situé à 22 km de la commune urbaine de Boké, est de nouveau confrontée à des mouvements de grèves et de revendications par des employés de la société, a appris Guineematin.com d’un de leurs chauffeurs de West Africa Port (WAP).

Comme on le sait, ces derniers temps, cette société a été confrontée à plusieurs difficultés. Il y a quelques semaines, ce sont les populations du quartier Correrah qui avaient barré la route pour empêcher la circulation des camions de la SMB à cause de la poussière qui les intoxique. Ensuite, les éleveurs des villages situés entre la carrière et le port de Katougouma, se sont également plaints des camions de la société qui tuent leurs bœufs le long de la route.

Dans la soirée d’hier, mercredi 13 janvier 2016, c’est un chauffeur de WAP qui a joint au téléphone Guineematin.com pour annoncer une grève qui pourrait être déclenchée par l’ensemble des conducteurs de la société WAP dès aujourd’hui, jeudi 14 janvier 2016.

A en croire notre interlocuteur, qui a souhaité garder l’anonymat, à partir de ce jeudi 14 janvier 2016, les quinze (15) chauffeurs de camions et les huit (8) conducteurs d’engins lourds de WAP engageront une lutte pour une amélioration de leurs salaires de 2 millions à 3 millions comparativement à leurs homologues de la société UMS.

« Nous sommes maltraités ici à Katougouma comme des esclaves. On nous fait travailler pendant 12 H de temps par jour (de 18 H 30 à 6 H 30), sans pose. Nous ne sommes ni logé, ni nourris. Dans tout ça, nous avons fait deux contrats avec WAP. Nous ne prenons que 2 millions ou 2 millions deux cent mille francs par mois, alors que les chauffeurs de UMS avec lesquels nous sommes soumis au même test de recrutement touchent entre 3 millions et 3 millions cinq cent mille », a-t-il dénoncé.

Parlant de contrat, le chauffeur-informateur a dit : « le chef personnel, le chinois nommé Léo, nous avait dit que nous qui avons eu plus de points lors du test, nous venons à l’intérieur du port et nous serions payés plus que ceux de l’UMS. Il nous a dit que demain jeudi nous allons signer un nouveau contrat avec les mêmes conditions de travail ; mais, nous exigeons d’être payés au même titre que nos collègues de l’UMS. Sinon, nous déclencherons une grève à compter de ce jeudi 14 janvier 2016 », a-t-il menacé.

Dans cette affaire d’exploitation des guinéens à Katougouma, le chinois nommé Léo est accusé d’être le champion en toute complicité avec les autorités préfectorales qui joueraient au détriment de la population de Boké.

Par conséquent, ces chauffeurs employés de West Africa Port restent déterminés à mener le combat jusqu’au bout pour se faire entendre par les responsables de la société mère, la SMB. Ils promettent d’ailleurs que s’ils vont signer désormais leur contrat ce serait en présence du directeur de UMS, la commission de veille locale et le chargé des ressources humaines à la SMB.

Affaire à suivre !

De Boké, Mamadou Diouldé Diallo pour Guineematin.com

Tel : 622 671 242 / 656 464 286

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin