Nouhou Thiam et cie 0Emprisonnés depuis 2011, suite à l’affaire dite de l’attaque de la résidence privée du chef de l’Etat, le 19 juillet 2011, six militaires guinéens (et non des moindres) sont poursuivis pour des délits de désertion et de non respect de consigne. Ouvert le 23 décembre dernier, leur procès tire aujourd’hui vers sa fin, a constaté Guineematin.com à travers un de ses reporters présents au tribunal.

Le Général de Division Nouhou Thiam, ancien chef d’état-major général des Armée ; le lieutenant-Colonel Mamadou Bondabon Camara, ancien préfet de Dubréka ; l’adjudant Mohamed Condé, le lieutenant-Colonel Kémo Condé, le lieutenant Mohamed Condé et le Colonel Sadou Diallo attendent actuellement la fin de leur procès pour être fixés.

Récemment nommé agent judiciaire de l’Etat, l’éloquent avocat de la partie civile, Maître Mory Doumbaya s’est présenté au tribunal sans la robe d’avocat ! Ce sont donc Me Joachin Gbilémou et Me Maurice Kamono (qui dit avoir étudié avec un de ses accusés, le Général Nouhou Thiam) qui ont plaidé au compte de la partie civile. Malgré des références qui renvoient à des possibles fautes militaires, les deux avocats ont finalement plaidé pour une amande d’un franc symbolique.

Par contre, le procureur (militaire), le colonel Kaba Kourouma, a plaidé pour deux ans de prison ferme contre les six militaires.

Actuellement (13 heures 30), ce sont les avocats de la défense qui ont la parole pour leurs plaidoiries. introduisant au compte de la défense, maître Aboubacar Sylla a relevé que même la constitution du tribunal militaire est défaillante. « Aucun des membres militaires du tribunal n’a le grande égal ou supérieur à celui du Général Nouhou Thiam », a relevé l’avocat.

A suivre !

Du Tribunal militaire, Abdoulaye Oumou Sow pour Guineematin.com

 

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin