Monsieur Samba Oumar Camara, Président de la délégation spéciale de Tanéné 1Comme nous l’écrivions précédemment, la société minière de Boké (SMB), est une société chinoise installée dans la préfecture de Boké, sous-préfecture de Tanéné, dans le district de Katougouma. Depuis le démarrage des activités de cette société (que certains qualifient même de fantôme), on a enregistré des nombreux mouvements organisés soit par les villageois qui réclament des infrastructures sanitaires, scolaires ou routières, soit par les travailleurs qui revendiquent la transparence, la signature de contrats et l’amélioration de leurs salaires qu’ils disent être dans la plus grande opacité à Katougouma.

Pour mieux comprendre cette situation, après plusieurs efforts infructueux d’échanger avec les responsables de cette société incriminée, Guineematin.com a joint au téléphone, ce vendredi 15 janvier 2016, le président de la délégation spéciale de Tanéné, Monsieur Samba Oumar Camara.

Mais, ce premier responsable de la commune rurale de Tanéné, abritant la SMB, n’a pas manqué de déplorer le refus de communication de la SMD. Selon Samba Camara, « le mal de la société minière de Boké est qu’elle ne communique pas tant qu’il n’y a pas de problème ».

« Si la population à la base n’est pas informée et sensibilisée, elle ne peut pas comprendre certaines choses. Et, à ce niveau, ce sont les cadres guinéens qui nous cachent ce qui se passent là-bas. C’est quand y a un problème qu’ils nous appellent », dénonce-t-il.

Monsieur Camara nous fait comprendre également que plusieurs conventions et promesses tenues par cette société chinoise ne sont pas encore respectées. C’est, entre autres, le cas de la réalisation des forages, la construction des écoles, des centres de santé, etc.

« C’est seulement à Katougouma qu’ils ont commencé à faire des constructions des centres de formation, un centre de santé non achevé pour le moment. Vraiment, la collaboration n’est plus comme au début. Mais, nous nous acceptons comme la société est là pour toute la Guinée », a-t-il précisé.

Parlant des critères et des manières par lesquelles les gens sont recrutés à Katougouma, le président de la commune rurale a dit : « j’entends beaucoup de murmures autour du mode de recrutement. Certains disent qu’à Katougouma c’est l’argent qui parle ! Si tu donnes l’argent, on licencie quelqu’un tout de suite et on te met à sa place. Mais, comme personne n’est venu vers moi pour se plaindre, je ne peux considérer cela que des murmures. De toutes les façons, je vous avoue qu’il y a un manque total d’information dans les démarches de cette société », a dénoncé Monsieur Samba Oumar Camara.

Néanmoins, le président de la délégation spéciale de Tanéné (Boké) confirme avoir reçu de la part de la Société minière de Boké, la taxe superficielle au compte de l’année 2015, en dollars, évaluée à 119 millions de francs guinéens.

« Après avoir enlevé dans les 119 millions, les 10 % de la préfecture, j’utilise le reste pour construire le bâtiment de la commune dont le soubassement a été mis en place depuis 2008. Mais, aujourd’hui, nous sommes au niveau de la peinture », s’est félicité Monsieur Camara.

De Boké, Mamadou Diouldé Diallo pour Guineematin.com

Tél. : 622 671 242 / 656 464 286

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin