Préfecture de MacentaLe recrutement de Zaliac, une organisation non gouvernementale basée à N’Zérékoré pour exécuter des activités de Plan Guinée à Macenta a provoqué la colère des associations de jeunesse, des groupements de femmes et certains acteurs de la société civile de la zone du projet qui ont été ignorés, a appris Guineematin.com d’une source officielle.

Une importante délégation de la coordination préfectorale des associations de la jeunesse a rencontré le préfet de Macenta, ce vendredi 15 janvier 2016, aux environs de 10 heures. Ces acteurs de la société civile étaient venus demander l’implication du préfet, Kémo Pascal Demba Douno, en vue d’empêcher Plan Guinée de faire venir une ONG de N’zérékoré pour exécuter ses activités dans la préfecture de Macenta.

« Zaliac, une ONG de N’Zérékoré est venue à Macenta pour piloter les activités de Plan Guinée. Lors du recrutement, la jeunesse de Macenta, la société civile et les organisations de femmes ont demandé à Plan Guinée de privilégier les ONG de la place qui peuvent mieux communiquer avec les communautés locales. Mais, Plan Guinée a préféré recruter une ONG étrangère, alors que les jeunes de Macenta sont frappés par le chômage», a expliqué à Guineematin.com, le Président de la coordination préfectorale des associations de jeunesse de Macenta, Marcel Koïffi Onivogui.

Notre interlocuteur, qui est en même temps président de l’antenne préfectorale de l’OGDH de Macenta, a ajouté au cours d’un entretien accordé à Guineematin.com dans l’après-midi de ce vendredi 15 janvier 2016, que le préfet, Kémo Pascal Demba Douno, a appelé au calme et à la retenue : « le préfet nous a demandé de lui donner deux jours pour rencontrer les responsables de Plan Guinée. Nous attendons la suite», a conclu le jeune leader de Macenta qui a exprimé sa surprise face à la promptitude de Guineematin.com autour de ce dossier :

« Monsieur Diallo, j’espère que vous nous suivez de près hein. Parce que c’est un évènement qui vient d’avoir lieu à l’instant même. C’est pourquoi, j’ai été surpris par votre appel », s’est-il exclamé à la fin de notre conversation.

Aux dernières nouvelles, le comité de crise composé de 5 personnes (dont 2 femmes) installé par la jeunesse et les femmes a convoqué une réunion de restitution des résultats de cette rencontre avec le préfet de Macenta qui aura lieu demain, samedi 16 janvier 2016 à 14 heures à la Maison des Jeunes de Macenta.

Affaire à suivre…

Idrissa Sampiring Diallo pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 622 269 551 & 657 269 551 & 660 11 35 15            

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin