Patrice Koma KoivoguiLe corps d’une fille, Mariam Koivogui, âgée de 4 ans a été découvert à Kagbélén Plateau, elle aurait été mutilée, une partie de son nez découpée et son cou cassé par son bourreau, selon les résultats de l’autopsie, a expliqué à Guineematin.com, le frère aîné de la victime, Patrice Koma Koivogui.

« Je suis Patrice Koma Koivogui, le frère aîné de la victime qui se nomme Mariam Koivogui, âgée d’à peine 4 ans. Pour commencer, notre famille se trouve à Kagbélén Plateau et moi je suis domicilié à Koloma. C’est dans la nuit d’hier mardi, aux environs de 22 heures 52’ que mon neveu m’a envoyé un message pour me dire : ‘’oncle, nous avons ici un problème. Notre petite sœur, Mariam, la benjamine est perdue. Alors, quand j’ai reçu le message, j’ai regardé l’heure et je me suis dis non 22 heures, ce n’est pas une perte mais autre chose, si on parle de la perte d’un enfant, ça serait grave. Directement, j’ai rappelé. Déjà tout le quartier était mobilisé, j’entendais le bruit. Je me suis dis qu’il fallait que je me rende. Mais, il y a un monsieur à côté, depuis hier quand on cherchait l’enfant, il a carrément refusé de sortir de sa maison. Actuellement, la population est révoltée contre lui.

La scène se passe à Kagbélén Plateau. Il y a même une voiture VA qui est venue pour le chercher et puis on avait jamais vu une VA ici derrière lui.

Le corps de la victime a été retrouvé dans une maison inachevée qui se trouve même à 100 mètres presque du domicile du monsieur qui est en train d’être attaqué actuellement. Il y avait la gendarmerie en place, la brigade de recherche de Dubréka. Ils ont fait leur investigation et nous on demandé ce matin d’aller faire l’autopsie du corps à Ignace Denn. On est parti faire l’autopsie ce matin du mercredi 27 janvier 2016. Nous pensions que c’était un cas de viol, mais les médecins nous ont dit que ce n’est pas un viol mais la fille a été mutilée et aussi une partie de son nez à été découpée. En plus l’intéressé a cassé son cou. Tel a été le résultat de l’autopsie qu’on nous a donné ce matin.

De l’hôpital nous avons appelé la gendarmerie et madame la juge de Dubréka qui nous ont  dit d’enterrer le mort en attendant. Nous sommes sur ça d’abord.

Au moment même où je vous parle, 14 heures 10 minutes, c’est le domicile du monsieur qui est attaqué par les populations qui sont révoltées et cela se en présence des forces de sécurité composées de la police et de la gendarmerie ».

A rappeler qu’au moment où nous échangions au téléphone, un autre reporter de Guineematin.com était en route pour mieux vous informez.

Mamadou Alpha Baldé pour Guineematin.com

Tel : 622 68 00 41

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin