Docteur Ousmane BangouraLes Peuples Africains suivent avec consternation et inquiétude les tueries de leurs frères et sœurs du Burundi, conséquence directe du non respect des Accords d’Arusha et de la violation flagrante de la constitution, dans le seul et  unique but de se cramponner au pouvoir, sans se soucier que le peuple Africain du Burundi est déjà meurtri par le récent génocide qu’il à subi.

Est-ce que l’Afrique a désormais besoin de tels dirigeants capables d’exterminer tout un peuple pour qu’il soit président à lui seul et pour lui seul ?

Les Africains disent non et non et n’acceptent plus pour personne de toucher à leur constitution pour se maintenir au Pouvoir.

Le réseau Africain pour la stabilité de la constitution regrette et condamne avec fermeté la révision constitutionnelle au Rwanda et au Congo Brazzaville pour pérenniser leur pouvoir. Peut on réellement parler de la démocratie dans ces pays quand ses dirigeants pensent que ce sont  eux le pays et sans eux pas de vie ?

Qu’ils sachent qu’avant eux il y a eu vie et qu’après eux il y aura vie. Ce n’est pas vous messieurs les présidents qui avez créé ce monde.

Par le moyen d’une simple pétition on prend en otage tout un peuple réduit au silence et une opposition muselée pour organiser un référendum, ouvrant la voie à une présidence à vie. Cela se passe au Rwanda après une légère mise en garde  des décideurs de la communauté internationale.

Au Congo Brazzaville, malgré les appels de la communauté internationale et les manifestations populaires, le référendum pipé s’est tenu pour réviser la constitution.

De ce qui précède, peut-on s’attendre à des élections libres, justes et transparentes dans ces pays quand ceux qui sont à l’origine de ces révisions le font juste pour se maintenir.

Cessez de bluffer l’Afrique et les africains par une parodie de démocratie et des mascarades électorales.

  • Sinon quel nom, peut-on donner à une démocratie pluraliste sans alternance ?
  • Pourquoi pousse-t-on l’opposition à cautionner des élections dont les résultats sont déjà connus ?
  • Comment les citoyens peuvent-ils continuer à croire en la démocratie si leurs votes servent juste à justifier les résultats préétablis ?
  • Que dire de l’attitude des grands de la communauté internationale qui font de la démocratie le seul système de gouvernance dans la mondialisation ?

Que devient le pouvoir du peuple par le peuple et pour le peuple quand l’expression réelle de sa volonté de choisir leurs dirigeants n’est qu’une sinécure?

En reconnaissance de leur exemplarité dans l’ancrage de la  culture démocratique en Afrique le RASC est  fière des présidents :

– Jerry Rawlings du ghana

–  Alpha Oumar Konaré du mali

– Abdoul Diouf du Sénégal

– Maitre Abdoulaye Wade du Sénégal

– Good Luck Jonathan du Nigeria

– Olusegun Obasanjo du Nigeria

– Nicephone Soglo du bénin

– Mathieu kerekou du bénin

– Boni yayi du bénin

Egalement le RASC encourage les présidents Mack sall du Sénégal et Alassane Dramane Ouattara de Côte-d’Ivoire pour leur volonté de respecter leur constitution.

Enfin, le RASC s’approprie de la célèbre et riche déclaration du président Américain Barack Obama « l’Afrique a besoin des institutions fortes et non des hommes forts ».

Le RASC se réjouit de l’exploit dans l’éveil des consciences du M24 du Sénégal,  du balai citoyen du Burkina Faso et du mouvement Filimbi de la RDC

Jeunes femmes et hommes d’Afrique mobilisons-nous pour défendre nos constitution.

Contact-nous au :

Email : Ousmanekouria[email protected]

Tel :(00224) 628.565.523   

 

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin