Bah Oury UFDGSelon des informations confiées à Guineematin.com, lors de la réunion extraordinaire de ce jeudi 4 février 2016, le débat s’est instauré sur l’exclusion ou non de Bah Oury, fondateur et premier vice-président de l’UFDG. Pour certains, il fallait encore un peu de temps afin de chercher à faire fléchir l’ancien exilé politique. Ils demanderont jusqu’à dimanche pour tenter leurs ultimes efforts de persuasion.

Mais pourquoi n’avoir pas attendu dimanche ?

A en croire aux informations confiées à Guineematin.com, des émissaires originaires de Pita (préfecture d’origine de Bah Oury) avaient été mandatés pour aller lui expliquer les conditions dans lesquelles il devrait participer à la réunion du Bureau exécutif, dans l’après-midi de demain, et de l’assemblée générale hebdomadaire du lendemain, samedi matin.

Les trois (3) conditions qui avaient été proposées à Bah Oury

Selon des responsables de l’UFDG qui ont parlé à Guineematin.com, la crainte était que Bah Oury vienne en réunion du bureau exécutif et à l’assemblée générale avec la « vitesse » du jour de son retour d’exil. Beaucoup de responsables de l’UFDG craignent un affrontement entre des pros Bah Oury et des pros Cellou Dalein Diallo. Ce qui donnerait au pouvoir en place l’occasion de suspendre les activités de l’UFDG (le principal parti de l’opposition) au moment où ils devraient s’occuper de la préparation des élections locales. C’est ainsi que le parti a pris les devants pour fixer des limites et expliquer à Bah Oury dans quelles conditions il sera accepté :

  1. venir sans les agents qui assurent sa sécurité ;
  2. venir sans les personnes qui sont exclues du parti ;
  3. tenir un discours rassembleur et qui respecte la ligne politique de l’UFDG qui est et reste opposée au régime Alpha Condé.

Et, selon nos sources, l’indomptable Bah Oury aurait indiqué avoir bel et bien l’intention de participer aux réunions du bureau exécutif et de l’assemblée générale. Mais, il n’aurait pas souhaité qu’on lui impose avec qui il ira, ni le contenu ou la ligne du discours qu’il tiendra.

Finalement, dans leur écrasante majorité, les membres du conseil politique, du bureau exécutif et des députés ont estimé trop risqué de laisser Bah Oury faire venir ses agents de sécurité et les personnes exclues dans leurs réunions. Et, la décision de l’exclure du parti a été soumise au vote. Reste à savoir ce que cette décision d’exclusion entraînera comme conséquence, notamment ce que Bah Oury fera désormais…

A suivre !

 

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin