Mohamed Camara, juristeLe juriste et analyste politique, Mohamed Camara, a réagi sur Guineematin.com, suite à la décision des médias de bouder les activités de l’Union des Forces Démocratiques de Guinée (UFDG). Une décision prise au lendemain de l’assassinat de notre confrère El hadj Mohamed Koula Diallo au siège de ce parti le vendredi 05 février 2016.

« Ce n’est pas du tout normal, tant que le parti n’est pas sanctionné par une décision administrative ou pénale, les médias n’ont pas à dire qu’ils ne vont pas couvrir les activités de l’UFDG. Je pense que d’ailleurs c’est une forme de démission face à la mission assignée aux médias qui est celle d’informer. C’est comme un agent des forces de l’ordre qui dit qu’il n’ira plus dans un quartier pour instaurer la sécurité parce qu’il y a trop d’insécurité sur les lieux », soutient Mohamed Camara.

Poursuivant, Mohamed Camara ajoute : « la responsabilité pénale n’est jamais collective, elle est individuelle. Seul le juge est habilité, au vu des faits qui sont reprochés, de dire que tel est auteur ou que tel est complice. Il ne faut pas que la presse s’en prenne à tout le parti.», précise-t-il.

Pour Mohamed Camara, il comprend certes l’indignation de la famille de la presse qui a perdu « un valeureux reporter avec qui j’ai fait beaucoup d’interviews », selon ses propres termes. Cependant la décision est prise « sous l’effet de la passion et les journalistes doivent faire preuve de lucidité », conseille le juriste, lui même très révolté contre la mort de notre confrère.

Pour conclure Mohamed Camara a émis le souhait que justice rendue et que le dossier ne soit pas classé sans suite comme par le passé.

Alpha Mamadou Diallo pour Guinematin.com

Tél. 628 17 99 17

 

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin