imageLa journée sans presse, décrétée hier, mardi 9 février 2016, par les différentes associations de la presse guinéenne, a été respectée dans la cité de Karamoko Alpha de Labé, a constaté sur place Guineematin.com à travers sa rédaction régionale.

Ce mot d’ordre a été approuvé et suivi par les 3 radios privées de la place y compris la radio rurale de Labé, qui ont toutes observé, ce mardi 9 février 2016, une journée silence radio. Une façon de condamner la mort de leur confrère El Hadj Mohamed Koula Diallo, assassiné en exercice de son métier le vendredi dernier au siège national de l’UFDG.

A Labé, cette journée sans presse a été vivement saluée par la société civile régionale qui trouve d’ailleurs légitime l’initiative de la presse guinéenne. « Dans un Etat qui se veut un Etat de droit, les médias constituent le 4ème pouvoir. La journée sans média de ce mardi prouve que la presse guinéenne sympathise et compatit à la douleur de la famille de leur confrère assassiné. C’est vraiment impensable, dans une réunion politique, que des balles réelles soient utilisées. Et ce, quel qu’en soit l’auteur. Cela prouve à suffisance qu’il y a à faire dans ce pays. Cette démarche est tout a fait légitime dans un Etat de droit. », a confié Mamadou Cellou Diallo, le président du conseil régional de la société civile guinéenne, avant de poursuivre « cette initiative des Hommes des médias guinéens est une façon de dire non à de tels actes et d’exprimer leur amertume. Donc, la société civile partage fondamentalement ce point de vue des journalistes ».

Par ailleurs, M. Mamadou Cellou Diallo a condamné l’assassinat barbare d’El Hadj Mohamed Diallo avant de demander la multiplication des efforts déjà consentis pour que lumière soit faite sur ce crime et que les fauteurs soient traduits en justice.

Interrogés par Guineematin.com, des citoyens de Labé ont diversement apprécié cette journée du mardi sans presse. Même s’ils approuvent tous le point de vue des journalistes, cependant, d’aucuns affichent un peu de mécontentement car disent ‘ils, durant cette journée ils ont été privés de toute information. Donc, ils ne peuvent se réjouir que partiellement.

De Labé, Yayé Aissata Diallo, pour Guineematin.com
(00224) 620 03 66 65

 

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin