Tougué à l'attente du PM (7)La scène se passe au district de Kondjeya, dans la commune rurale de Kansaghy, située à 56 kilomètres de la préfecture de Tougué. Un wahhabite, Alhassane Diallo, avait entrepris, il y a quelques temps de lutter contre la sorcellerie, une pratique courante dans la région, a appris Guineematin.com des autorités communautaires de Kansagnhy.

Selon nos informations, le bien nommé wahhabite, natif de Kondjeya, parvenait à désenvoûter des malades souffrant de maladies mystiques et des jeunes gens ayant perdu la raison sous l’effet de la drogue. Seulement voilà, dans ce combat contre « les forces du mal », le barbu procédait à des dénonciations des sorciers qui sont à l’origine des tourments de ses patients.

C’est ainsi qu’une vieille femme, accusée de sorcellerie, s’est sentie humiliée. Ses enfants se sont mis dans une colère noire et le pire a été évité de justesse. Il s’en est suivi une polémique sur l’opportunité ou non de continuer la pratique à Kondjeya.

Finalement les autorités de la préfecture de Tougué, informées de la situation, ont intimé l’ordre au wahhabite d’arrêter immédiatement sa pratique, malgré « l’opposition d’une minorité  de citoyens », selon les termes même d’El hadj Ibrahima Baldé, maire de la commune rurale de Kansaghy que nous avons joint au téléphone.

Une délégation conduite par El hadj Baldé s’est rendue par 2 fois à Kondjeya, à 8 kilomètres de la sous préfecture, pour constater l’arrêt des activités par le marabout. « Nous avons constaté qu’il a arrêté ses activités qu’il pratiquait sous un hangar. Mais, le local en question n’a pas été conçu pour cette pratique. Les autorités du district nous ont expliqué que c’est des matériaux de construction de la mosquée locale qui sont gardés là. Le hangar devrait être détruit, mais suite aux instances des sages, le local n’a pas été détruit », précise le maire de Kansaghy.

Réaction du jeune wahhabite mis en cause

Le jeune wahhabite qui désenvoûtait des citoyens au district de Kondjeya, dans la sous-préfecture de Kansaghy à 56 kilomètres de la préfecture de Tougué, a réagi sur guineematin.com, suite à la polémique née de sa pratique.

Alhassane Diallo confie avoir appris que sa lutte contre « les mauvais esprits » ou Satan, comme il le dit lui-même, a envenimé la situation dans son village. Toute chose que le mis en cause a démenti.

« Je suis surpris d’entendre ce que les gens  vous ont raconté. Il n’ya pas eu de dispute autour de ce que je faisais ici. Par la grâce de Dieu je suis parvenu à libérer plusieurs personnes des griffes de Satan. Et les gens venaient quelque fois de très loin pour solliciter mes services et par la grâce d’Allah, par la prière et les incantations, ils recouvrent leur santé », déclare le quinquagénaire, qui a séjourné successivement en Mauritanie, en Guinée Bissau et au Libéria pendant près de 5 ans.

Poursuivant, il ajoute : «  quand certaines personnes ont mal vu cette activité, pour éviter toute opposition avec mes parents, j’ai décidé de ne plus faire de consultation pour les gens de mon village car par la voix d’Allah, les patients pouvaient donner des indications sur ceux qui avaient jeté un mauvais sort sur eux. Donc pour éviter d’irriter les gens du village j’ai décidé de consulter les gens venus d’ailleurs », a-t-précisé.

Mais finalement ce sont les autorités qui ont décidé de la cessation définitive de la pratique. « Je me suis plié à leur volonté. Moi je n’aime pas attiré l’attention sur moi. Donc aujourd’hui je continue à enseigner le coran ici à Kondjeya et tout se passe normalement », rassure Alhassane Diallo.

Alpha Mamadou Diallo pour Guineematin.com

Tel 628 17 99 17

 

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin