Préfeture PitaL’inspecteur principal, Jean Flobert Haba, chef du poste de police de la sous-préfecture de Sangaréah, dans la préfecture de Pita a procédé à l’interpellation de trois personnes dont un imam, suite à l’assassinat d’un garçon de 4 ans, commandité par un féticheur à Ansoumaniyah, un village de la commune rurale, a appris Guineematin.com d’une source officielle.

Le Sous-préfet de Sangaréah, Karamoko Dagnoko a déclaré ce vendredi à Guineematin.com avoir été alerté de la découverte du corps sans vie d’un garçon de 4 ans dans les eaux d’une rivière du village d’Ansoumaniyah : « c’est le jeudi, 19 janvier 2016 qu’un citoyen est venu m’informer qu’il a reçu un appel téléphonique lui disant qu’il y a un enfant qui s’est noyé dans les eaux à Ansoumaniyah, dans le district de Démoukoulima. J’ai appelé directement le chef du poste de la police de Sangéreah, le chef du centre de santé, le photographe, un communautaire et un membre du district pour aller faire le constat sur le terrain » explique le Sous-préfet.

Mais, cette mission a trouvé que l’imam de la localité avait déjà ordonné le retrait du corps des eaux : « le corps de l’enfant avait déjà été ramené au domicile des parents. On avait même fini de préparer la tombe pour l’inhumation.»

C’est au moment où l’imam a demandé à un autre citoyen de la localité de préparer le corps que l’intéressé a découvert que ce qui était présenté comme une simple noyade est en réalité un assassinat commandité par des féticheurs : « il a vu que le sexe de l’enfant a été enlevé et la nuque aussi était coupé. Il a dit alors que lui, il ne peut pas laver ce corps » ajoute le Sous-préfet de Sangaréah.  

Il ressort que le mercredi, 18 janvier 2016, la mère de la victime avait laissé son enfant avec sa grand-mère pour se rendre à un marché hebdomadaire à Maci, une autre commune rurale de la préfecture de Pita. C’est cette grand-mère qui a signalé avoir perdu de vu son petit fils et les recherches se sont poursuivis jusqu’au jeudi.

Les premières informations recueillies sur le terrain ont poussé le chef du poste de la police de Sangaréah, Jean Flobert Haba, Inspecteur principal de police à procéder à l’interpellation de trois personnes : l’imam qui voulait faire enterré le corps du petit Alpha Oumar Sylla avant même l’arrivée des autorités compétentes, la grand-mère du garçon et celui qui a vu son corps pour la première fois.

Ces trois prévenus (suspects) méditent actuellement sur leur sort à la prison civile de Pita où le dossier est au niveau de la phase d’instruction qui aurait commencé hier, jeudi, 11 février 2016, selon l’inspecteur principal de police.

Idrissa Sampiring Diallo pour Guineematin.com

Téléphone : (00224) 622 269 551 & 657 269 551 & 660 11 35 15     

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin