DPE de Mamou, Bakary KabaSuite à des informations faisant état d’une décision du directeur préfectoral de l’éducation de Mamou de sanctionner les enseignants grévistes qui refuseraient de reprendre les cours dans les différentes écoles de la préfecture, des citoyens de la commune urbaine de Mamou ont pris le devant pour marquer leur solidarité aux grévistes et menacer d’expulser M. Bakary Kaba de la préfecture à travers une insurrection populaire, a appris Guineematin.com à travers son correspondant local.

« Nous demandons aux enseignants de ne pas céder aux intimidations du DPE et de continuer la grève. Si Bakary Kaba se hasarde à toucher un enseignant, il nous trouvera sur son chemin. On va le faire quitter Mamou les pieds en l’air », menaçaient des citoyens sur les antennes des radios privées de la place, dans la matinée de ce mercredi 17 février 2016.

Joint au téléphone plus tard par Guineematin.com pour connaître sa réaction suite à ces menaces, Bakary Kaba a dit avoir simplement répercuté une instruction de ses supérieurs hiérarchiques. «Je n’ai rien à voir dans ça ! Hier, le département m’a téléphoné à travers le chef de cabinet pour savoir s’il y a eu des écoles fonctionnelles. A mon tour, j’ai appelé tous les DSEE pour connaître la réalité sur le terrain. Ensuite, on m’a appelé pour me dire que le ministre a demandé aux DPE de voir la base pour que les professeurs et les élèves reprennent le chemin de l’école », a dit M. Kaba au micro de Guineematin.com, via son correspondant local.

Par ailleurs, le directeur préfectoral de l’éducation de Mamou a rappelé qu’il est administrateur : « Ce que mon ministre a dit, je suis tenu de le communiquer à la base. De toutes les façons, il a été demandé qu’ils (professeurs) reprennent les cours. S’ils ne reprennent pas le chemin de l’école, qu’est-ce qui va se passer ? Je ne connais pas cela».

De Mamou, Mamadou Baïlo Keita pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin