Atelier CENIComme on le sait, un atelier de planification des élections locales est organisé actuellement par la CENI à l’ENI de Kindia. Cet atelier qui a commencé le lundi 15 février se terminera demain, samedi 20 février 2015, a appris sur place Guineematin.com à travers son envoyé spécial à Kindia.

Dans un entretien accordé à l’envoyé spécial de Guineematin.com, monsieur Etienne Soropogui, un des 25 commissaires de la CENI, a expliqué que cet atelier permettra à la commission électorale indépendante de plancher sur un squelette du chronogramme qu’elle a conçu à Conakry, afin d’allouer à chaque activité « des délais de raison et non de cœur » qui permettra d’organiser les élections locales transparentes et acceptées de tous.

En attendant la version vidéo, Guineematin.com vous propose, ci-dessous, le décryptage de l’entretien avec le commissaire Etienne Soropogui ce vendredi 19 févier 2016 à Kindia :

Etienne SoropoguiNous sommes ici en Kindia dans le cadre des préparations à mener pour l’organisation des élections locales. Donc, nous sommes entrain de planifier les activités préparatoires de ces élections locales.

Vous savez, ces élections locales sont aujourd’hui le chemin manquant de notre démocratie. Nous avons presque organisé l’essentielle des grands évènements. Les élections présidentielles et législatives. Et, il nous appartient aujourd’hui, conformément à ce que nos textes de loi disent, de finaliser le processus de démocratisation de notre pays en organisant ces élections locales qui sont extrêmement importantes.

Pour la CENI, ces élections locales, il faut le rappeler, représente un enjeu extrêmement important. Enjeu important dans ce sens que ça permettra de faire l’encrage de la démocratie à la base. Permette aux citoyens à la base de prendre leur destin en main, en élisant leurs responsables. Nous avons estimé (avant de travailler à planifier le chronogramme qui doit nous amener à ces élections locales) qu’il est important d’échanger avec les parties prenantes majeures, concernées par ce processus. Notamment, les partis politiques et les organisations de la société civile.

Donc, les deux premières journées de notre séjour à Kindia ont été consacrées à la rencontre avec ces partis politiques et les membres des organisations de la société civile. L’objectif consistait effectivement à leur présenter les contraintes qui étaient liées à la mise en œuvre des diverses activités concernées par ces élections locales.

Au sortir de ces discutions avec les différentes entités, je crois que les recommandations fortes ont été formulées par ces entités et qu’on peux plus ou moins résumer en ces thèmes :

  • Vous pouvez effectivement, au niveau de la CENI, travailler à déployer les activités sans vous enfermer dans les délais que vous ne devez pas considérer comme des fétichismes. Donc, déployer les délais où est-ce que ça nous amène et on tiendra les élections là-bas. Et, si possible, si c’est compliqué de les ternir ensemble, vous pouvez organiser les élections au niveau communal. Je crois que globalement ce sont ces recommandations qui ont été formulées.

Il nous appartiendra au niveau de la CENI, à partir d’aujourd’hui, de commencer à plancher sur le squelette du chronogramme que nous avons conçu à Conakry de nature à ce que nous pussions être capables d’allouer à chaque activité des délais de raison pas, de cœurs ! De nature à ce que nous puissions rapidement aller vers ces élections en tenant compte des contraintes qui sont énumérées et comment est-ce qu’on peut transformer ces contraintes en activités à réaliser sur le terrain pour tenir ces élections.

Donc, je crois qu’à ce stade, les commissions sont entrain de travailler et les participants ont été amenés au niveau des commissions de travail. Donc, ils sont entrain de mener des réflexions au niveau de ces commissions. Ces réflexions vont venir  alimenter le groupe restreint qui a été mis en place pour travailler sur le chronogramme. A l’issue de ces différentes opérations, nous pouvons effectivement décliner le chronogramme ! Nous prendrons la précaution pour présenter les conclusions de nos travaux ici, à nos partenaires politiques pour qu’en définitive, ils valident les conclusions de nos travaux.

Entretien réalisé et décrypté à Kindia par Abdoulaye Oumou Sow, envoyé spécial de Guineematin.com

Tél :(00224) 620 848 501/ 656 486 601

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin