Le projet de mosquée qui fait objet de litige à Touba

Le projet de mosquée qui fait objet de litige à Touba

C’est de la France que Guineematin.com a reçu un appel téléphonique de la part du porte parole de Benkato de Touba, Elhadj Aly Diaby, pour nous signaler que deux (2) pickup de gendarmes en provenance de Gaoual, ont débarqué dans la matinée de ce dimanche, 21 février 2016, dans la ville de Touba, située à 49 km de Gaoual centre (chef-lieu de la préfecture).

Selon notre informateur, plusieurs personnes l’ont appelé pour lui demander de signaler à la presse que ces agents de sécurité sont partis à Touba pour kidnapper les trois (3) personnes suivantes : Elhadj Goundo Karamba, Elhadj Dembo Dramé et Elhadj M’bemba Dramé. Mais, à en croire Elhadj Aly Diaby, les populations locales sont sorties massivement pour s’interposer et empêcher l’interpellation de leurs concitoyens.

Pour ce porte parole de Benkato, c’est une provocation de la part de l’État pour dire que les Toubaka sont violents. C’est pourquoi il dit : « On se demande comment est ce qu’on peut aller pour arrêter des gens un dimanche et puis sans aucune convocation déposée au préalable. L’État nous provoque en tentant de procéder à un tel kidnapping pour que la population sorte et qu’on dise que ce sont les gens de Touba qui sont violents », a dénoncé Elhadj Aly Diaby.

Joint au téléphone par Guineematin.com dans la soirée de ce dimanche, le préfet de Gaoual, monsieur Souleymane Sow a dit ne pas être informé de cette nouvelle. Mais, le préfet n’a pas écarté une éventuelle visite de la justice à Touba sans l’aviser, rappelant qu’il y a des gens de cette ville qui ont un mandat d’arrêt. « Je ne suis pas du tout informé de ce que vous dites là. Seulement, je sais que Touba est dans une situation de crise depuis longtemps. Il y a des gens qui ont un mandat d’arrêt. Donc, la justice peut aller là-bas sans que je ne me rende compte. S’il y avait un problème  brûlant, le Sous-préfet m’aurait appelé. Mais, pour l’instant, comme il ne m’a pas appelé, j’estime que c’est une chose mineure », a dit le préfet de Goual.

A rappeler que toutes ces tractations dont on apprend du côté de la ville sainte de Touba, ont commencé avec un projet conflictuel de construction d’une mosquée dans la ville. Malheureusement, la mauvaise gestion de ce qui apparaissait comme un simple malentendu entre les deux grandes familles Karambaya et Touraya a entraîné des conflits et surtout de plusieurs arrestations.

De Boké, Mamadou Diouldé Diallo pour Guineematin.com

Tél. : 622 671 242 / 656 464 286

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin