Aliou CondéComme on le sait, la CENI vient de proposer un projet de chronogramme qui s’étalera sur 254 jours. Ainsi, les élections locales ne pourront être organisées, au plutôt, que dans huit mois, si les premiers actes sont posés dès maintenant. C’est pourquoi, dans la journée de ce lundi 22 février 2016, Guineematin.com a donné la parole aux différents acteurs politiques pour connaître leur appréciation de cette date qui viole les accords politiques du 20 août 2015.

Evidemment, l’UFDG, la principale force de l’opposition guinéenne est contre cette date ! Joint au téléphone par Guineematin.com, le secrétaire général de l’UFDG, honorable Aliou Condé, qui est également membre du comité de suivi des accords politiques inter-guinéens du 20 août 2015, a dénoncé la violation de ces accords qui prévoient l’organisation des élections locales avant la fin du premier semestre 2016.

Guineematin.com vous propose, ci-dessous, l’essentiel du message de monsieur Condé : « Si la CENI n’est pas en mesure d’organiser ces élections locales avant la date indiquée par les accords, elle a obligation d’abord de rendre compte au comité de suivi pour que les membres de ce comité en discutent et éventuellement qu’ils discutent de la question avec tous les partenaires qui ont travaillé sur le dossier. Il n’appartient pas à la CENI de modifier une date. Elle peut avoir des difficultés, mais à partir du moment où il y a un accord politique, la CENI ne peut pas modifier cet accord. Elle peut expliquer ses difficultés ; et, il appartiendra à ceux qui sont habilités à prendre des décisions sur la date, d’agir en conséquence. C’est seulement à ce moment que la CENI pourra proposer une date».

Propos recueillis par Alpha Mamadou Diallo pour Guineematin.com

Tel. 628 17 99 17

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin