Amadou Damaro Camara, RPGLa décision de la CENI de repousser les élections locales de juin à octobre, au plus tôt, est diversement appréciée par les acteurs politiques guinéens. Après voir joint au téléphone les responsables de l’opposition (UFDG et BL), Guineematin.com a donné la parole au président du groupe parlementaire de la majorité présidentielle, le RPG arc-en-ciel.

Selon l’honorable Amadou Damaro Camara, la Commission électorale nationale indépendante (CENI) n’a pas annoncé une décision unilatérale ! Ce projet de chronogramme, selon le patron du groupe parlementaire de la majorité, a été concocté avec l’aval de toutes les parties prenantes du processus électoral.

Guineematin.com vous propose, ci-dessous, l’essentiel de ce que monsieur Damara nous a dit au téléphone : « C’est vrai qu’il y a eu des accords le 20 août 2015. Mais, contrairement aux présidentielles  où la CENI a été accusée par les partis politiques d’avoir déroulé un chronogramme unilatérale, cette fois-ci toutes les parties prenantes étaient présentes à Kindia. Que ce soit les partis politiques, les bailleurs de fonds, les partenaires au développement, la société civile,  tous étaient invités à l’atelier de Kindia. Ces élections communales ont été vues sur tous les aspects, aussi bien juridiques que financiers, en passant par la logistique. En conclusion, toutes les parties ont convenu  que la date de fin juin est intenable », a précisé le président du groupe parlementaire du RPG-Arc-en-ciel.

Pour Damaro Camara, il n’y a pas eu de plainte : «  c’est ainsi que de commun accord, ils ont décidé d’aller vers octobre. Comme vous le savez, après le mois de juin, c’est la période des grandes pluies qui prévaut. Apparemment, il n’y a pas de plainte, c’est de commun accord que la décision a été prise ».

A la question de savoir si tous les membres de la CENI étaient unanimes de reporter les élections en octobre contrairement aux accords du 20 août 2015, notre interlocuteur réplique : « je n’ai pas appris que certains n’étaient pas du même avis pour le report d’autant plus que toutes les parties prenantes étaient présentes. La règle de la CENI est de trouver le consensus et s’il y a désaccord on passe au vote. Vous savez, c’est l’opposition qui conteste toujours depuis que la CENI est installée en Guinée. On est légaliste, et si l’institution en charge des élections nous dit : « voici ce qui est faisable », on ne peut que l’accepter », a soutenu le député.

A rappeler que les opposants ont dénoncé ce projet de chronogramme, estimant que la CENI ne devait pas violer les accords politiques du 20 août 2015.

A suivre !

Alpha Mamadou Diallo pour Guineematin.com

Tel. 628 17 99 17

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin