CENI, Bakary FofanaComme nous l’annoncions précédemment, une cinquantaine de journalistes ont eu deux jours d’échange avec la CENI à Conakry sur les questions liées aux  élections locales dont l’annonce du chronogramme qui reporte les élections au mois d’octobre a suscité une levée de bouclier de la part des acteurs politiques.

Pendant ces deux jours de travaux, la CENI et les journalistes ont échangé sur neuf thématiques centrées sur le cadre juridique, administratif et les impacts organisationnels des élections locales. Les contraintes juridiques, techniques et administratives liées à ces élections et les mesures idoines pour pallier à ces contraintes.

Parmi ces contraintes citées par la CENI, il y a entre autres :

  • la multiplicité et la complexité du nombre des circonscriptions électorales qui avoisinent 4 000 circonscriptions, au lieu de 39 pour les dernières élections législatives ;
  • la confection des bulletins qui doivent être spécifiques pour chaque circonscription ;
  • l’existence des districts relevant des communes urbaines et des sous-préfectures non érigées en commune rurale ;
  • le temps très réduit sur les opérations de commande, réception, conditionnement, acheminement et distribution ;
  • l’insuffisance de magistrats et difficultés techniques, administratives, et matérielles liées à la mise en place d’un grand nombre de CACV, notamment dans les districts et quartiers ;
  • l’insuffisance d’agents de sécurité pour couvrir l’ensemble des circonscriptions ;
  • l’insuffisance des personnes qualifiées pour la réception, le traitement et la validation des déclarations de candidatures :
  • la sécurisation et l’entreposage des urnes, isoloirs, kits sanitaires et kits de bureau de vote ;
  • le réaménagement de la cartographie électorale, etc.

Après l’exposé de ces contraintes, les participants ont noté les difficultés liées à l’organisation de ces élections et les contradictions concernant certaines dispositions de la constitution, du code électoral et du code des collectivités.

Les participants ont magnifié cette rencontre d’échange, en disant que ces échanges entre journalistes et conférenciers de la CENI, leur ont permis de comprendre certaines notions importantes du processus des élections locales figurant dans les thématiques débattues pendant les deux jours.

La participation des médias, disent-ils, dans le processus de l’organisation de ces élections sera citoyenne et professionnelle. C’est pourquoi, rassurent les participants «les informations obtenues à la faveur de cet atelier seront partagées  avec les populations ».

A la clôture de cet atelier, le président de la CENI, Bakary Fofana, dira qu’au-delà de la distribution du pouvoir, ces  élections vont gommer la transversalité de certaines questions ethniques et régionales.

«Les citoyens risquent de ne pas se déterminer en fonction de l’ethnie. Car, ce sont des valeurs  fondamentales pour la construction de ce processus électoral au sommet à travers les députés et le chef de l’Etat », a souligné Bakary Fofana.

Pour lui, l’enjeu de ces élections est multiple. Mais,  explique le président de la CENI, au-delà de la bataille du pouvoir, elles font  émerger   une certaine conscience électorale et  sociétale en réglant des rapports sociaux sur le terrain.

Saïdou Hady Diallo pour Guineematin.com

664 413 227/ 654 416 922

 

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin