madame Diaby Lafoulé Fofana, épouse d’Elhadj N’Famady Diaby, PDG de la radio Kamoula FM« Il y a plus de 20 personnes qui sont arrêtées à Touba et détenues à Gaoual, alors que les coupables des meurtres circulent librement à Touba au su et au vu d tout le monde », a notamment déclaré madame Diaby Lafoulé Fofana, épouse d’Elhadj N’Famady Diaby, PDG de la radio Kamoula FM, lors d’un entretien à l’occasion de sa visite au siège de Guineematin.com, c lundi 29 février 2016.

Depuis le 15 février 2016, le directeur général de la radio locale de Kamoula Fm de Touba, Elhadj N’Famady Diaby  est emprisonné à la prison centrale de Gaoual, a précisé son épouse.

«C’est le 15 févier dernier que mon mari a été appelé par le sous-préfet de Touba. Il lui a dit de venir sous prétexte qu’il a un document à lui remettre. Mais, arrivée chez le sous-préfet, il a trouvé un commandant et ses hommes qui l’ont aussitôt interpellé. On lui a retiré les téléphones en lui disant qu’il est en état d’arrestation. Le gendarme lui a dit qu’il est impliqué dans le problème qui s’est passé à Touba. De là, il a été transféré à Gaoual, à la prison civile. Pendant six jours, j’étais sans ses nouvelles. Finalement, c’est lui-même qui m’a appelé après six jours pour me raconter les conditions dans lesquelles on l’a arrêté », a rapporté à Guinnematin.com madame Diaby.

Très préoccupée par le sort de son mari qu’elle dit être malade, madame Diaby a déploré ce qu’il voit comme l’arbitraire dans cette partie de la Guinée. « Il y a plus de vingt personnes qui ont été interpellés et qui sont en prisons actuellement. Mon mari particulièrement est malade, il est diabétique », a-t-elle dit, ajoutant que les vrais coupables des meurtres se baladent tranquillement à Touba, sans avoir été inquiétés : « Il y a des vidéos qui ont circulé. Tout le monde connaît les vrais coupables ».

Touba radioParlant des activités de son mari, madame Diaby Lafoulé Fofana a dit que d’Elhadj N’Famady Diaby ne s’est pas limité à la radio Kamoula. « Mon mari a tout fait pour Touba ! Il est le directeur général de la radio Kamoula Fm et propriétaire d’une grande ferme qui ravitaille Touba et toutes les localités voisines », a-t-elle ajouté.

Insistant sur sa soif de justice, madame Diaby a rappelé que plusieurs dizaines d’autres femmes souffrent aujourd’hui comme elle d voir leurs époux interpellés et détenus sans que les vrais coupables ne soient inquiétés : « On pouvait prendre des pancartes, descendre dans les rues pour exiger la libération de nos maris, mais on privilégie la justice. Nous demandons tout simplement que justice soit faite. Les véritables coupables sont en train de se promener à Touba et partout où ils veulent », a-t-elle déploré.

A rappeler que c’est le projet de construction d’une deuxième mosquée qui a opposé les deux grands familles de Touba (Karambaya et Touraya).

Selon des informations confiées à Guineematin.com, le grand Khalif de la ville sainte a estimé que la construction d’une deuxième mosquée ne peut être envisagée que d la manière dont la première avait été construite, mais pas une mosquée rivale à la première et qui risque de diviser et fragiliser les habitants de Touba.

Seulement, il se raconte qu’au-delà du bon sens et de la cohésion sociale, d’autres paramètres ont dû perturbé le débat, notamment la corruption, y compris au niveau de certaines personnalités gouvernementales et religieuses qui tireraient les ficelles…

En attendant, des citoyens ont été tués et d’autres croupissent toujours en prison dans un dossier qui n’a de complication que par la volonté d quelques décideurs…

A suivre !

Mamadou Mouctar Barry pour Guineematin.com

Tél. : 621607907

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin