Elhadj Abdourahmane Koïn Baldé, préfet de Tougué

Elhadj Abdourahmane Koïn Baldé, préfet de Tougué

Dans la préfecture de Tougué, précisément à Mambari N’dirè, dans le district de Souméta, le préfet et le secrétaire général de la ligue islamique préfectoral sont accusés d’être intervenus dans la libération des présumés voleurs de taureaux, a appris Guineematin.com de certaines des victimes.

Selon Amadou Mouctar Diallo, qui se réclame victime des vols de bétails, un phénomène récurrent à Souméta, les faits remontent au mardi 23 février 2016. A nous fier à ses propos, ce sont deux enfants âgés respectivement de 13 ans et 16 ans qui ont été surpris entrain de voler un taureau. Entretemps, ces derniers ont été appréhendés, puis conduits à la gendarmerie de Tougué où ils ont finalement dénoncé leur père qui les aurait commissionnés d’aller voler des taureaux dans les villages environnants.

«A la boucherie de Kaafâ,  les bouchers n’abattent jamais les bêtes sur place ! Ils le font plutôt dans la brousse. Ils viennent toujours avec la viande qu’ils transportent à bord des motos. Ce qui fait que la majorité de ces bouchers sont des voleurs. Heureusement,  le mardi dernier, on a attrapé deux enfants la main dans le sac.  Ces derniers avaient volé un taureau pour aller l’abattre à des fins commerciales. C’est ainsi qu’on a appelé le chef du district qui a informé à son tour les autorités. C’est après cela que les enfants ont été conduits à la gendarmerie de Tougué où ils ont dénoncé leur père qui est le commanditaire de ce vol de taureau. », a expliqué Amadou Mouctar Diallo, joint au téléphone par Guineematin.com ce lundi.

Poursuivant sa narration, monsieur Diallo Amadou Mouctar a dit que « ces enfants et leur père qui étaient tous incarcérés à la gendarmerie ont été libérés le samedi 27 février 2016 sans aucune explication ». Selon la victime, c’est l’intervention du préfet de Tougué, Elhadj Abdourahmane Baldé et le secrétaire général de la ligue islamique préfectoral, Elhadj Bobo, qui a permis la libération des ces enfants et de leur père qui serait le neveu commun du préfet et du secrétaire général de la ligue islamique de Tougué.

« C’est devant moi que le préfet et le secrétaire général sont venus à la gendarmerie de Tougué. Le lendemain, quand on est revenu, on a trouvé qu’ils ont été  libérés. Pourquoi je les accuse, c’est parce que le présumé voleur qui est le père des enfants est aussi  le neveu commun du préfet Abdourahmane et du secrétaire général Elhadj Bobo.  Outre cette parenté, ces voleurs ont été libérés après leur visite à la gendarmerie », a enchaîné Amadou Mouctar Diallo, qui précise que c’est son onzième taureau qui disparaît sans aucune explication.

Joint également au téléphone par Guineematin.com, le préfet de Tougué, Abdourahmane Baldé, a balayé d’un revers de main les allégations portées contre sa personne.

Selon lui, ces accusations sont dénouées de tout fondement : « Moi, je n’ai jamais appris un vol de bétails dans la préfecture pour le moment. Quand on accuse le préfet d’avoir libéré un voleur, c’est mal me connaitre dans la mesure où je suis très dur et catégorique face à ces activités pareilles. Et ce, quelle qu’en soit la parenté avec le présumé voleur car je n’ai ni de parents, ni d’amis dans un problème de tracasserie de ce genre. Donc, je ne suis pas informé », a répondu le préfet de Tougué, monsieur Abdourahmane Baldé.

Aux dernières nouvelles, les deux enfants, après leur libération, auraient pris la poudre d’escampette. Quant au père de famille, Ibrahim Baldé, boucher de profession, il se trouverait actuellement dans la localité de Kaafâ.

Yayé Aissata Diallo pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 620 03 66 65

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin