Ibrahima Bangoura de l'UFRL’assemblée générale hebdomadaire de l’UFR s’est tenue, ce samedi 05 mars 2016, au siège du parti à Matam, a constaté Guineematin.com, à travers un de ses reporters. Devant la faible affluence, les différents orateurs se sont focalisés sur la redynamisation du parti.

Que ce soit le président de séance, Ibrahima Bangoura, ou Hadja Aissata Daffé, en passant le fédéral de Ratoma, la mobilisation des militants a focalisé les interventions, surtout à cette période  de préparatif des élections locales.

L’honorable Ibrahima Bangoura, en langue nationale Sosso, a planté le décor en ces termes : « un parti politique qui ne va pas aux élections n’est pas un vrai parti. Mais ceux qui vont aux élections et qui gagnent, ce sont là les vrais partis. Chez nous à l’UFR, come nous voulons gagner les élections locales, nous devons rester mobilisés et on est sur ce chemin. On doit voir quelles stratégies nous devons mettre en œuvre pour qu’on puisse gagner », a-t-il laissé entendre.

Par ailleurs, le président de la séance a invité les militants à faire du porte-à-porte, à sensibiliser leurs voisins, à expliquer le sens des élections communales, pour pouvoir engranger le maximum de voix possible, en vue de se faire élire. « Et c’est maintenant qu’il faut faire ça, on n’a pas de temps à perdre », a averti M. Bangoura.

Pour sa part, la présidente nationale des femmes de l’UFR va soutenir qu’il est temps  pour les femmes de se lever et de se faire une place dans la société. « Nous ne voulons plus de 30 % de femmes dans les instances de décision, il faut qu’il y ait désormais l’équité entre les hommes et les femmes. Ça se passe ailleurs comme au Rwanda, pourquoi pas chez nous ? Nous les femmes, nous représentons 52% de la population guinéenne. Pourquoi 50% des postes ne nous reviendraient pas ? », s’est interrogée honorable Hadja Aissata Daffé, dans une assemblée où il y avait justement plus de femmes.

Cependant, elle n’a pas manqué de justifier la sous-représentativité des femmes, qui s’explique par leur manque d’engagement : « ce n’est pas votre mari qui va vous sortir du lit pour vous donner un poste. Vous devez prendre les devants, mener le combat sur le terrain pour y parvenir. Battons-nous et nous vaincrons », a clamé la députée, sous les applaudissements nourris des militantes du parti.

 Alpha Mamadou Diallo pour Guineematin.com

Tél. : 628 17 99 17

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin