Sadou Keita, gouverneur de la région administrative de Labé 0Si ailleurs, la journée  internationale de la femme, est magnifiée avec faste à travers des activités ou manifestations, dans la cité de Karamoko Alpha de Labé, elle a connu moins d’engouement surtout de la part des femmes qui sont pourtant les principales bénéficiaires de cette fête, a appris Guineematin.com à travers une correspondante basée dans la préfecture.

Dans la préfecture de Labé, aucune activité n’a été réalisée ce mardi 8 mars, ni par les autorités régionales encore moins par les autorités préfectorales pour célébrer cette journée qui est une occasion de faire un bilan sur la situation des femmes. Mais, ce n’est que partie remise car une activité censée regrouper toutes les 5 préfectures de la région, est prévue ce jeudi 10 mars 2016. Elle sera donc fêtée en différé dans la cité loura qui a été choisie a cet effet.

«Au niveau des autorités, le ministère de l’action sociale, nous a demandé d’organiser cette journée internationale de la femme dans la région car les moyens ne permettent pas de l’organiser dans chacune des préfectures. Alors, en concertation avec les autorités, nous avons décidé de l’organiser dans la préfecture de Mali le jeudi 10 mars 2016. » A expliqué le Gouverneur de Labé avant de poursuivre que le choix de Mali n’est pas fortuit « le choix de Mali n’est pas hasardeux car cette préfecture a des structures de femmes très bien organisées qui produisent non seulement des produits maraichers mais aussi des produits artisanaux. C’est donc une préfecture où la femme est beaucoup lancée dans la production locale. Alors, parlé de l’autonomisation de la femme  avec le développement durable souhaité, ça colle bien» Ajoute M. Sadou Keita

Par ailleurs, donnant ses impressions sur la célébration de cette journée internationale de la femme, le Gouverneur  de Labé, a d’abord exprimé des sentiments de réjouissance avant d’inviter toutes les femmes à se serrer les coudes afin que le combat pour le respect des droit des femmes soit une réalité.

Cependant force est de reconnaitre que la fête de ce mardi 8 mars est passée presque inaperçue dans ville de Labé, où certaines femmes ne savent même pas qu’elles sont à l’honneur. Un état de fait qui écœure Hadja Fatimatou Telirè Bah, l’ancien vice maire de la commune urbaine de Pita  en séjour de travail à Labé. «J’ai été maire à Pita pendant 9ans, 7mois et quelques semaines. Je suis vraiment écœurée car je n’ai pas vu d’engouement des femmes dans la célébration de cette journée qui pourtant leur est dédiée. J’ai eu la chance lorsque j’étais maire, de fêter cette journée dans d’autres pays. Mais, aujourd’hui, je suis chez moi, et ce que j’ai constaté me donne envie de pleurer. » A déploré Madame  Bah qui indique que c’est au moment où l’épanouissement est au centre des débats, que les femmes, les principales actrices reculent.

Rappelons que cette année 2016, c’est sous le sceau  ‘‘l’autonomisation des femmes, c’est l’affaire de tous’’ que la journée internationale  de ce mardi 8 mars a été commémorée en Guinée.

De Labé, Yayé Aissata Diallo, pour Guinéematin.com

Tél : (00224 620 03 66 65)

 

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin