victimeUn groupe armé d’un fusil à calibre 12 a ouvert le feu sur des jeunes qui suivaient un match de football dans un bar-café à Gaya, un district de la sous-préfecture de Dara-Labé, dans la préfecture de Labé, a appris Guineematin.com de sources officielles.

Cette attaque à mains armées survenue dans la nuit du mercredi à ce jeudi, 10 mars 2016 a fait quatre blessés dont 2 atteints par balles qui se trouvent actuellement à la chirurgie de l’hôpital régional de Labé.

« L’un est grièvement blessé de la tête au pied avec des plaies ponctiformes qui font penser à un poli criblage par balle (voir photo). Le second a les plaies qui traversent la cuisse droite », selon Docteur Faran Kourouma, médecin chef de la chirurgie.

A l’hôpital régional de Labé, Guineematin.com a recueilli le témoignage de la victime qui semblait être la moins souffrante du nom de Mamadou Saliou Barry : « nos agresseurs sont venus nous trouver dans le bar café. On était en train de suivre un match de football. Mais, ils étaient très ivres. Nous avons déploré leur état et condamner le fait qu’ils soient venus troubler la quiétude dans le café. Nous leur avons demandé de sortir. Nous avons même menacé de les faire ligoter s’ils refusaient de sortir. Ils se sont fâchés en disant que nous n’avions pas les moyens de les faire ligoter. Ils sont sortis, quelque temps après, ils sont revenus à bord de leur minibus. A quelques mètres du bar-café, ils ont donné des coups de sommation. Ce qui a provoqué la panique dans le café. C’était la débandade. Beaucoup ont réussi à se mettre à l’abri dans les buissons d’à côté. Lorsque nous qui étions dans le bar nous avons cherché à sortir, nous avons été atteints par les balles. Moi, les balles qui m’ont touché ont transpercé ma cuisse droite. Mon homonyme, lui, a été surpris dans le bar. Son agresseur l’a arrogé par derrière. Les balles l’ont touché de la nuque aux fesses » explique-t-il.

Au moment où nous quittions l’hôpital régional de Labé, les balles étaient toujours dans les corps des deux blessés. Il semble que leur état ne permet aucune intervention chirurgicale pour l’extraction des balles. Les médecins auraient besoin d’un temps propice pour ce travail.

Joint au téléphone, le sous-préfet de Dara-Labé, Alpha Soto Diallo confirme que trois agresseurs ont été déjà interpellés par l’Escadron Mobile N°8 de la Gendarmerie.

Selon notre source, ce sont les prévenus eux-mêmes qui sont venus se présenter à la Gendarmerie : « je suis surpris de constater que des bandits viennent se confier à la gendarmerie après une opération. Ils sont venus nous trouver à l’Escadron. Nous y étions pour faire une déclaration. C’est au moment où nous faisions notre déposition qu’ils sont venus à bord de leur minibus. Ils avaient embarqué la moto de l’une des victimes. Lorsqu’un des plaignants a signalé avoir perdu même son téléphone lors de l’attaque, nous avons tout de suite tenté le numéro qui a sonné dans la poche du chauffeur du minibus. C’était aux environs de 2 h du matin. J’ai quitté la Gendarmerie aux environs de 3 heures du matin. Je pense que les enquêtes se poursuivent » confie le sous-préfet de Dara-Labé.

Idrissa Sampiring DIALLO pour Guineematin.com

Téléphone : (00224) 622 269 551 & 657 269 551 & 660 11 35 15    

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin