EDGLes coupures intempestives du courant électrique, constatées ces derniers temps à Conakry ne restent pas sans conséquences sur certaines activités de nos compatriotes, a constaté Guineematin.com, à travers un de ses reporters.

Annoncé tambours battants comme la solution au manque d’électricité en Guinée, le lancement du barrage de Kaleta avait suscité beaucoup d’espoir et de l’enthousiasme, chez bon nombre de guinéens. Mais aujourd’hui cet enthousiasme en a pris un sérieux coup, eu égard aux nombreuses coupures  constatées.

Interrogés sur cet état de fait, Oumar Bah, propriétaire d’un atelier de soudure au quartier Kaporo-Rails, dans la commune de Ratoma, ne cache pas sa déception : « ces coupures de courant nous empêchent vraiment de travailler parce que pour notre travail là le courant est indispensable. Nous nous étions à habituer à travailler de jour comme de nuit et on avait beaucoup de clients ces derniers temps. Mais regardez ces portails et ces brouettes qui attendent d’être achevés. Nos client défilent ici tout le temps et on n’a pas pu respecter le délai pour la livraison », a-t-il regretté.

A la question de savoir s’il n’a pas une solution de rechange, Maitre Oumar confie : « le moteur que j’utilisais ici n’est plus fonctionnel. Je l’avais abandonné et difficile de le réparer. Il faut que le gouvernement règle le problème surtout que pour nous les soudeurs les facturés ont nettement grimpé depuis la venue de Kaleta », s’est plaint l’ouvrier.

Même son de cloche chez Amadou Baillo Bah, tailleur au marché de Koloma : « moi je fais de la broderie et ce manque de courant me fatigue réellement. J’ai honte de mes clients qui ne me quittent pas d’une semelle pour récupérer leurs bazins. Le petit groupe électrogène que j’avais ici ne fonctionne plus correctement et j’hésite à en acheter un autre. En tout cas on ne comprend plus Kaleta », a-t-il laissé entendre, avec un air moqueur.

Aujourd’hui plein d’interrogations subsistent sur la capacité de Kaleta à fournir régulièrement et sur la durée aux citoyens. De nombreuses personnes cherchent à retrouver les groupes électrogènes, jusque-là jetés aux oubliettes.

Alpha Mamadou Diallo pour Guineematin.com

 Tel. 628 17 99 17  

 

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin