viande de brousseLe 20 mars dernier, un homme a été mis aux arrêts à Horè Kollet dans la préfecture de Tougué par les officiers du corps des Conservateurs de la Nature, grâce à l’appui de GALF (Guinée Application de la Loi Faunique). Bozi Béavogui, présumé auteur de ce crime faunique a été pris en flagrant délit de détention, circulation, commercialisation et complicité d’abattage d’espèces protégées. Il était en possession de commercialisation de   10 sacs de viande de brousse boucanée. La justice de paix de Tougué a été saisie et le dossier est actuellement en phase d’instruction pour la suite de la procédure.

Suite à une dénonciation faite par le projet GALF au Juge de paix de la préfecture de Tougué relative à un trafic d’espèces animales protégées  dans cette circonscription, qu’une opération d’arrestation a été effectuée. Le mis en cause, Bozi Béavogui a été mis aux arrêts le 20 mars 2016 en détention de 10 sacs de viande de brousse faisant  un total de 231 kg. Cette importante quantité était composée d’espèces suivantes : les cynocéphales, les singes rouges et les phacochères. Selon des spécialistes de la faune, les deux premières espèces sont partiellement protégées par le code faunique.

Lors de son audition, le présumé trafiquant a reconnu les faits qui  lui sont  reprochés et a dénoncé trois autres chasseurs, tous de Horè Kollet un village situé à 30 km de la préfecture de Tougué. Les enquêtes se poursuivent afin de leur mettre aux pour qu’ils soient entendus sur procès-verbal.

Selon nos sources, M. Bozi Béavogui est spécialisé dans le financement en argent et en munitions aux chasseurs. Après abattage, il procède lui-même au boucanage et au  remplissage dans les sacs pour ravitailler les marchés de Conakry et de  Nzérékoré, précisent les mêmes sources. De telles pratiques sont prévues et punies par le code de protection sauvage et de la réglementation de la chasse.

Il faut rappeler que la région du Fouta en Moyenne Guinée est de nos jours devenue le théâtre du trafic d’espèces animales protégées. Après l’affaire des 1855 kg de viande de brousse saisie et incinérée  dans les temps à Labé et tout récemment à Dalaba avec 106 kg de viande de brousse dont le procès avait fait grincer les dents des défenseurs de l’Environnement,  cette autre saisie vient encore relancer le débat sur l’enjeu de la criminalité faunique en Guinée.

Pour le moment, le dossier est dans les mains de la justice de paix de Tougué pour des fins d’investigations judiciaires. Espérons que la décision qui tombera de ce procès ne soit pas similaire à celle rendue par la justice de paix de Dalaba sur l’affaire des 106 kg de viande de brousse.

A suivre !

Fatou Kourouma

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin