Droit à l’identité: ABLOGUI fait le point sur sa campagane numérique

AbloguiL’Association des Blogueurs de Guinée (ABLOGUI) a animé ce mercredi 6 avril 2016, une conférence de presse à la maison commune des journalistes, sise à Coléah. Il était question d’éclairer la lanterne des citoyens sur la situation de la campagne numérique «#DroitALIdentite», lancée depuis le 10 mars 2016, a constaté Guineematin.com, à travers un de ses reporters.

A la lecture de leur déclaration, Adama Hawa Sow, a rappelé que c’est le 10 mars 2016 que  cette association a lancé une campagne numérique sur les réseaux sociaux, pour dénoncer la non-délivrance des pièces d’identité aux citoyens guinéens. Une démarche qui vise aussi à inviter les autorités à trouver une solution à ce grave problème, aux conséquences fâcheuses.

Elle a révélé que c’est depuis décembre 2014, que le gouvernement guinéen a arrêté de délivrer les cartes d’identité nationales aux citoyens, sous prétexte de lutter contre la fraude en cherchant un meilleur moyen pour sécuriser le document.

Parlant de la crise liée aux passeports, Adama Hawa Sow a dit que son passage au format biométrique, le passeport a provoqué une crise similaire à celle actuelle de la carte d’identité. «Une crise qui se poursuit encore aujourd’hui, car les guinéens de l’étranger se trouvant dans l’impossibilité de renouveler leurs passeports dans nos missions consulaires à quelques rares exceptions avec l’obligation de rallier Conakry », a-t-elle mentionné.

Elle a fait observer que les conséquences liées à la non-délivrance de ces documents sont incalculables car souligne-t-elle, les citoyens sont privés de leur liberté de circuler mais aussi d’effectuer les opérations bancaires.

Pour le président d’ABLOGUI, Fodé Sanikayi Kouyaté,  l’objectif de cette association est d’alerter pour que ce problème dont on parle peu soit débattu afin que l’opinion publique puisse s’en saisir.

« Ce problèmes de délivrance ou d’expiration des pièces d’identité  n’est pas seulement propre à la Guinée. Le même problème se pose aussi au Sénégal, mais la différence est qu’en Guinée, les autorités se sont tues là-dessus, personne n’a voulu en parler, pendant que dans les commissariats, ils  arnaquent  les gens, ils fabriquent  des documents de façon frauduleuse et ils vendent aux citoyens » déplore Kouyaté.

Et de poursuivre : «De l’autre côté quand vous êtes en cours de voyage, on vous rançonne et vous rackette. Le Sénégal a vite fait un communiqué  expliquant que les pièces qui sont arrivées en expiration  continuent à être valable jusqu’à la délivrance des cartes d’identité biométriques plus sécurisées prévues dans l’espace CEDEAO ».

Abdoulaye Oumou SowRevenant sur la genèse de leur combat, le directeur de cette campagne, Abdoulaye Oumou Sow  a expliqué que  cette lutte  vise à aider les citoyens à être dans leur droit constitutionnel, c’est-à-dire être en possession de leurs pièces d’identité.

Connaissant les problèmes que les citoyens rencontrent lors des sorties nocturnes et au niveau des barrages, le directeur de la campagne rappelle : « nous avons décidé de lancer, depuis le 10 mars 2016, cette campagne « #DroitALIdentite». Et, depuis ce jour, il y a eu plus de 3000 Tweet», a-t-il expliqué.

Quant à la crise de délivrance des passeports pour la diaspora Guinéenne, Alpha Diallo membre d’ABLOGUI, a dit que presque tous les pays sont confrontés à cette situation. Mais précise M. Diallo, les pays comme le Sénégal et la Côte d’Ivoire ne font pas souffrir leur diaspora tout simplement parce qu’ils ont opté pour un système intelligent et décentralisé.

Saidou Hady Diallo pour Guineematin.com

Tél. : 654 416 922/ 664 413 227

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS