Ousmane Condé, menacé d'expulsion  (2)Ousmane Condé, un jeune lycéen guinéen de 19 ans, vivant en France depuis un peu plus de 3 ans, est menacé d’être rapatrié à Conakry à cause de l’ambassade de Guinée en France qui a mis en cause la validité de son extrait de naissance pourtant authentique. Une forte mobilisation de son école a permis d’éviter qu’il soit expulsé, le vendredi 1er avril 2016 et l’affaire est actuellement entre les mains de la justice, a appris Guineematin.com, à travers un entretien téléphonique avec le jeune élève.

Dans son échange avec Guineematin.com, Ousmane Condé a expliqué qu’il est arrivé en France à l’âge de 16 ans avec un de ses voisins de quartier à Conakry. « Mais, quand on est arrivé, il m’a laissé. Et, moi, j’ai décidé d’aller à Nantes. Arrivée à Angers, j’y suis resté. J’avais mon passeport et mon extrait de naissance entre autres. Par après, j’ai mené des démarches pour m’inscrire dans une école et c’est ce que j’ai réussi en septembre 2013, au lycée Joseph Rozensky. Je vivais dans un foyer pour mineurs et je suivais les cours parallèlement. Et puis, j’ai fait une demande de titre de séjour, mais ils l’ont rejetée. Les gens m’ont conseillé de chercher un avocat pour régulariser ma situation», a expliqué notre compatriote.

Par après les choses se sont accélérées pour Ousmane Condé : « ils m’ont convoqué et aussitôt m’ont transféré à Rennes, vers 18 heures, où il y a un centre de rétention. Le vol à destination de Conakry était prêt dans la nuit du vendredi 1er au samedi 2 avril. Les policiers sont venus me réveiller. A 4 heures du matin, ils voulaient m’envoyer à l’aéroport. Mais, j’ai insisté pour leur dire que je ne sortirai pas tant que je ne vois pas un avocat. Après, les policiers n’ont pas discuté », a ajouté Ousmane Condé.

Ousmane Condé, menacé d'expulsion  (1)Auparavant, il y avait eu une forte mobilisation de ses amis d’école et de ses professeurs pour aider Ousmane à s’en sortir. « Déjà, une page Facebook dénommée ‘’mobilisation Ousmane Condé’’ avait été créée par mes amis. Ce qui a permis notamment de me libérer et de poursuivre les cours. Actuellement, je cherche à avoir d’autres avocats avec l’appui de certaines associations pour pouvoir régulariser ma situation dans deux mois et continuer mes études », a dit notre compatriote.

Les autorités consulaires guinéennes indexées par le jeune élève

Ousmane Condé a expliqué que son passeport guinéen est encore valide. Mais, c’est son extrait de naissance qui a été remis en cause par l’ambassade. Une attitude que notre compatriote et ses amis qui ont contacté Guineematin.com ont beaucoup déploré et dénoncé. « Quand j’ai envoyé mon extrait de naissance, ils ont fait des vérifications au niveau de l’état civil de Guinée. On leur a dit que l’extrait de naissance n’est pas valable, alors qu’il est authentique ! Il ne s’agit même pas d’un jugement supplétif, mais d’un vrai extrait de naissance ».

Notre compatriote n’a d’ailleurs pas manqué de dénoncer le refus des autorités consulaires guinéennes de faciliter à nos compatriotes l’obtention des documents administratifs normaux. « En France, ici, le consulat guinéen ne cesse de gâter la chance des gens. Franchement, ça ne va pas du tout sur ce plan. Puisque à la préfecture de police d’Angers, on m’a dit que l’Etat guinéen leur a dit que mon extrait de naissance n’est pas valable. C’est ce qui a fait que j’ai eu des problèmes », regrette Ousmane Condé.

Désormais, c’est à ses avocats de mener le combat pour sauver Ousmane Condé d’un retour en Guinée et de sauver son année scolaire.

A rappeler que de nombreux guinéens souffrent actuellement de la non délivrance des documents d’identité. La carte d’identité nationale n’est pas du tout délivrée aux citoyens depuis fin 2014 et le passeport ne se délivre qu’à Conakry, malgré les innombrables plaintes de nos compatriotes vivants à l’étranger.

Apha Mamadou Diallo pour Guineematin.com

Tél. : 628 17 99 17

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin