Sadou Keita, gouverneur de Labé

Sadou Keita, gouverneur de Labé

Les autorités administratives régionales, préfectorales et locales ont brillé par leurs absences remarquables à la cérémonie d’inauguration de la nouvelle mosquée de Fatako, dans la préfecture de Tougué, relevant de la région administrative de Labé, en Moyenne Guinée, ont rapporté les envoyés spéciaux de Guineematin.com lors de nos précédentes dépêches.

Plusieurs anomalies constatées sont avancées pour justifier le refus des autorités à tous les niveaux de participer à la cérémonie d’inauguration de la nouvelle mosquée de Fatako, dans la préfecture de Tougué.

D’abord, l’initiative du bâtisseur de cette maison de Dieu divise les différentes familles de la localité depuis 2001, année à laquelle les travaux de réalisation de l’édifice ont commencé.

Mosquée de FatakoElhadj Ousmane Baldé, ‘’Sans-loi’’, soutenu uniquement par sa propre famille, veut supprimer la première mosquée du village, construite depuis près de 500 ans, au profit de cette dernière qui porte exclusivement son cachet. Cette ambition démesurée et non consensuelle est vigoureusement combattue sur le terrain par les autres grandes familles du village qui militent en faveur de la rénovation et de l’extension de la mosquée de leurs ancêtres commun. Contradiction sociale interne qui était très perceptible à Fatako au moment des préparatifs de la cérémonie programmée par ‘’Sans-loi’’.

L’on se rappelle qu’en 2001, Elhadj Ousmane Baldé, ‘’Sans-loi’’ avait utilisé ses relations personnelles avec le feu Général Lansana Conté, alors Chef de l’Etat, pour bloquer le projet communautaire au profit de son programme personnel. En son nom et pour son compte, le regretté Abou Camara, alors ministre de la justice, garde des sceaux, avait même menacé de faire arrêter toute personne qui tenterait de mettre en exécution le projet communautaire.

Il semble aussi que pour faire présider la pose de la première pierre des travaux de construction de cette nouvelle mosquée par le Président Lansana Conté qui n’en voulait pas du tout, Elhadj Ousmane Baldé a fait croire à un projet de Centre Islamique.

Elhadj Ousmane Sans loi Baldé

Elhadj Ousmane « Sans loi » Baldé

Très fidèle à son esprit, ‘’Sans-loi’’ a voulu mobiliser les autorités et leurs services de sécurité dans le but de fermer définitivement la première mosquée du village au profit de son fameux centre islamique. La stratégie consistait à faire courir le bruit selon lequel ‘’Sans-loi’’ a fait déployer des agents de sécurité en vue de mater toute personne qui se hasarderait à ouvrir la première mosquée du village pour la grande prière de ce vendredi. L’idée était que cette première devait fermer définitivement à partir de l’inauguration de la nouvelle. Un risque d’affrontement planait sur le village parce que les autres familles étaient déterminées à en découdre avec les partisans de ‘’Sans-loi’’. La rumeur sur l’envoie des forces de sécurité contre la population locale avait couru la veille, même à l’extérieur de la Guinée. Fort heureusement, les autorités locales ont retiré même les conservateurs de la nature (gardes forestiers). Le tout s’est joué aux derniers moments des préparatifs.

Cellou Dalein DialloLe gouverneur de la région administrative de Labé, Sadou Keïta a découvert cette situation conflictuelle alors qu’il participait à une réunion préparatoire de la cérémonie qui se tenait à Fatako sur invitation spéciale d’Elhadj Ousmane Baldé. Réunion au cours de laquelle Sadou Keïta a réalisé aussi que les commissions mises en place sont exclusivement constituées des membres de la famille de ‘’Sans-loi’’ et des responsables de l’UFDG. Il aurait alors en vain demandé d’ouvrir les différentes commissions aux autres familles du village et aux autres formations politiques. C’est l’intransigeance de ‘’Sans-loi’’ qui lui aurait permis de comprendre que l’initiative visant à remplacer la première mosquée par la nouvelle n’est pas consensuelle. D’où la décision de retirer les autorités locales de cette dynamique.

Sur l’absence du Chef de l’Etat, il nous a été rapporté également que c’est par voie de presse qu’il a appris qu’il est invité à Fatako pour l’inauguration d’une mosquée : « il n’a jamais reçu un courrier allant dans ce sens », nous a-t-on confié.

Cellou Dalein Diallo à la mosquéeLà aussi, il convient de signaler que ‘’Sans-loi’’ a diffusé la nouvelle de l’invitation du Président de la République alors qu’il n’en avait pas échangé de la question avec les autorités locales. Lorsqu’on lui a signifié qu’il ne peut pas inviter le Chef de l’Etat en mettant de côté le sous-préfet, le préfet et le gouverneur, il a alors rédigé rapidement une lettre d’invitation qu’il a soumise à Monsieur Sadou Keïta pour visas : « il n’a pas voulu que le courrier suive le circuit officiel. Il a tenu à envoyer le courrier lui-même. Malheureusement, il n’a pas pu avoir accès au Chef de l’Etat », fait-on savoir.

Une autre faiblesse : il ne savait même pas que pour mobiliser le Président de la République, on doit négocier le principe et la date avant de programmer l’évènement.

De Labé, Idrissa Sampiring DIALLO pour Guineematin.com

Tél.: (00224) 622 269 551 & 657 269 551

 

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin