Alpha Oumar BaldéDans la matinée de ce vendredi 6 mai 2016, Guineematin.com a reçu monsieur Alpha Oumar Baldé, l’une des victimes du déguerpissement de Kaporo rails, dans la commune de Ratoma. Au cours de notre entretien, Alpha Oumar Baldé a dit être venu dans nos locaux pour expliquer la situation dans la quelle vivent les milliers des victimes de cet évènement depuis 1998.

« En fait, nous sommes victimes du déguerpissement et de la casse de Kaporo rails depuis les années 1998. C’est un dossier que nous avons beaucoup déploré depuis 1998. Tous les gouvernements qui se sont succédé n’ont pas réglé le problème. Actuellement, tout le monde se demande à quel saint se vouer par rapport à ce dossier. Nous voulons attirer l’attention des autorités pour qu’on nous rétablisse dans nos droits », a-t-il expliqué.

Parlant de ce qui se passe actuellement sur le terrain,  Alpha Oumar Baldé explique : « Depuis qu’on a cassé nos maisons en 1998, le gouvernement d’alors parlait d’un domaine de l’Etat, d’une zone réservée qu’on occupait à l’époque. On se demande qu’est-ce qu’il y a. Il ne s’agit pas seulement de nous faire quitter les lieux. C’est vrai qu’ils ont besoin de construire des appartements, de construire le siège de l‘Assemblée nationale et d’autres édifices, mais ce n’est pas ça seulement. Aujourd’hui, si l’Etat fini de prendre sa part pour la construction et autres, il faudrait qu’il rétablisse les pauvres citoyens dans leur droit. Que nous revenions dans nos domaines. Ce que nous demandons, soit on nous recase ailleurs ou bien on nous laisse dans les lieux où nous sommes. L’Etat ne peut pas utiliser tout cet espace avec les arguments comme quoi ils veulent construire des services publics ou des logements sociaux. Mais, les pauvres citoyens qui sont là-bas, où ils vont aller ? Personnellement, au nom des victimes de Kaporo rails, je demande à l’Etat guinéen de nous venir en aide, de penser un peu à ce dossier », a demandé Alpha Oumar Baldé.

A la question de savoir quelle alternative le gouvernement a proposé aux victimes, Alpha Omar Baldé affirme qu’il n’y pas de communication entre les autorités et les victimes : « Pour le moment, et c’est là le hic, il n’y a pas de communication. Le gouvernement n’en parle pas et ils font ce qu’ils veulent. Récemment, j’ai vu la sortie du ministre de l’Habitat, Loucény Camara, qui disait que tout le monde va quitter Kaporo rails. Et qu’ils vont dédommager les gens à dédommager et le reste tout le monde va quitter. En fait, le gouvernement ne communique pas avec les victimes de Kaporo rails. L’Etat vient simplement agir sur le terrain. C’est ce qui n’est pas normal », a-t-il dénoncé.

Interpellé sur la présence de certains citoyens qui applaudissaient récemment le président Alpha Condé à l’occasion de la pose de la première pierre du centre directionnelle de Kaporo rails, monsieur Baldé Alpha Oumar pense à une trahison ! « Je peux dire qu’il y a un problème de trahison. Mais, à ce que je sache, dans ce pays tout est politisé. Quand vous voyez la sortie du président Alpha Condé sur le terrain, c’est vrai qu’il y avait des gens derrière lui. Mais, est-ce que ces gens sont les vraies victimes de Kaporo rails ? Est-ce que les victimes partagent réellement l’avis du Président sur ce sujet ? Est-ce que ce sont réellement les habitants de Kaporo rails qui ont subi toutes ces exactions qui viennent derrière le Président pour l’applaudir ? », s’est-il interrogé.

Revenant sur le manque d’organisation des victimes, Oumar Baldé reconnait qu’il existait une association des victimes, même si celle-ci n’est plus fonctionnelle. « Nous avions une association qui existait et qui avait saisi toutes les institutions républicaines, tous les gouvernements précédents. Du gouvernement de Lansana Kouyaté jusqu’au temps de Dadis. Peut-être avec le Président Alpha Condé, le dossier n’a pas été relancé. L’association qui existait a mené assez de démarches. Mais, elle n’a pas eu un bon résultat. De nos jours, je peux dire que cette association des victimes de Kaporo rails n’a plus de force », a-t-il reconnu face aux journalistes.

Par ailleurs, Alpha Oumar Baldé a rappelé que cette association des victimes qui siégeait au rond point de Bembéto avait mené des démarches auprès du général Lansana Conté pour que toutes les victimes soient rétablies. « On avait envisagé d’aller le rencontrer chez lui, à Bouramayah avec comme appui Elhadj Sékouna Soumah qui devait nous accompagner. Mais, Dieu n’a pas voulu. Quelques mois après, le Président est décédé. Au niveau du gouvernement de Tidiane Souaré, on l’avait aussi saisi. Mais, on peut déposer le dossier sur la table et tous les gouvernements qui se succèdent ne mettent pas cela comme une priorité ».

Enfin, Alpha Oumar Baldé a, au nom de l’ensemble des victimes de cette destruction, demandé aux autorités compétentes de résoudre leur problème en les rétablissant dans leur droit. « Au nom des victimes de Kaporo rails, je lance un appel à l’endroit des autorités compétentes de penser à ces victimes. De nous rétablir dans nos droits. De passer par les règles de l’art pour nous rétablir. C’est vrai, si nous occupons aujourd’hui une zone réservée où un domaine de l’Etat, ils sont censé nous faire quitter, mais dans les règles de l’art. Nous aussi, nous ne sommes pas allés occuper là-bas comme ça, nous avons nos papiers, tous les dossiers signés et cachetés par les autorités de l’Etat. Donc, nous avons des papiers légaux et par conséquent il faudrait que l’Etat à travers le ministère de tutelle pense à nous », a-t-il dit entre autres.

Propos décryptés par Alpha Assia Baldé et Saïdou Hady Diallo pour Guineematin.com

Tél. : 622 68 00 41

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin