Aboubacar Sidiki Camara, porte parole des frondeurs du RPGLe porte parole des frondeurs du RPG-Arc-en-ciel, Aboubacar Sidiki Camara, était au siège de Guineematin.com dans la soirée du mardi 03 mai 2016. Au cours d’une longue interview, monsieur Camara a accepté de répondre à plus sujets d’actualité.

Concernant les relations entre le président Alpha Condé et l’ancien parti au pouvoir, le PUP, le frondeur a expliqué qu’il y a des rapprochements difficiles à accepter… « Le RPG et le PUP sont des rivaux. Quand ils (les cadres du PUP) étaient au pouvoir ils ont combattu le RPG. D’ailleurs, j’ai suivi la conférence de presse de Fodé Bangoura, président du PUP, ce jour là, j’ai éclaté de rire. Il est passé récemment à Siguiri  pour dire à ses militants qu’il a reçu des mains du président de la République 13 milliards de francs guinéens, 60 motos et 4 voitures pickup. Et, d’ailleurs, le secrétaire fédéral du PUP à Siguiri, Diogo Magassouba, n’hésite pas à dire aux habitants de Siguiri qu’ils nous (RPG) ont combattu par le passé, mais qu’aujourd’hui nous leur donnons les moyens. Ils sont entrain  de nous narguer. Lui-même, il a sa moto. Et, cette situation a beaucoup frustré les habitants de Siguiri et des sous-préfectures où le PUP est installé. C’est ce que les gens ne  comprennent pas », a laissé entendre le jeune frondeur.

Par ailleurs, Sidiki Camara reprouve un rapprochement entre le parti fondé par le président Lansana Conté et le RPG : « c’est très suicidaire pour le président de la République de s’approcher du PUP.  Il y a des militants à l’intérieur du pays, pour eux le PUP est égal à danger, le PUP est égal à massacre. Le président travaille avec des cadres du PUP, mais ce n’est pas le vouloir des militants. Il y en a parmi eux qui nous ont réprimés dans le sang », martèle Aboubacar Sidiki Camara.

A la question de savoir si la présence des cadres du PUP au sein du gouvernement ne participe pas d’une volonté de réconciliation nationale et d’apaisement, notre interlocuteur est prudent : « je pense que la réconciliation et le pardon, nous sommes d’accord. Mais, quand vous pardonnez et que le bourreau devient votre chef, c’est une chose qui n’est pas jolie à voir. Il ne faut pas que les bourreaux reviennent nous commander », persiste à dénoncer Aboubacar Sidiki Camara.

Alpha Mamadou Diallo pour Guineemtin.com

Tel. 628 17 99 17

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin