Timbo 0.jpg0En prélude à l’inauguration de la grande mosquée de Timbo, prévue pour le 27 mai à Mamou, le Haut Conseil des Anciens de Timbo a lancé un appel à ses fils et filles à l’unité nationale. C’était à l’occasion d’une conférence-débat tenue ce samedi, 21 mai 2016, à l’université de Sonfonia, a constaté Guineeatin.com à travers un de ses reporters.

La conférence qui a réuni plusieurs fils et filles de Timbo a été rehaussée de la présence des ministres de l’Administration du territoire, le général Boureima Condé ; de la Citoyenneté et de l’Unité nationale, Khalifa Gassama Diaby ; l’ancien Premier ministre, Ahmed Tidiane Souaré ; mais aussi d’éminents historiens guinéens, tels que le Professeur Djibril Tamsir Niane, le Professeur Lanciné Kaba, le Professeur Ismael Barry, le Professeur Boubacar Barry, pour ne citer que ceux-là.

Dans son discours de bienvenue, le recteur de l’Université de Sonfonia, Mamady Kourouma, a remercié les organisateurs du choix porté sur son institution pour abriter la rencontre. Pour le recteur de l’université de Sonfonia, cette mobilisation prouve à suffisance que « Timbo ne s’est jamais repliée sur elle-même ».

Prenant la parole, le président du Haut Conseil des Anciens du Timbo a souligné que la conférence se tient en prélude de l’inauguration de la grande mosquée de Karamo Alpha Mo Timbo qui a été reconstruite grâce aux fils et filles de la localité avec l’appui des autorités. C’est pourquoi, il a remercié tous ceux qui ont concouru à la reconstruction de cette maison de Dieu, notamment le président Alpha Condé.

Pour sa part, le ministre de la Citoyenneté, Khalifa Gassama Diaby, a vivement salué les initiateurs de cette rencontre avant de s’interroger : « est-ce que notre problème est l’unité nationale ou la construction de la nation ? », demande Gassama Diaby, tout en faisant observer que la nation guinéenne n’est pas encore « réelle » sur le terrain.

Pour le ministre de la Citoyenneté, si les Guinéens veulent de la nation, il va falloir associer trois concepts : la création du passé à travers une réconciliation nationale ; la lutte contre l’injustice qui constitue le présent et qui exige l’application de la loi à tous les niveaux ; et, enfin, la construction de l’avenir à travers la même vision, le même désir.

Timbo 0Mettant le thème dans son contexte, le général Bouréma Condé, ministre de l’Administration du territoire et président d’honneur de la rencontre, a dit que cette initiative vient à point nommé dans la mesure où « l’unité nationale n’a pas de prix. Elle est incontournable pour le développement de notre nation ».

Pour lui, chacun doit s’y mettre pour conserver l’unité nationale. C’est pourquoi, il a invité les uns et les autres à débattre de ce thème « sans passion ».

De son côté, le Professeur Ismaël Barry, conférencier, a brossé tous les aspects liés au thème qui a été choisi. Dans son discours, le professeur Ismaël Barry a rappelé le rôle qu’à joué le Fouta Djallon dans l’histoire ancienne de notre pays, avant d’ajouter que l’initiative est de montrer la « main tendue des fils et filles du Timbo entre eux, mais aussi leur main tendue envers les autres fils et filles des autres régions de la Guinée ».

Après son exposé, des grands discours qui sont à la fois pathétiques et émouvants ont été prononcés, notamment celui du professeur Lanciné Kaba, enseignant venu du Qatar, du professeur Boubacar Barry, venu de l’université Cheik Anta Diop de Dakar, du professeur Djibril Tamsir Niane ont sanctionné la rencontre.

La particularité de cette rencontre est que c’est la première fois que tous ces grands intellectuels guinéens se retrouvent à la même minute dans une université guinéenne. D’où l’importance de la rencontre que les uns et les autres veulent voir se pérenniser.

Alpha Assia Baldé pour Guineematin.com

Tél. : 622 68 00 41

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin