En séjour de travail à l’intérieur du pays, le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique poursuit sa tournée de prise de contact avec les cadres relevants de son département. Objectif, toucher du doigt les réalités du terrain afin de pouvoir apporter des solutions adéquates aux difficultés auxquelles font face les universités et instituts d’enseignement supérieur du pays et prendre des mesures pour améliorer les acquis, a appris Guineematin.com sur place.

La journée d’hier, mardi 24 Mai 2016, a été marquée par la visite des installations de l’institut supérieur de technologie de Mamou et ceux de l’institut supérieur des sciences et médecine vétérinaire de Dalaba, a constaté Guineematin.com à travers son correspondant basé à Mamou.

Après une visite des locaux de l’institut supérieur de technologie de Mamou et une brève allocution aux étudiants, le ministre Abdoulaye Yéro Baldé et sa suite se sont allés à Dalaba dans l’après midi. Là, se trouve l’institut supérieur des sciences et médecine vétérinaire, créé en 2006. Avec une superficie de 2,6 hectares, cet institut accueille à ce jour un effectif de 1 474 étudiants dont 168 filles.

Accueilli par les étudiants et les encadreurs de cet institut, le ministre Baldé a tout d’abord entamé une visite guidée sur le site pour s’enquérir de la qualité des installations de ce centre. Il a été surtout impressionné par la qualité des équipements du laboratoire.

Après les mots de bienvenue du Professeur Youssouf Sidimé, directeur général dudit institut, heureux de recevoir une telle visite, l’honneur est revenu au ministre Abdoulaye Yéro Baldé de prendre la parole.

Dans son discours de circonstance, le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique a souligné certaines inquiétudes de son département, à savoir : la qualité de l’éducation, le vieillissement du corps enseignant et le contenu des programmes.

Parlant du premier point, le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique dira : « une éducation de qualité, c’est ce qui manque à la Guinée depuis des années. De plus en plus, le niveau baisse », regrette le ministre, avant de pointer du doigt le manque d’enseignants de qualité.

Abordant le second point, le ministre Baldé a indiqué : « aujourd’hui, le corps professoral de rang magistral ne représente que 10% de l’ensemble des enseignants et ce corps est vieillissant. La relève n’est pas assurée. Donc, cela aura forcement un impact sur la qualité de la formation. Cela est une préoccupation pour le ministère et nous allons nous employer à trouver les moyens afin de former le maximum de professeurs », a-t-il promis.

Parlant du contenu des programmes, le ministre de l’Enseignement supérieur a déclaré : « nous voulons assurer une adéquation entre la formation et l’emploi. Il faut que la formation soit adaptée au besoin de notre économie et des entreprises. D’ailleurs, j’ai commencé à discuter avec le secteur privé pour leur demander de contribuer à l’amélioration des nos programmes de formation pour les adapter à leur propre besoin pour nous aider à améliorer l’employabilité de nos étudiants ».

En outre, le ministre Yéro Baldé a laissé entendre que le programme de rénovation des infrastructures universitaires et leur équipement se feront tôt ou tard en fonction des ressources disponibles. « Il y a certes des progrès dans certains instituts comme ceux de Mamou et de Faranah, mais beaucoup reste à faire encore », a-t-il dit.

De Mamou, Mamou Baïlo Keïta pour guineematin.com

Tél. : (00224) 622972722

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin