Cellou Dalein DialloLe principal parti de l’opposition guinéenne a tenu son assemblée hebdomadaire, ce samedi 28 mai 2016, au siège du parti, en présence de nombreux militants, a constaté Guineematin.com, à travers un de ses reporters. La cérémonie a été présidée par Elhadj Cellou Dalein Diallo, entouré des membres du bureau politique dont entre-autres : Dr Fodé Oussou Fofana, Bano Sow, Ben Youssouf Keita, Deen Touré, Fatoumata Maréla Bah.

Les évènements malheureux survenus hier, vendredi 27 mai 2016, à Timbo et les accusations de corruption faites par l’ONG Britannique Global Witness sur des proches du président Alpha Condé dont son fils et Boubah sampil, étaient au menu de la rencontre.

Tout d’abord, le chef de file d l’opposition est revenu sur la bousculade qui a entrainé plusieurs blessés à Timbo, lors de l’inauguration de la mosquée de l’ancienne capitale du Fouta Théocratique. « Ma délégation a été bien accueillie à Timbo, avec beaucoup de chaleur, où nous avons passé la nuit du jeudi.  Le vendredi, on a rencontré les sages, on a présenté nos respects aux sages de Timbo. A un moment donné, Elhadj Mamdou Saliou Camara, imam de la mosquée de Fayçal, a émis le souhait que je vienne saluer la délégation gouvernementale. A l’issue d’une concertation avec ma délégation, on s’est dit que c’était bon que je vienne souhaiter la bienvenue au Premier ministre, Mamady Youla. Il était chez lui, c’est vrai, mais Timbo et Mamou étant un fief de l’UFDG, c’était bon de venir les saluer. Et, c’est ce que j’ai fait où j’ai vu tous les membres de la délégation, après quoi je suis réparti là où j’étai logé », a expliqué Elhadj Cellou Dalein.

Par ailleurs, le président de l’UFDG ajoute que, vers 13 heures, il a été informé de l’ouverture des portes de la mosquée : « nous sommes sortis ! Mais, arrivés à 10 mètres de l’entrée principale, il y avait beaucoup de bagarre. Il y avait énormément de monde et de véhicules à Timbo.  La mosquée ne pouvait même pas accueillir les 5% du monde qui était présent. Il y avait déjà un risque, une source de conflit. Donc, il y avait une ruée sur la clôture et sur la porte d’entrée. J’étais entouré, avec ma délégation, de ma garde rapprochée. On a tenté de se frayer un chemin, mais à partir d’un certain moment, on s’est dit d’arrêter parce que la bousculade était de tel niveau qu’il fallait s’arrêter. A un moment donné, les jets de pierre sont arrivés sur nous et après ce sont les bombes lacrymogènes. Mais, les cailloux venaient de l’intérieur de la mosquée et une bombe lacrymogène est tombée sur mes pieds. On est habitué au gaz lacrymogène, mais il y en a qui tombait en syncope à côté de nous », a poursuivi de narrer Cellou Dalein, devant un auditoire qui écoutait religieusement

En outre Cellou Dalein précise qu’il a décidé de battre en retraite devant la confusion qui régnait sur les lieux : « on a reculé et la bagarre continuait de plus belle. En fin de compte, on a décidé de retourner à notre résidence. Nous étions logés dans une vaste concession et nous sommes restés là jusqu’à la fin des cérémonies. Voilà les faits. Mais, pourquoi les bombes lacrymogènes sont venues vers nous ? », s’est interrogé le leader de l’UFDG.

Cellou Dalein a enfin dénoncé les rumeurs qui circulent sur une éventuelle implication de l’UFDG dans les violences d’hier. Surtout que les commissions d’organisation ne voulaient pas, selon lui, que ce soit une occasion de fête pour l’UFDG. Il conclut en disant que certains organisateurs voulaient vraiment faire plaisir au président Alpha Condé, qu’il fallait lui rendre hommage parce que c’est lui qui a donné la mosquée.

Alpha Mamadou Diallo pour Guineematin.com

Tél. : 628 17 99 17

 

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin