Depuis le jeudi 12 mai 2016, les députés ont adopté la première partie du calendrier de travail de la session des lois de l’année, en programmant à l’étude une vingtaine de projets de lois et de conventions reçus du gouvernement, a appris Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Seulement, l’affluence dans les travaux en commission n’est pas de mise. Hier, vendredi 27 mai 2016, la commission des lois qui recevait des cadres du département de l’économie et des finances au tour de l’accord de convention de facilité africaine de soutien juridique, n’a pas fait exception. Cet état de fait n’a pas plus au président de la commission qui n’a pas manqué de le signifier. Pour l’honorable Mamady Kandé « c’est tout simplement inacceptable que les députés ne viennent pas faire le travail en commission ».

Entouré de quelques députés de sa commission, monsieur Kandé et ses pairs ont discuté avec les cadres des finances du texte portant sur cette convention africaine signée par le gouvernement guinéen, il y a plus de 8 ans.

Pour Maître Amadou Diallo, membre de la commission des lois, cette « Convention de facilité africaine de soutien juridique a été initiée par la BAD (banque africaine de développement) et d’autres membres de l’OCDE pour venir apporter un appui technique aux pays africains dans le cadre des négociations de partenariat dans tous les secteurs de la vie économique et sociale en particulier dans le domaine des ressources naturelles. C’est une expertise juridique de haut niveau que les membres entendent donner aux pays africains dans le cadre des négociations avec les partenaires », a confié à Guineematin.com ce député.

Concernant les privilèges pour notre pays, l’honorable Amadou Diallo a parlé d’équilibre des avantages entre la Guinée et ses partenaires : « nous avons besoin de l’appui et d’une expertise juridique de haut niveau pour combler ce vide. C’est dans ce cadre que cet accord a été signé par le gouvernement et il est soumis à l’Assemblée nationale pour ratification », a-t-il dit.

Selon maître Diallo, au moins une trentaine de textes sont soumis actuellement au parlement. Certains sont distribués comme les codes civil, pénal, procédure pénale, justice militaire, des assurances, la cybercriminalité… « Des textes extrêmement importants pour les Guinéens parce qu’ils touchent directement leur vie au quotidien. En plus, il y a des conventions parmi les textes en examen dans les commissions où les travaux se poursuivent. D’autres textes sont en stand-by puisqu’ils ne sont pas programmés et vont attendre la prochaine semaine », a-t-il expliqué à Guineematin.com hier.

Selon le programme établi par les députés, hier, 27 mai, et aujourd’hui, samedi 28 mai 2016, sont réservés aux séances d’explication de vote dans les trois groupes parlementaires. Et, dès lundi, une plénière débattra au moins des six premiers textes inscrits.

À suivre !

Abdallah Baldé pour Guineematin.com

Tél. : +224 628 089 845

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin