Violences à Siguiri : « le président de la République ne veut pas appliquer la loi », dit Oumar Savané

Oumar Savané, fils du député de Siguiri Dans un précédent article, Guineematin.com a eu un entretien avec Mohamed Dioubaté, le président du collectif des jeunes qui soutiennent Aboubacar Sidiki Traoré, le maire de Siguiri, agressé lundi dernier par des jeunes de la ville. Monsieur Dioubaté a notamment accusé le député Sékou Savané d’entretenir ces violences à Siguiri. En réponse à ces accusations, c’est le fils du mis en cause, Oumar Savané, qui a apporté sa « part de vérité », sur la question à travers un entretien qu’il nous a accordé, le vendredi 27 mai 2016 au siège de Guineematin.com, à Kipé.

Guineematin.com : Monsieur Oumar Savané bonsoir et bienvenue. Vous voulez réagir aux propos tenus hier, jeudi, par Mohamed Dioubaté sur la situation qui prévaut à Siguiri.

Oumar Savané : bonsoir et merci. Oui, Mohamed Dioubaté a dit qu’à Siguiri c’est le député uninominal, Sékou Savané, qui paye les loubards pour semer la violence. Mais non, on n’a jamais entretenu la violence. Je vous informe que mon père, Sékou Savané, est à Conakry depuis le 28 mars 2016 pour l’ouverture de la session parlementaire. Sachez que la journée du vendredi 20 mai 16, lorsque le préfet de Siguiri a pris la décision pour installer la délégation spéciale de Siguiri, les jeunes du collectif que dirige Mohamed Dioubaté, sont allés à la commune avec des couteaux pour s’y opposer fermement. Et les jeunes qui ont fait ça sont payés par le maire Aboubacar Sidiki Traoré. Le lendemain samedi, ces mêmes jeunes sont sortis pour insulter le préfet, le député uninominal, les membres du comité directeur. Le dimanche 22 mai 16, ces mêmes jeunes sont allés voir le doyen de Siguiri. Ils lui ont qu’ils vont s’opposer fermement à l’installation Sékou Magassouba. C’est ce qui s’est passé à Siguiri.

Guineematin.com : mais ce ne sont pas ces jeunes qui ont tabassé le maire Sidiki Traoré le lundi 23 mai 2016, dans l’enceinte même de la mairie ?

Oumar Savané : je suis d’accord mais je vous informe ce qui s’est passé ce jour. En fait la veille de ce lundi, le préfet avait pris une décision de suspendre les 2 personnes en conflit. Il leur est interdit de se rendre à la mairie. Mais le lundi 23 mai 16, un groupe de jeunes, composé de 12 personnes, est allé prendre le maire Sidiki Traoré pour le conduire dans les locaux de la mairie. Lorsque les jeunes du comité directeur ont été informés de cela, ils ont pris la décision d’aller tabasser le maire dans son bureau.

Guineematin.com : Est-ce que vous connaissez ces jeunes qui ont fait ça ?

Oumar Savané : je ne les connais pas puisque moi je suis à Conakry mais j’ai été informé. Mais dès lors que le préfet décide de fermer la mairie et que personne ne doit occuper les lieux, c’est ce a pu arriver. Cependant, je n’approuve jamais le fait qu’il soit tabassé. Mais il faut dire qu’il y a eu désobéissance à ce que l’administration a voulu faire.

Guineematin.com : on dit que ces jeunes sont des proches de votre père, le député Sékou Savané, n’est-ce pas ?

Oumar Savané : ils ne sont jamais proches de mon père. Depuis la mise en place de nouvelles structures du parti à savoir les sous-sections, les sections, les comités de base…..mon père n’est ni de près ni de loin lié à la gestion du parti à Siguiri. Il s’occupe maintenant des problèmes à l’assemblée nationale. Mais soyez rassurés, il ne coordonne rien à Siguiri.

Guineematin.com : au terme des accords politiques du 20 août 2015, il y a une liste du RPG qui a été déposée. Et sur cette liste il y avait le nom d’Aboubacar Sidiki Traoré que vous contestez aujourd’hui. Est-ce que ce n’est pas anormal ?

Oumar Savané : dans la liste qui a été proposée par les structures du parti à Siguiri, à savoir les 4 sections, il n’y avait pas le nom d’Aboubacar Sidiki Traoré. Les noms ont été changés à Conakry au niveau du Bureau Politique National du RPG. D’ailleurs, après que nous ayons contesté la présence de Sidiki Traoré sur la liste, un arrêté rectificatif du ministre de l’administration du territoire datant du 16 novembre 2015, a remis le nom de Sékou Magassouba sur la liste pour occuper la tête de la délégation spéciale. Mais il faut dire que Saran Mady Touré y est pour quelque chose. Il faut préciser que Sidiki Traoré n’a jamais figuré sur une liste car il n’a jamais été du parti. Il était du PUP. Moi quand j’étais au collège Kankou Moussa de Siguiri, il m’a donné des cours de Biologie et il passait le clair de son temps à saboter le RPG et à dénigrer le président Alpha Condé. Il a été installé en violation de la loi et du code des collectivités.

Guineematin.com : que fait aujourd’hui le président Alpha Condé pour ramener le calme et la tranquillité à Siguiri ?

Oumar Savané : ce que nous traversons aujourd’hui, c’est que le président Alpha Condé ne veut pas appliquer la loi à Siguiri. Comment pouvez-vous accepter qu’une décision administrative ne soit pas appliquée ? Si non c’est un arrêté ministériel rectificatif qui a désigné Sékou Magassouba pour occuper la tête de la délégation spéciale. Donc c’est un manque de volonté de la part du président de la République.

Guineematin.com : est-ce que vous ne créez pas des problèmes à votre champion, Alpha Condé, en vous comportant de la sorte ?

Oumar Savané : on ne crée de problèmes à personne, encore moins au président Alpha, ni même à l’Etat. C’est l’Etat qui nous crée des problèmes. C’est l’Etat qui a la police, la gendarmerie, bref la force publique. Mais comment comprendre que les gens sortent dans les rues pour insulter les parents des gens, les autorités et tout le monde sans que la puissance publique ne soit pas en mesure d’arrêter les gens là ? L’Etat ne joue pas son rôle, c’est le laisser-aller à Siguiri, occasionné par l’Etat.

Guineematin.com : Mr Savané merci.

Oumar Savané : merci à vous aussi. J’appelle la population et la jeunesse de Siguiri au calme et jes les exhorte à respecter les lois de la République.

Propos transcrits par Alpha Mamadou Diallo pour Guineematin.com

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS