projet.jpg1Suite au Salon de l’emploi et de l’entrepreneuriat guinéen qui s’est tenu à Paris les 27 et 28 Mai 2016, Guineematin.com a donné la parole à Monsieur Ansoumane Keïta, porteur du projet « KAIDI » qui a remporté le prix du concours Challenge Projet Innovant. Son projet vise à « permettre aux guinéens où qu’ils soient dans le monde de demander un document administratif directement depuis Internet à travers une application web dédiée utilisable sur mobile, tablette et ordinateur… », a-t-il expliqué.

Guineematin.com : Bonjour Monsieur KEITA, présentez-vous à nos lecteurs

Ansoumane Keïta : Bonjour, je m’appelle Ansoumane KEITA, j’ai 32 ans, marié, je vis en France depuis 12ans. J’ai un Master 2 en Sécurité informatique et Cryptologie obtenu à l’université de Limoges en 2010. Depuis, j’ai travaillé comme consultant spécialisé sur les architectures Web et SOA à Paris d’abord chez Capgemini pendant 2 ans et demi ; puis, chez SOAT pendant 2 ans. Depuis Avril 2015, je travaille comme consultant  indépendant avec des sociétés de services informatiques parisiennes.

Guineematin.com : Votre projet « KAIDI », vient de remporter le premier prix du concours « Challenge Projet Innovant » organisé en France par l’AJGF. Comment avez-vous accueilli cette nouvelle ?

Ansoumane Keïta : Je remercie d’abord l’AJGF ainsi que l’AGUIPE Guinée pour avoir organisé un tel évènement. J’ai été très honoré lorsque le choix s’est porté sur mon projet car mes concurrents étaient tous aussi méritants que moi. Cela m’a beaucoup réconforté aussi car vous savez quand vous avez un projet ou une idée il est important de la challenger, d’avoir des avis externes, cela vous permet de valider le concept que vous avez dans la tête mais aussi de l’améliorer.

Guineematin.com : Pourriez-vous présentez ce projet à nos lecteurs ?

Ansoumane Keïta Ansoumane Keïta : « KAIDI » est un projet de dématérialisation des démarches administratives en Guinée. Il va permettre aux guinéens où qu’ils soient dans le monde de demander un document administratif directement depuis Internet à travers une application web dédiée utilisable sur mobile, tablette et ordinateur et de recevoir le document demandé soit par la poste si vous vivez à l’étranger soit par retrait (à mains propres) si vous vivez en Guinée. Le projet se base sur un réseau de juristes repartis à travers toute la Guinée, qui, à l’aide d’une application dédiée, reçoivent, traitent (au niveau des autorités  administratives adéquates) et archivent les demandes des citoyens. Au fur et à mesure que notre système sera utilisé par les citoyens pour demander des documents ou faire des déclarations de naissance, de décès, nous recensons et construisons une base propre de la population guinéenne, nous produisons également des statistiques  démographiques fiables sur les naissances, les décès, les tranches d’âge et beaucoup d’autres critères par commune, par région et aussi sur le plan national.

Notre système propose également des moyens de paiement dématérialisés dont les paiements par carte bancaire, Paypal et les paiements par Mobile  utiles pour les citoyens vivant en Guinée vue le taux de bancarisation.

Guineematin.com : A votre avis, qu’est-ce qui a fait la différence face aux neuf (9) autres finalistes dont les projets étaient également intéressants ?

Ansoumane Keïta : Avec ce projet, nous concilions à la fois les intérêts de l’état et le soulagement de nos concitoyens. Nous apportons à notre Etat un système de dématérialisation de l’administration utile pour construire une administration plus sûre, plus juste, plus crédible aux yeux des citoyens et des institutions internationales et plus efficace.  Aux citoyens nous apportons une solution qui les soulage, qui les rapproche des administrations publiques.

Guineematin.com : Quelles sont les prochaines étapes dans le cadre de sa mise en place en Guinée.

Ansoumane Keïta : Nous devons nous installer en Guinée fin décembre pour servir d’abord les guinéens de l’étranger.  Puis progressivement nous recruterons des juristes à travers les différentes préfectures du pays, cela nous permettra de baisser significativement le tarif de nos prestations pour enfin ouvrir le service à tous les guinéens.

Parallèlement, nous souhaitons discuter  avec les autorités guinéennes car notre finalité sera d’installer nos systèmes directement dans les différentes administrations de notre pays à savoir, les mairies, les tribunaux, les préfectures et sous préfectures.  La construction d’une imprimerie nationale avec l’aide de nos partenaires français, où sera centralisé l’ensemble des demandes des documents administratifs qui seront imprimés avec du papier sécurisé pratiquement infalsifiable et extrêmement difficile à reproduire. A cela, sera couplée l’ouverture d’un service de contrôle et de vérification des documents guinéens accessible à tous les services de l’Etat et aussi aux institutions étrangères.

Guineematin.com : Votre dernier mot ?

Ansoumane Keïta : Je vous remercie sincèrement de m’avoir invité pour cette interview. A cela je veux rajouter que malgré le faible taux d’existence d’infrastructure dans notre pays, ce projet est la preuve que nous pouvons moderniser les services publics de notre pays. Ce projet va engranger des milliards d’économie pour notre Etat et lui permettre de mieux rentabiliser les bénéfices liés à la conception des documents. C’est un projet qui va permettre à notre pays de se doter d’un puissant outil de travail, de statistiques et de recensement de la population sans pratiquement dépenser, au contraire, engranger des bénéfices supplémentaires non négligeables. Nous avons la technique, le personnel, nous sommes tous guinéens, nous sommes motivés et nous avons urgemment et extrêmement besoin de l’autorité de l’Etat pour réussir ce projet en Guinée.

Entretien réalisé à Paris (France) par Sory Diallo pour Guineematin.com

 

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin