Création d’emplois, respect de l’environnement … Voici les raisons de l’approbation à l’unanimité de la convention minière de bauxite-Alufer

Vote, Assemblée nationalePublireportage : Les populations de Boffa peuvent enfin se frotter les mains. Cette préfecture, l’une des plus pauvres de la Guinée, coincée entre Fria et Boké, les deux plus importantes zones bauxitiques du pays, a enfin sa première société minière de bauxite. Alufer, une société britannique avec un promoteur guinéen à travers la société Bel Air Mining, de droit guinéen.

Présentée à l’Assemblée nationale pour sa ratification, la convention préparée par le département des mines a fait l’objet d’examen minutieux auprès des parlementaires, notamment de la commission des mines, industrie, commerce, tourisme, hôtellerie et artisanat et de l’environnement, des ressources naturelles et du développement durable.

Le 1er juin 2016, finalement, les députés réunis en séance plénière ont unanimement décidé de voter pour la ratification de cette convention, convaincus de la solidité du projet, du sérieux des prometteurs et de l’engagement de l’Etat et des populations locales à abriter une telle société, junior.

Par la voix de son rapporteur, l’honorable Eva Cross, la commission a expliqué dans un rapport  les raisons d’accorder la convention à Alufer.

Guineematin.com vous propose, ci-dessous, un extrait : « Sur la base des textes soumis à notre examen et des réponses reçues à la suite des questions  posées par la commission, nous portons à la haute attention des honorables députés des données suivantes sur le projet :

  • Le gisement est situé dans la Préfecture de Boffa (Zone Bel air, Koundindé) à 15 km de l’océan atlantique,
  • Les études d’exploration ont mis en évidence des réserves estimées à 146 millions de tonnes de bauxite de bonne qualité et de haute teneur en alumine,
  • La jetée de Cap Verga à Koundindé est retenue pour l’aménagement du port avec un quai pouvant recevoir  uniquement les Barges de 6000 tonnes. Ces barges feront la navette entre le port et les gros navires de capacité de l’ordre de 100 mille tonnes situés en haute mer pour y procéder au transbordement des minerais,
  • Le transport du minerai  sera assuré par camions grâce à la proximité de la mine par rapport à l’océan (distance environ 12 à 15 kms),
  • Le procédé d’extraction ne prévoit ni l’utilisation d’explosif, ni de dynamitage ni de broyage. Le minerai sera extrait par rabotage direct sans aucune autre transformation,
  • Le chronogramme prévoit l’embarquement de la première tonne au plus tard en 2021 soit 5 ans après la ratification de la convention. Cependant la société s’est engagée  à faire des efforts pour que l’exportation commence  effectivement en 2018. Il faut noter que le code minier actuel accorde  aux sociétés jusqu’à 5 ans de délais pour la première exportation,
  • La société envisage la production de 5 millions de tonnes par an pour les cinq premières années. Cette production sera portée à 10 millions  de tonnes dès la 6ème année,
  • Les emplois directs et indirects créés à la phase construction sont estimés à 3000 personnes,
  • L’investissement de base du projet est évalué à 185 millions de us$
  • La participation de la Guinée au capital est fixée à 15% sans aucun apport de sa part,
  • La société bénéficiera durant les 5 premières années des avantages fiscaux notamment :
  1. a) Exonération pour le paiement de l’impôt minimum forfaitaire
  2. b) Exonération sur le bénéfice industriel et commercial
  3. c) Exonération sur la patente
  4. d) Exemption pour paiement de la contribution foncière
  5. e) Exonération des taxes de carrière (terre, roches etc)
  • Les projections financières estiment pour les 15 années d’exploitation des recettes en faveur de l’Etat de l’ordre de 596 millions de us$ », fin de citation.

La lecture de rapport a été suivie de l’invention magistrale du jeune ministre des mines et de la géologie, Abdoulaye Magassouba qui a dit que depuis 40 ans, la Guinée n’avait pas enregistré la création d’une nouvelle société minière de Bauxite. Un fait inimaginable pour un pays regorgeant les 2/3 des réserves mondiales de ce minerai.

Selon le ministre des Mines, avec Alufer, « la Guinée augmente sa présence sur le marché international de bauxite, améliore ses recettes, crée de l’emploi et encoure la protection de l’environnement ».

C’est donc sans la moindre hésitation que le président de la commission mines, industrie, commerce, hôtellerie, tourisme et artisanat, l’honorable Abdourahmane Sinkoun Camara a appelé ses pairs députés d’accorder un vote positif à cette société junior.

Un appel entendu et relayé par les présidents des trois groupes parlementaires que compte l’Assemblée nationale, le tout appuyé par le cri de cœur du président du parlement qui n’a de cesse démontré le bien fondé d’un tel choix. Un vote à l’unanimité de toutes les familles politiques au parlement qui a sûrement réjoui le prometteur guinéen, Mahamed Lamine Touré, salué par plus d’un intervenant, mais discret et assis dans la salle au moment des débats.

Abdallah Baldé pour Guineematin.com

Tél. : +224 628 089 845

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS