Bousculade de Timbo : « un individu armé d’un pistolet avait été arrêté par la sécurité », dit le gouverneur de Mamou

TimboDeux semaines après l’inauguration ratée de la mosquée de Karamoko Alpha mo Timbo, dans la sous préfecture de Timbo, situé à 55 kilomètres du chef lieu de la préfecture de Mamou, des langues se délient pour lever un coin du voile sur les désagréments enregistrés dans la capitale du Fouta théocratique, a constaté Guineematin.com à travers son correspondant local.

Selon des informations révélées par le gouverneur de la région administrative de Mamou, ce jeudi 9 juin 2016, sur les ondes d’une radio privée de la place, les services de sécurité déployés à Timbo pour réguler la circulation et assurer la sécurité des fidèles qui ont effectué le déplacement afin d’assister à cette grande cérémonie religieuse avaient procédé à l’arrestation d’un individu armée d’un pistolet à fabrication locale le jour même de l’inauguration de cette mosquée historique entièrement rénovée.

Répond à la question d’un journaliste sur la détention d’une liste préétablie et contenant des noms de personnes ciblées à arrêter après les incidents de Timbo, le gouverneur Amadou Oury Lamy Diallo a révélé : « toute la journée du vendredi, j’étais là-bas (à Timbo) jusqu’à 19heures. Je n’ai pas su que quelqu’un a été arrêté. C’est le lendemain matin, quand l’ancien ministre des transports, Elhadj Aliou Diallo, a demandé une rencontre avec les services de sécurités et le procureur que nous nous sommes retrouvés dans mon bureau. Et, c’est ce jour-là que moi j’ai appris que le vendredi, pendant les bagarres, qu’on a arrêté quelqu’un. Un individu armé d’un pistolet à fabrication locale. Un citoyen dont je ne me souviens même pas le nom. Les services de sécurité nous ont demandé de ne pas diffuser son nom pour des raisons d’enquêtes. Le procureur aussi nous a confirmé qu’il y a eu effectivement une personne qui a été arrêtée ».

Par ailleurs, le gouverneur Amadou Oury Diallo a tenu à rappeler que la mission qui a été confiée aux autorités administratives régionale et préfectorale de Mamou dans l’organisation de cette cérémonie religieuse.

« On nous avait confié la santé et la sécurité. Je pense que la santé avait très bien fonctionné parce qu’il y a eu des blessés qui ont été soignés. Quant à la sécurité, le préfet et moi, nous avions pris des dispositions et nous leur avions donné des consignes strictes. Il fallait faire en sorte qu’il n’y ait une bagnole à Timbo centre. Toutes les voitures en partance pour Kankan devaient être arrêtées au km7, à la sortie de la ville de Mamou. Celles qui viendraient de Kankan et Dabola devaient être arrêtées au barrage de Kélémansowa. Avec les sages, on s’était entendu que le vendredi, la cours de la mosquée devait être ouverte à 8 heures et que la mosquée ne sera ouverte qu’à l’arrivée des officielles, des sages, des waliyous », a-t-il rappelé.

A rappeler que la bousculade et les affrontements enregistrés le jour de l’inauguration de la mosquée historique de Timbo avaient fait 59 blessés, dont 8 graves et des dégâts matériels importants.

De Mamou, Keïta Mamadou Baïlo pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 622 97 27 22

 

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS