« La violence verbale conduit à des affrontements », dit Kaly Diallo de la baïonnette intelligente (interview)

Mamadou Kaly Diallo de la baïonnette intelligenteA l’heure où le paysage politique guinéen est en ébullition, Guineematin.com a rencontré, hier mercredi 08 juin 2016, monsieur Mamadou Kaly Diallo, activiste des droits de l’homme et consultant au projet la baïonnette intelligente. Dans cette interview, monsieur Diallo a donné son point de vue sur l’actualité sociopolitique de notre pays, le respect des droits de l’homme, et autres velléités révisionnistes de la constitution guinéenne.

Guineematin.com : bonjour monsieur Mamadou Kaly Diallo, merci de nous recevoir chez vous. Pour commencer, dites-nous comment se porte le projet la Barbichette intelligente ?

Mamadou Kaly Diallo : Écoutez, la baïonnette intelligente se porte à merveille, nous rentrons d’un atelier de formation à Kindia, pour la région de la Basse Guinée. Donc, nous bouclons le tour des quatre régions naturelles, en formant les forces de l’ordre sur les Principes de maintien d’ordre, la notion de Droits de l’homme, la problématique de la réquisition et la liberté de manifester en droit positif guinéen, le droit international humanitaire, ainsi que les administrateurs territoriaux.

Guineematin.com : Quelle leçon avez vous tirez de toutes ces activités ?

Mamadou Kaly Diallo : la baïonnette intelligente est née d’une théorie qui dit que « nul n’est censé exécuter un ordre manifestement illégal ». Nous avons observé qu’en République de Guinée, Il y’a parfois assez de violences entres les citoyens en uniforme et les citoyens tout cours. Donc, nous nous sommes dit que notre contribution est de continuer à vulgariser les textes, à former, informer ces acteurs et les gens qui résistent sur le terrain, afin de diminuer la violence. Bref, d’amener les forces de l’ordre, quand il y’a une question de maintien d’ordre, de se cadrer, de rester strictement dans le cadre du principe de maintien d’ordre. Et,  amener les manifestants, s’il y’a des manifestations, à manifester par la voie pacifique, sans violence. Voilà en quelque sorte, les principes qui régissent notre constitution qui stipule que « la personne humaine et sa dignité son sacrés, l’État a le devoir de les respecter et de les protéger ».

Guineematin.com : quel regard portez-vous sur l’actualité sociopolitique de notre pays ?

Mamadou Kaly Diallo : Vous êtes d’accord avec moi que l’actualité sociopolitique de notre pays est polarisée par les récents propos tenus par le Président de la République qui a fait des tollés. Ce sont des propos qui violent bien entendu l’article 4 de notre constitution, parce-que cet article puni quiconque qui se distinguerait par des propos racistes, des propos ou des actes ethniques. Voilà un peu des faits qui polarisent la situation actuelle de notre pays. Et nous, en tant qu’activistes des droits de l’homme, nous rappelons toujours les acteurs politiques de la nation guinéenne, que la violence verbale pose assez de dégâts que celle physique, parce-que la violence physique se cicatrise rapidement. Mais par contre, la violence verbale conduit à des frustrations et l’accumulation des frustrations amène parfois à des affrontements. Voilà un peu ce que nous demandons à tous les acteurs politiques à tous les niveaux, à faire preuve de responsabilité en faisant des déclarations responsables.

Guineematin.com : lors de sa dernière conférence de presse, le Président de la République a entretenu un flou sur son intention de vouloir se présenter pour un 3eme mandat. Comment réagissez-vous ?

Mamadou Kaly Diallo : En tant qu’activiste des droits de l’homme, nous prônons le respect des textes et l’application correcte des textes. Il est important de rappeler que la constitution guinéenne en son article 22, Il est stipulé que chaque citoyen, sans aucune distinction, a le devoir de respecter la constitution guinéenne. À mon avis, Il est très important de rappeler que l’actuelle constitution est née pendant la transition. Et, il ne faut pas oublier qu’il y’a eu les événements du 28 septembre 2009 et est la transition. Une période pendant laquelle des personnes ont été mandatées pour élaborer cette constitution au nom du peuple de Guinée. Il est donc important de respecter cette constitution, compte tenu des situations que nous avons vues un peu partout ailleurs, tel que le Burundi,  tel que le Burkina. Vous  avez vu Blaise Comparé, après une vingtaine d’années, comment il est parti ? Donc,  Il faut affirmer qu’il n’y a aucune possibilité de faire plus de deux mandats, l’article 27 stipule ceci: << En aucun cas,  nul ne peux exercer de deux mandats présidentiels>>. Mais,  l’article 154 va jusqu’à dire, « la forme républicaine de l’Etat,  le principe de unicité, le principe de la laïcité, le principe de la séparation et de l’équilibre de pouvoir, le pluralisme politique et syndical, le nombre et la durée du nombre de mandat, ne peuvent faire l’objet d’une révision ». Donc, Il serait très important que le Président de la République affirme qu’il sera respectueux de la constitution et par ricochet, Il ne tentera pas un troisième mandat.

Guineematin.com : Quel regard portez-vous sur le respect des droits de l’homme dans notre pays ?

Mamadou Kaly Diallo : Sur le plan théorique, il y’a la mise en place de plusieurs institutions, en principe qui doivent œuvrer dans le cadre de la promotion et de la protection des droits de l’homme. Je veux notamment parler du Conseil Supérieur de la Magistrature (CSM), parce-que vous savez qu’en matière de respect des droits de l’homme, on dit que l’impunité est le terreau  qui favorise l’émergence des crimes. Par ricochet, la lutte contre l’impunité, ensuite il y’a la mise en place de l’institution nationale des droits humains (INIDH), si elle joue réellement son rôle constitutionnel, il y’a aura moins de violation des droits de l’homme. Maintenant, sur le plan politique, Il faut regarder beaucoup de violations des droits humains et des atteintes des droits de l’homme, compte-tenue de cette crise de confiance entre la justice guinéenne et les justiciables. Vous voyez à chaque fois il y’a des vindictes populaire, tout récemment à N’zérékoré où des présumés voleurs de moto ont été battus à mort. Vous avez vu à Kouroussa où des présumés voleurs ont été battus et brûlés. Donc, tout ça constitue des violations massives des droits de l’homme et j’ose espérer que le tir sera respecté le plus vite que possible, à  travers la mise en place d’une justice équitable, et impartial.

Guineematin.com : Vous avez un dernier mot à placer ?

Mamadou Kaly Diallo : D’abord, C’est pour vous remercier pour tout ce que vous faites pour l’instauration d’un Etat de droit. Je vous félicite pour le travail que vous êtes entrain de faire, particulièrement  Guineematin.com, par rapport à l’impartialité, l’objectivité dont vous faites preuve. Ensuite,  j’en appelle au gouvernement Guinéen pour l’instauration d’un véritable État de Droit, qui sera respectueux des droits de l’homme et qui sera fondé sur le droit.

Propos recueillis et décryptés par Ibrahima Sory Diallo pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 621 09 08 18

 

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS